Pot de chambre en main, Bill Gates défend la « révolution des WC » en Chine


Le fondateur de Microsoft Bill Gates défend la nécessité de l'assainissement dans les pays en développement, un bocal rempli de déjections humaines à l'appui, à Pékin le 6 novembre 2018 © AFP Nicolas ASFOURI

Pékin (AFP) – Multimilliardaire et philanthrope, Bill Gates a posé dans sa vie aux côtés des grands de ce monde. Il ne s’était encore jamais montré en public avec à la main un pot rempli d’excréments.

Le fondateur de Microsoft a réparé cette lacune mardi en apparaissant à Pékin à côté d’un récipient de déjections humaines dont la couleur et la forme ne laissaient rien à l’imagination.

Objectif pour le richissime Américain: attirer l’attention sur le manque de toilettes dans les pays en développement.

« Dans les endroits qui n’ont pas d’assainissement, il y en a beaucoup plus que là-dedans », a-t-il déclaré, montrant le pot posé à côté de lui alors qu’il s’adressait à un forum sur l’avenir des toilettes dans le monde.

« Quand les enfants vont jouer dehors, ils sont exposés à ça tout le temps », a martelé le milliardaire. « Ce n’est pas juste une question de qualité de vie, c’est lié aux maladies, à la mort et à la malnutrition », a-t-il dit.

A la tête de sa fondation humanitaire, la Bill & Melinda Gates Foundation, le philanthrope a consacré une partie de sa fortune à la généralisation des toilettes dans le monde, en particulier des toilettes sèches utilisables dans les zones en manque d’eau.

Selon l’Unicef, près de 900 millions de personnes n’ont pas d’autre choix que de faire leurs besoins en plein air. Dans un pays comme l’Inde, c’est encore le cas de 150 millions d’habitants contre 550 millions en 2014, selon New Delhi.

Bill Gates a rendu hommage aux efforts faits par la Chine pour améliorer l’hygiène de ses toilettes publiques, jadis repérables de loin par leur odeur. Le président Xi Jinping fait encore campagne lui-même pour une « révolution des toilettes » dans la deuxième économie mondiale.

« La Chine a la possibilité de lancer un nouveau type de solutions d’assainissements innovantes qui ne seront pas connectées au réseau d’égouts », a estimé Bill Gates.

Ce n’est pas la première fois que Bill Gates fait sensation dans son auditoire afin d’appuyer son message.

Lors d’une conférence aux Etats-Unis en 2009, il avait lâché une armée de moustiques dans le public afin d’évoquer les dangers du paludisme… attendant une bonne minute avant d’expliquer que les insectes en question n’en étaient pas porteurs.

5 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Mona

    Et pour vendre ses merdes chimiques, il est capable de nous faire croire que les nôtres sont le poison de la planète…. raison de plus pour supprimer le trop plein d’êtres vivants sur terre…!! Vaccins, antibiotiques, insecticides, pesticides, herbicides…et maintenant anti-merdes…!!!
    Ramassons et cachons tous nos cacas…!!
    Danger….. Bill nous cache sa véritable motivation…!!!

      • dany

      Laissons causer Bill, ses discours n’interesseront que ceux qui s’y laissent prendre.
      Cependant, prenons au sérieux les préoccupations réelles lié à ce problème qui nous fait peut-être chier….
      j’ai de nombreux amis collaborant dans l’humanitaire/médical en Afrique et Asie et la question des toilettes ne m’est pas inconnue.
      Le problème des toilettes est MAJEUR.
      Qui dit maladie (dysenterie, fièvre jaune etc…. ) dit microbes, qui dit caca dit mouches, et avec les mouche les épidémies, puis re-caca etc… . La boucle est bouclée…
      Les excréments en pleine nature sont un fléau là ou des milliers de gens vivent sur le tas.
      Un p’tit caca dans un environnement sain, ce n’est rien.
      Dans les pays sous-développés c’est un drame médical majeur.
      alors, oui ! Merde ! cachons les cacas, mais proprement, pour la sécurité des populations.
      Quant aux solutions proposées, Bin oui ! Même sortant de la bouche d’un Bill, elles sont tout à fait crédibles. il faut très peu de choses pour que tout ailles bien.

  • Il fallait y penser

    L’homme est décidément le plus grand pollueur de la planète.

    Et en plus il y a l’odeur: chacun d’entre vous l’aura compris la pollution de l’air

      • Justine

      Bon …. vous en conviendrez, son intention n’a pas été de polluer ce que hier, inconscients, n’a pas été non plus la nôtre en adoptant ce que devenait un incontournable outil professionnel. Aujourd’hui, informés comme jamais, notre responsabilité de consommateur éduqué (?) est convoqué. Définissons une fois pour toutes la nature exacte de notre supériorité : à dominante empathique ou technique ? Ce n’est pas notre capacité de « parler » qui légitime ce superlatif annulé par notre constante incapacité de savoir majoritairement « penser » de manière élaborée, évolutive et éduquée. Des siècles d’enseignement …. sinon des siècles d’exploitation par quelques uns, sans cesse renouvelés, entravant le développement d’une pensée majoritairement civilisée, tolérante, compatissante et empathique. Les scrutins toxiques contemporains sont révélateurs. Le paysage géopolitique et économique du XXIème siècle est bien la preuve de notre incapacité d’évoluer vers la perfection. Comme le titrait John Irving « L’Oeuvre de Dieu, la Part du Diable » ?

    • Francis

    La Chine est pourtant la civilisation qui a compris depuis des millénaires que la m….. doit aller dans les jardins et les champs pour y ramener de l’humus et les minéraux prélevés par les cultures. Le compostage avec de la paille ou du déchet de bois permet d’assainir et de déodoriser.

L'affaissement des sols menace un cinquième de la population mondiale

Lire l'article