Des démocrates américains dévoilent un Green New Deal, ambitieux plan environnemental

plan environnement democrates

L'élue à la Chambre des représentants Alexandria Ocasio-Cortez et le sénateur Ed Markey (droite), dévoilent un plan environnemental, le "Green new deal", devant le Capitole à Washington le 7 février 2019 © AFP SAUL LOEB

Washington (AFP) – Des élus démocrates américains ont dévoilé jeudi un Green New Deal, un plan environnemental sans précédent, afin de lutter contre le changement climatique, ayant notamment pour but de réduire les émissions de carbone des Etats-Unis à zéro d’ici dix ans, grâce à des actions drastiques qui supposeraient une transformation profonde de l’économie.

Le « Green New Deal », présenté par la jeune élue à la Chambre des représentants Alexandria Ocasio-Cortez, star montante du parti démocrate, et le sénateur progressiste Ed Markey, est une déclaration d’intention –pour certains irréaliste– qui doit conduire le pays sur le chemin d’un développement plus durable.

« C’est notre premier pas », a déclaré aux journalistes Alexandria Ocasio-Cortez, ajoutant qu’il n’était plus suffisant d’introduire des solutions graduelles pour s’attaquer aux problèmes énergétiques ou environnementaux.

« Aujourd’hui est le jour que nous choisissons pour nous affirmer en tant que leader mondial de la transition vers 100% d’énergies renouvelables », a-t-elle dit.

Cette résolution non contraignante ne détaille pas précisément comment les Etats-Unis, qui dépendent fortement des industries gazière et pétrolière, pourront réussir à se sevrer des énergies fossiles, ni le coût total de ce « Green New Deal ».

Le parti républicain a vivement critiqué une « liste de voeux socialiste », avare en détails, et qui pourrait coûter jusqu’à 2.000 milliards de dollars.

Le « Green New Deal » bénéficie de dizaines de soutiens au sein du Congrès américain, selon Alexandria Ocasio-Cortez. Aucun républicain n’en fait partie.

Il s’invite déjà dans la course à l’élection présidentielle de 2020, certains candidats –ou candidats probables– de la branche progressiste du parti démocrate soutenant le projet, comme les sénatrices Kamala Harris ou Elizabeth Warren.

La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a déclaré « accueillir tout l’enthousiasme » manifesté autour de ce projet, après avoir semblé le discréditer la veille en le qualifiant de « rêve » écologique.

« La génération verte s’est levée », et elle dit vouloir « que ce problème soit réglé », a déclaré M. Markey. « Cela va faire partie de l’un des deux ou trois sujets majeurs de l’élection de 2020 », a-t-il prédit.

Le but le plus ambitieux du plan est « d’arriver à zéro émission de gaz à effet de serre », en pourvoyant à « 100% de la demande énergétique des Etats-Unis via des sources d’énergies propres et renouvelables », a-t-il martelé.

Il propose également, par exemple, de « mettre à niveau tous les bâtiments existants ».

Les démocrates considèrent le président Donald Trump, qui a retiré les Etats-Unis de l’accord de Paris sur le climat, comme le plus important climatosceptique parmi les dirigeants actuels des grandes puissances mondiales.

© AFP

6 commentaires

Ecrire un commentaire

  • Le porte parole des Lutins Thermiques pense que

    « Green New Deal » is theory« Solar Water Economy » is practice

    • Haguenauer

    Quel est votre choix ? La Bourse ou la Vie ? Concernant la Vie les COP se succèdent et se ressemblent, pas d’action concrète efficace. La dégradation de la planète continue et augmente. Le temps qu’il reste pour palier au problème diminue et raccourci de plus en plus vite. Concernant la Bourse les scientifiques sont sous contrôle, les négociations des Etats , lobbies de l’énergie et lobbies financiers continuent. Et leurs seules « solutions » consistent à faire de l’argent sur le dos des citoyens / terriens en augmentant les taxes, prônant des solutions d’énergies renouvelables inefficaces et chères, diminuant la qualité de la vie. Concernant la Vie nous avons une solution de production d’énergie propre, très peu chère, capable d’assurer l’autonomie de tous les citoyens / terriens sur la planète, et de stopper les émissions de gaz à effet de serres et tous les éléments issus des énergies actuellement utilisées qui augmentent les effets du réchauffement climatique. Mais il faut que vous obteniez le droit de l’utiliser. https://www.econologie.com/onu-obtenir-droit-autonomie-energetique/ Concernant la Bourse, l’essor de notre solution dépend de vous, car les lobbies des Etats, des financiers, de l’énergie, sous couvert d’affirmations « scientifiques » fallacieuses nous empêchent d’accéder à des financements normaux. Donc seuls vos quelques euros de participations permettront de la mettre en place https://www.leetchi.com/c/energie-autonomie

    • Claude Renaud

    Réduire les émissions de carbone des E.U. à zéro d’ici dix ans est un voeu pieux auquel
    personne ne croit. Quand on connait le train de vie des américains et leurs excès en tout,
    on voit mal comment ils pourraient y arriver. Ils sont encore les premiers fournisseurs de
    pétrole, utilisent le charbon en grande quantité, et ont un trafic aérien toujours en augmentation.
    Plus un trafic routier, un des plus dense du monde.
    Zéro carbone d’ici à dix ans, c’est techniquement, économiquement et culturellement impossible
    pour les américains.
    Encore un effet d’annonce !

    • Vous avez doublement raison monsieur Renaud

      Vous avez raison de dire qu’une décennie n’est pas grand-chose quand on observe l’importance de la tâche que nous allons devoir accomplir pour assurer notre transition énergétique.

      Vous avez aussi raison de dire qu’atteindre le zéro carbone en dix ans est techniquement, économiquement et culturellement impossible

      Atteindre le zéro carbone dans 10 ans cela signifie en effet que la combustion est totalement
      abandonné à cette échéance
      Ceci alors qu’il nous faudra à minima une trentaine d’années pour y parvenir vu qu’étant donné notre frilosité nous passerons par le régime transitoire de l’hybride. On se demande d’ailleurs si nos hommes politiques dont la principale fonction est de gouverner ont pris conscience qu’ il faudra continuer à assurer le besoin en énergie dans une cinquantaine d’années lorsque nos réserves fossiles seront épuisées.

      Il est temps de leur rappeler les recommandations de Jean-Jaurès
      « L’histoire enseigne aux hommes la difficulté des grandes taches et la lenteur des accomplissement mais elle justifie l’invincible espoir »

      Quoi qu’il advienne le problème de l’énergie est en fait un problème mondial qui ne pourra être solutionné que si tous les pays du monde s’impliquent dans la transition.

      Faut-il rappeler que Jean Jaures s’était opposé au déclenchement de la première guerre mondiale sans y parvenir. Si nous écoutons ses recommandations dès à présent peut-être éviterons nous la troisième

    • Patrice DESCLAUD

    Oui, l’espoir reste un emprunt fait au bonheur … Espérons que ce ne sont pas effectivement des promesses clientèlistes de plus dans les perspectives électorales. Mais n’oublions pas que les 1ers qui ont autorisé à rouler des voitures de séries (dans les années 50) avec des moteurs à hydrogène, ce sont les américains ! Bien sûr le business pétroliers a vu cela d’un très mauvais oeil …
    Oui, d’accord avec « Grossmann »; il faut essayer d’y croire ou proposer des alternatives pour avancer.

  • Merci à Mr DESCLAUD pour cet encouragement

    Pour être plus précis je dirais ceci à mes amis américains:

    Meeting our energy needs without nuclear and fossil fuel is the challenge we face

    Meeting this challenge is not insurmountable if we proceed in order by putting in place an intelligent social taxation

    This is by first trusting the enthalpy of the heat transfer fluids and the specific heat of the water to ensure the heating of the habitat. Europe does not need help for this except the supply of high-performance and harmless heat transfer fluid at a reasonable cost

    This by already trusting the sun for the production of electricity and hydrogen rather than batteries for storage. Europe is right to get closer to the US as it is going to need help for that. This however avoids the generalization of very large wind turbines as it is not rich enough for that

    Paris has not been done in a day this energy transition very close to the ecological transition will be carried out gradually in a first time thanks to the hybrid systems. This is as much for the heating of the habitat, the heaviest post as for the important post of road transport.

    To understand the above, the reader can refer to the European Energy site
    http://www.infoenergie.eu

    Avec la version française pour mieux faire passer le message :

    Satisfaire nos besoins en énergie sans nucléaire et sans combustible fossile tel est le défi auquel nous sommes confrontés

    Relever ce défi n’est pas insurmontable si nous procédons dans l’ordre en mettant en place une fiscalité sociale intelligente

    Ceci en faisant dans un premier temps confiance à l’enthalpie des fluides caloporteurs et à la chaleur spécifique de l’eau pour assurer le chauffage de l’habitat. L’Europe n’a pas besoin d’aide pour cela si ce n’est l’approvisionnement en fluide caloporteur performant et inoffensif a un coût raisonnable

    Ceci en faisant dès à présent confiance au soleil pour la production d’électricité et à l’hydrogène plutot qu’aux piles pour son stockage. L’Europe a raison de se rapprocher des USA vu qu’elle va avoir avoir besoin d’aide pour cela. Ceci toutefois onen évitant la généralisation des très grosses éoliennes vu qu’elle n’est pas assez riche pour cela

    Paris ne s’étant pas fait en un jour cette transition energetique très proche de la transition écologique va s’effectuer progressivement dans un premier temps grâce aux systèmes hybrides. Ceci autant pour le chauffage de l’habitat, le poste le plus lourd que pour l’important poste du transport routier.

    Pour comprendre ce qui précède le lecteur peut se reporter au cycle européen sur l’énergie