Concentration record des gaz à effet de serre avec 405,5 PPM de CO2 dans l’atmosphère en 2017 selon l’ONU

CO2 cooncentration ppm

© AFP

Genève (AFP) – Les gaz à effet de serre, à l’origine du réchauffement climatique, ont franchi de nouveaux pics de concentration dans l’atmosphère en 2017, s’est inquiété jeudi l’ONU, qui appelle à agir d’urgence pour inverser la tendance.

« Les données scientifiques sont sans équivoque. Si l’on ne réduit pas rapidement les émissions de gaz à effet de serre, et notamment de CO2, les changements climatiques auront des conséquences irréversibles et toujours plus destructrices pour la vie sur Terre », a déclaré Petteri Taalas, secrétaire général de l’agence onusienne Organisation météorologique mondiale (OMM).

« La période propice à l’action est sur le point de s’achever », a-t-il averti, à quelques jours de la COP 24 sur le climat qui doit se tenir en décembre à Katowice en Pologne.

La communauté internationale doit y finaliser l’accord de Paris pour atteindre l’objectif de limiter le réchauffement climatique à moins de 2°C, voire à 1,5°C par rapport au niveau de la Révolution industrielle. L’accord incite les pays à revoir à la hausse leurs engagements, qui à ce stade conduisent le monde bien au-delà de 3°C.

« La tendance est inquiétante. Il y a une différence entre l’ambition et la réalité », a reconnu le professeur Pavel Kabat, directeur du Département de la recherche à l’OMM, lors d’une conférence de presse.

Selon l’OMM, les concentrations dans l’atmosphère de dioxyde de carbone (CO2), méthane (CH4) et protoxyde d’azote (N2O), trois gaz à effet de serre, ont encore progressé l’an dernier, pour atteindre des « nouveaux records » à l’échelle du globe.

Et « rien n’indique un renversement de cette tendance, qui est pourtant le facteur déterminant du changement climatique, de l’élévation du niveau de la mer, de l’acidification des océans et d’une augmentation du nombre et de l’intensité des phénomènes météorologiques extrêmes », pointe l’OMM.

Les gaz à effet de serre captent une partie du rayonnement solaire traversant l’atmosphère, qui de ce fait se réchauffe. Ce phénomène, appelé « forçage radiatif » par les experts, s’est accru de 41% depuis 1990. Et le CO2 est de très loin le principal responsable de ce réchauffement.

« Le CO2 persiste pendant des siècles dans l’atmosphère et encore plus longtemps dans l’océan. Or, nous n’avons pas de baguette magique pour faire disparaître l’ensemble de cet excédent de CO2 atmosphérique », a indiqué la secrétaire générale adjointe de l’OMM, Elena Manaenkova.

Sa concentration dans l’atmosphère a atteint 405,5 parties par million (ppm) en 2017, une hausse de 2,2 ppm inférieure à celle enregistrée en 2016 (+3,2 ppm), période pendant laquelle avait été observé un puissant épisode El Niño, qui avait entraîné des épisodes de sécheresse dans les régions tropicales et avait réduit la capacité des forêts et de la végétation à absorber le CO2.

« La dernière fois que la Terre a connu une teneur en CO2 comparable, c’était il y a 3 à 5 millions d’années: la température était de 2 à 3°C plus élevée et le niveau de la mer était supérieur de 10 à 20 mètres par rapport au niveau actuel », a souligné M. Taalas.

Le méthane, qui figure au deuxième rang des plus importants gaz à effet de serre persistants, a atteint aussi un nouveau pic en 2017, représentant 257% du niveau qu’il avait à l’époque préindustrielle.

Les experts ont aussi observé l’an dernier une recrudescence « inattendue » d’un puissant gaz à effet de serre réduisant la teneur en ozone, le CFC-11 (trichlorofluorométhane), dont la production est régie par un accord international visant à protéger la couche d’ozone.

Les concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère dépendent des quantités émises mais aussi des interactions complexes qui se produisent entre l’atmosphère, la biosphère, la lithosphère, la cryosphère et les océans. L’océan absorbe aujourd’hui environ le quart des émissions totales et la biosphère un autre quart.

© AFP

6 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Pautehea

    Wow merci pour ces informations détaillés en chiffre. C’est la première fois que je lis un article aussi détaillé et précis sur le réchauffement climatique. Je vous remercie.
    Laiza de Tahiti

  • Plantons des arbres, des haies, ramassons les plastiques dans les océans, nettoyons notre Terre, arrêtons de nous prendre pour les rois du monde!!!!
    Chacune et chacun est capable d’agir pour retrouver le bien vivre, la fraternité, le bien être. Il faut le vouloir….

    • Claude Renaud

    Nous pouvons planter des arbres et des haies, mais il faudrait en planter plus que nous n’en coupons.
    Quant à nettoyer les océans, c’est malheureusement impossible. 80% des plastiques qui arrivent dans
    les océans viennent de terre, via les rivières et les fleuves du monde entier. Si bien que l’alimentation
    en plastique des océans est permanente, et cela dure depuis les années 50. Ce qui veut dire que
    l’accumulation de cette saloperie se compte en milliards de tonnes et qu’avec le temps, le plastique se
    délite en microparticules irrécupérables. Il faut rappeler que le plastique a une durée de vie de plusieurs
    centaines d’années et que nous en fabriquons 350 millions de tonnes/an.
    Donc les océans sont en cours de plastification.
    Nous marchons sur la tête, c’est fou, c’est aberrant, mais c’est comme ça !
    Désolé de te décevoir, Christine.

  • OUI Mr Pautehea précis et très inquiétant

    Dans une prospective sur l’énergie les Lutins thermiques expliquaient que selon un rapport de l’OCDE nous serons contraints de limiter les concentrations atmosphériques de gaz à effet de serre à environ 500 ppm d’équivalent CO2 pour éviter un changement trop grave du climat ce qui implique une rupture de tendance par rapport à l’évolution économique et énergétique actuelle. Voir
    http://www.infoenergie.eu/riv+ener/G-prospective.htm

    Avec la tendance actuelle et vu le temps qui va être nécessaire pour mettre les infrastructures en place l’Europe n’a plus beaucoup de temps devant elle
    http://www.infoenergie.eu/riv+ener/source-energie/SWE.htm

  • L’organisation des nations unis a joué son rôle et nous a prévenu.
    Compte tenu du temps de mise en place des infrastructures il ne nous reste pas beaucoup de temps devant nous!

    • RISI

    le réchauffement aurait pu être évite depuis bien longtemps car l’énergie libre existe! il aurait fallu que les gouvernements ne soient pas corrompus et débiles de surcroit car ils préfèrent détruire l’humanité en privilégiant l’argent plutôt que la vie , faut le faire! c’est le summum de la bêtise pour rester polie car ceux qui sont a l’origine de tout cela n’ y en rechaperont pas quoi qu’ils puissent en penser !!! en clair l’humain préfère la mort a la vie!!! fou non ?!

Sortie du nucléaire : Berlin va verser 2,4 milliards d'euros d'indemnités aux énergéticiens

Lire l'article