Pétition climat : le gouvernement répond aux ONG, pas satisfaites

petition climat

La militante écologique suédoise Greta Thunberg, le 25 janvier 2019 à Davos, en Suisse © AFP/Archives Fabrice COFFRINI

Paris (AFP) – Dix pages d’argumentaire en réponse aux deux millions de signatures de la pétition climat: le gouvernement a répondu vendredi à la « requête préalable » des ONG qui menacent de le poursuivre pour « inaction climatique », les laissant toutefois sur leur faim.

Quatre ONG (la Fondation Nicolas Hulot, Greenpeace France, Notre Affaire à Tous et Oxfam France) avaient adressé le 17 décembre cette requête préalable au gouvernement, accusant l’État de « carence fautive » par son « action défaillante » pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Après les avoir reçues jeudi matin à Matignon, le Premier ministre s’était engagé à répondre avant l’échéance des deux mois.

« Vous êtes plus de deux millions à avoir signé la pétition +l’affaire du siècle+. C’est historique. Je salue cette mobilisation d’une importance inégalée et partage votre impatience, votre aspiration à aller plus vite, plus loin, plus fort pour le climat », écrit vendredi le ministre de la Transition écologique François de Rugy dans une lettre accompagnée d’un mémo de dix pages détaillant les actions de la France.

Mais il rejette l’accusation d’inaction, également portée par des jeunes qui appellent à manifester devant son ministère vendredi après-midi.

« La France s’est mobilisée pour répondre à l’urgence climatique » et « nous nous donnons les moyens » d’atteindre l’objectif de neutralité carbone d’ici 2050, assure-t-il, même si « à l’évidence, cette action devra être complétée, prolongée et amplifiée dans la durée ».

Mais si « l’enjeu climatique doit devenir la nouvelle matrice de nos politiques publiques », les moyens à mettre en œuvre « sont loin de susciter une adhésion évidente et systématique de la part des citoyens », souligne le ministre. Il faudra donc « mener une bataille de conviction sans précédent » pour ces changements qui « bousculent nos modes de vie ».

Le ministre s’est d’ailleurs réjoui sur Franceinfo de la mobilisation des jeunes générations en souhaitant qu’elles « commencent à convaincre leurs parents », n’allant toutefois pas jusqu’à soutenir l’appel à la grève mondiale de l’école lancé pour le 15 mars par l’adolescente suédoise Greta Thunberg.

Concernant les moyens d’action, « la taxe carbone est un outil nécessaire pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre. Mais vous le savez, la fiscalité écologique rencontre de nombreuses oppositions », indique-t-il d’autre part dans sa lettre, alors que le gouvernement a fermé la porte à une nouvelle hausse de cette taxe en partie à l’origine de la crise des « gilets jaunes ».

Les quatre ONG se sont étonnées vendredi de la méthode du ministère, regrettant une réponse « médiatique » tombée « sans que nos organisations n’en soient informées ».

« Nous (…) attendons maintenant la réponse formelle du gouvernement, que nous étudierons en détail avec nos avocats », ont-elles écrit dans un communiqué, notant de « premiers éléments de réponse décevants » qui « laissent peu d’espoir quant à l’intention du gouvernement d’être à la hauteur de l’enjeu climatique ».

« Les trajectoires actuelles nous font rater nos objectifs de réduction d’émissions en 2020, de même que ceux d’efficacité énergétique et de développement des énergies renouvelables » et « aucune nouvelle mesure, ni changement de cap ne sont clairement annoncés », ont-elles insisté.

Jeudi, après un entretien avec le Premier ministre dont elles avaient tiré les mêmes conclusions, elles s’étaient dites « déterminées » à déposer leur recours en justice.

« L’affaire du siècle se règlera devant les tribunaux », avaient-elles indiqué, notant que le recours attendu pour mars tiendrait compte des éléments figurant dans la réponse formelle.

Le mémo de dix pages publié par le ministère détaille les mesures prises par l’État contre le changement climatique dans divers domaines, de la production énergétique aux transports, en passant par l’agriculture ou l’isolation des bâtiments.

« Ces mesures commencent à porter leurs fruits : les émissions de l’année 2018 devraient être à nouveau orientées à la baisse, avec des consommations d’énergie plus faibles », assure-t-il, alors qu’elles avaient augmenté en 2017.

© AFP

7 commentaires

Ecrire un commentaire

  • Je reprends le même texte pour décrire mes inquiétudes sur le résultat que l’on peut attendre d’un tel procès

    Si cette requête préalable engagé à l’encontre de l’État et de notre gouvernement par ces ONG à propos de cette « affaire du siècle » devait se terminer devant les tribunaux, il me semble évident que cela ne réglera pas le problème pour autant

    Toutes les guerres sont en effet néfastes et si celle-ci devait avoir lieu elle me ferait penser au conflit entre les isolants minces et les isolants épais
    Voir

    http://infoenergie.eu/riv+ener/guerre-nefaste.htm

    Ceci dit j’espère que les choses vont s’apaiser.

    J’espère aussi que les mots « enthalpie » et « hydrogène » font partie du vocabulaire utilisé par ces ONG dans leur « requête préalable »

    Quoiqu’il en soit il me semble que notre ministre est dans le vrai lorsqu’il estime qu’il faudra « mener une bataille de conviction pour faire accepter ces changements qui vont changer nos modes de vie ».

    Voir à ce sujet à propos de l’enthalpie
    https://www.dropbox.com/s/18smx9l6n8numxq/WA-QR.pdf?dl=0

    Ceci dit le lecteur qui a pris le temps de lire ce que contient le lien ci-dessus comprendra qu’il exagère lorsqu’il estime, je cite:

    « Il faudra mener une bataille de conviction sans précédent pour ces changements qui « bousculent nos modes de vie ».

  • Le gouvernement pense que la France fait ce qu’il faut …
    Dans un article diffusé par GPI ce jour, :
    https://www.goodplanet.info/actualite/2019/02/15/deforestation-en-indonesie-plus-dun-13-milliard-de-dollars-damendes-impayees-selon-greenpeace/
    Les faits semblent très controversés : La France via TOTAL achète des milliers de tonnes d’huile de palme à l’Indonésie qui pour la produire doit procéder à des déforestations massives…
    Ce gouvernement fait ce qui l’arrange, un p’tit qqch pour argumenter mais qui ne sert à rien.
    L’huile de palme pour le « bio » ???diesel, les batteries de voitures électriques … ça ne pollue pas trop ici, mais détruit ailleurs.
    Ce gouvernement permet la merde ailleurs pour faire semblant de balayer devant sa porte.

    • Si cette requête préalable engagé à l’encontre de l’État et de notre gouvernement par ces ONG à propos de cette « affaire du dérèglement climatique  » devait se terminer devant les tribunaux, je crains que cela ne réglera pas le problème pour autant

      Toutes les guerres sont en effet néfastes et si celle-ci devait avoir lieu elle me ferait penser au conflit entre les isolants minces et les isolants épais
      Voir

      http://infoenergie.eu/riv+ener/guerre-nefaste.htm

      Ceci dit j’espère que les choses vont s’apaiser.

      J’espère aussi que les mots « enthalpie » et « hydrogène » font partie du vocabulaire utilisé par ces ONG dans leur « requête préalable »

      Quoiqu’il en soit il me semble que notre ministre est dans le vrai lorsqu’il estime qu’il faudra « mener une bataille de conviction pour faire accepter ces changements qui vont changer nos modes de vie ».

      Ceci dit il les pratiques de Total qui melangerait l’huile de palme avec le pétrole sont totalement innacceptables comme l’est la lenteur avec laquelle les actions sont prises pour la fermeture de nos dernières centrales au charbon. voir

      http://infoenergie.eu/riv+ener/energie-sans-riviere/charbon.htm

      • Roro

      Arrêtez votre disque usé sur l’impact des batteries ! L’extraction du lithium pose problème comme toutes les mines de tous les minerais ! Les batteries avec les VE ont une seconde longue vie en batterie stationnaire (bâtiments avec du solaire) et ensuite elles partent au recyclage qui est très bien maitrisé comme pour les panneaux solaires (recyclés à 92% et y a 15 points de collecte PVCycle sur notre pays !).
      Quand vous posez du placo, vous vous inquiétez du bilan carbone catastrophique (le pire de tout avec le ciment !) pour le fabriquer ?! Et les rails ALU que vous posez, ça vous parle les boues toxiques rouges de la bauxite et déversées dans la nature comme dans la méditerranée depuis 60 ans ?! NON ! ALORS VOUS ETES UN BEL HYPROCRITE !!!
      En attendant un VE, même si sa batterie à 2,3 tonnes de bilan carbone de fabrication, au bout de 20.000 km sans rejets CO2, ce bilan est amorti et on roule ensuite en bilan carbone positif ! J’ai 88.000 km sur ma ZOE ! Donc 68.000 Km à 0.120 Kg de CO2, ça fait 8,16 tonnes en émissions directes évitées en 5 ans !! Faites en autant et après vous pourrez ramener votre fraise sur des détails d’hypocrite !
      PS : et je charge 50% de ma ZOE avec du solaire : ça me coute 1€ les 100km (avis aux gilets jaunes !) chez moi et mon bilan carbone électrique est donc de 60gr (mix français) / 2 = 30gr pour 1 kWh…! Avec 1 kWh un VE fait 7 km ! Donc mon km est à 4,3 gr de CO2…. Alors indirectement j’ai rejeté 88.000 km * 0.0043 = 378 kg de CO2…Bilan total rejets directs et indirects : 8160 – 378 = 7782 Kg évités en 5 ans ! On peut faire les même calculs pour les panneaux solaire et les Pompe à chaleur (à la place du gaz et fioul !).
      Y a que les imbéciles qui savent pas faire des calculs et répètent toutes les conneries et fake du net, pour rester à rouler au pétrole !! Bruler le pétrole = crime contre l’humanité !

    • JEAN-MARC WIBART

    Et l’urgence de se passer des énergies fossiles, fioul, diesel. Le français attend tout de l’état mais ne fait rien pour changer ses habitudes, c’est tellement plus facile.

    • Claude Renaud

    Il faut aller jusqu’au bout de votre logique Mr Wibart : se passer des énergies fossiles,
    fioul, diésel…et kérosène. Comme si l’avion était neutre avec ses 4 milliards de passagers
    à l’année !!!

  • vous avez tout à fait raison Mr Renaud

    Lorsque l’aliment consommé par Homo sapiens est produit localement il consomme nettement plus d’énergie pour alimenter sa voiture et se chauffer que pour se nourrir.
    Par contre si ses aliments viennent des antipodes c’est l’inverse.

    Taxer le kérosène de l’aviation civile serait pour moi une fiscalité intelligente qui pourrait servir à financer la transition énergétique et inciter à la pratique de l’agriculture locale.
    C’est sur des situations comme celle-ci que l’on attend une action de notre président auprès de l’ONU pour faire évoluer les choses

    Vu le manque de surface au sol dans nos métropoles (Paris c’est 50 m2 au sol par parisien) et le prix d’un parking en ville qui en resulte, je suis surpris pour éviter le toujours plus que ne soit pas fait mention dans l’article GOODPLANET de la voiture hybride rechargeable qui permet au couple fiscal de se satisfaire d’une seule voiture. Ceci d’autant que ce type de motorisation évite de polluer l’air de nos cités aux particules fines et libère le citadin partant en vacances de la limitation de kilométrage résultant des batteries.
    Vu les petits kilométrage parcourus en ville la voiture hybride associé à la chaufferie hybride décrite dans la « solar water economy » serait une évolution qui permettrait une fois solutionner l’intermittence été hiver de l’électricité solaire voltaïque et grâce à son autoconsommationn de se passer à court terme du nucléaire et des produits fossiles

Climat : pour l'Antarctique et le niveau des mers, chaque degré compte, selon une étude

Lire l'article