Des micro-plastiques présents dans la chaine alimentaire humaine

micro-plastique chaine alimentaire

Un Vietnamien devant une montagne de bouteilles plastique à Hanoi le 4 juin 2018 © AFP/Archives Nhac NGUYEN

Paris (AFP) – Les micro-plastiques sont omniprésents dans la chaîne alimentaire humaine, montre une étude publiée mardi qui a permis de détecter leur présence dans les les selles de personnes habitant en Europe, en Russie et au Japon.

Différents types de plastique ont été trouvés chez les huit volontaires de cette étude pilote, présentée lors d’un congrès de gastro-gastroentérologie à Vienne comme une première mondiale.

Pendant une semaine, cinq femmes et trois hommes âgés de 33 à 65 ans, vivant en Finlande, aux Pays-Bas, en Grande-Bretagne, en Italie, en Pologne, en Russie, au Japon et en Autriche, ont noté ce qu’ils mangeaient.

La taille des échantillons de plastique trouvés dans leurs selles varie de 50 à 500 micromètres, soit l’épaisseur d’un cheveu ou plus. Les scientifiques supposent qu’ils ont été ingérés via des produits de la mer que les volontaires ont mangé, mais aussi l’eau des bouteilles en plastique qu’ils ont bue et la nourriture emballée dans du plastique.

« Nous avons pu détecter neuf plastiques différents », indique Bettina Liebmann, chercheuse à l’Agence autrichienne de l’environnement.

Les deux types les plus fréquemment retrouvés sont le polypropylène, utilisé dans les bouchons de bouteille, et le PET, présent dans les bouteilles.

Avec le polystyrène (barquettes) et le polyéthylène (sacs en plastique), ils représentent plus de 95% des particules détectés.

« Nous n’avons pas été capables d’établir un lien fiable entre les comportements alimentaires et l’exposition aux micro-plastiques », indique Philipp Schwabl, chercheur à l’Université médicale de Vienne, qui a mené l’étude.

Lors d’études précédentes sur des animaux, les concentrations en micro-plastiques les plus fortes étaient trouvées dans l’estomac et les intestins, mais de petites quantités étaient détectées dans le sang, le foie et la lymphe.

Il est possible que les micro-plastiques aient des effets négatifs sur le tube digestif mais « des études complémentaires sont nécessaires pour évaluer les dangers potentiels des micro-plastiques pour les humains », fait savoir Philipp Schwabl.

La production plastique a explosé au cours de la dernière décennie et se monte actuellement à 348 millions de tonnes par an. Environ 2 à 5% se retrouverait dans les océans.

© AFP

3 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Tina92

    Bonjour,
    L’Economie Bleue, proposée par l’entrepreneur génial Günter Pauli er qui s’inspire du Biomimetisme permet de résoudre beaucoup des problèmes liés à la pollution et la malbouffe .
    Elle est déjà très rentable dans plusieurs pays et à permis la création de nombreux nouveaux métiers qui permettent à des personnes exclues de retrouver un vraie Fierté et le sentiment d’être utile au monde.
    Günter Pauli, ex patron de Ecover, resume dans ses livres et conférences plus de 200 exemples facilement reproductibles: papier de pierre ( Bretagne, Chine), arbres qui poussent sur des couches de bébés (Berlin), biogaz produit par les algues …
    Renseignez-vous !

    • Claude Renaud

    Ou l’art et la manière d’empoisonner l’Humanité, les poissons, les mammifères marins et
    les oiseaux de mer. Le plastique est devenu indispensable à l’homme, mais est aussi une
    vraie calamité pour le vivant. Les océans ne s’en sortiront pas….et les hommes non plus !

    • yvhnna

    Cette civilisation qui se base encore sur le pétrole et l’éphémère, vers quoi croit-elle courir? Songe t’elle que tout ce qui est valable et beau sur Terre, ne s’est construit qu’avec le Temps? Il s’agit peut-être pour nous, d’apprendre à croire et à persévérer, et en ce sens tout ce qui se passe ici à Goodplanet sont de petits pas d’espoir au quotidien…

Satay végétarien: un laboratoire expérimente des plats asiatiques sans viande

Lire l'article

Le Marché de Rungis va s'étendre au nord de Paris avec nouvelles plateformes et volet agricole

Lire l'article