Les Etats approuvent le rapport choc du Giec sur le climat

giec

Des scientifiques et représentants gouvernementaux réunis à Incheon sur le climat, le 1er octobre 2018 en Corée du Sud © AFP/Archives Jung Yeon-je

Incheon (Corée du Sud) (AFP) – Le message des scientifiques est transmis: les gouvernements du monde ont approuvé samedi, en dépit de contestations saoudiennes, le dernier bilan du Giec sur le dérèglement climatique, qui montre de forts impacts au-delà de 1,5°C de réchauffement. La réunion à huis clos du Groupe des experts climat de l’ONU (Giec), entamée lundi à Incheon en Corée du Sud, a dû être prolongée d’une journée et ses dernières heures ont été consacrées en particulier à résoudre l’opposition montrée par Ryad, ont relaté plusieurs participants. Dans leur rapport, dont le résumé a été approuvé par consensus mais ne sera rendu public que lundi à 01h00 GMT lors d’une conférence de presse, les scientifiques décrivent, sur la base de 6.000 études, la grande différence d’impacts entre un réchauffement de +1,5°C et de +2°C. Et ils listent les différentes pistes d’actions, qui passent d’abord par une réduction massive des émissions de gaz à effet de serre (issues aujourd’hui pour les trois quarts des énergies fossiles). [Suivez www.goodplanet.info toute la journée de lundi  afin d’en savoir plus]

Premier exportateur mondial de pétrole, l’Arabie saoudite a, selon plusieurs participants, âprement contesté en fin de parcours un chapitre rappelant l’insuffisance globale des engagements de réductions d’émissions pris à Paris par les pays pour rester à 1,5.

Avant de « finalement lever son blocage, parce que cela était sur le point de s’achever par une note en bas de page », a indiqué un observateur requérant l’anonymat.

« C’est assez rare qu’un gouvernement accepte d’avoir son nom au bas de la page, parce que c’est un peu gênant pour lui », expliquait il y a quelques semaines le responsable de la communication du Giec, Jonathan Lynn.

Ce dernier baroud saoudien ne fut cependant pas une surprise tant la délégation est intervenue toute la semaine, sur le fond comme sur les formulations, ont décrit des témoins.

Dans le passé Ryad a aussi souvent été très active pour freiner l’action onusienne contre le réchauffement, qu’il s’agisse des rapports du Giec ou des négociations pour trouver un accord sur les réductions d’émissions. Et si fin 2015 le royaume a adopté l’accord de Paris visant à garder la planète « bien en-deçà de 2°C » et si possible 1,5°, il était aussi opposé à l’ajout de ce 1,5, revendication des Etats les plus vulnérables.

Outre Ryad, les scientifique du Giec ont aussi eu à répondre à toutes les questions, voire les contestations exprimées pendant cette semaine de relecture ligne par ligne de son résumé de 20 pages. Il semble cependant qu’elles aient été résolues sans infliger de « dégâts » majeurs au texte original, selon le terme d’un participant.

« Nous nous attendions à des négociations difficiles, et nous sommes heureux de voir que les gouvernements ont fait preuve d’une vraie réflexion sur les éléments scientifiques », a réagi en fin de réunion Stephen Cornelius, conseiller principal climat pour le WWF.

« Les engagements actuels des pays pour réduire les émissions ne suffiront pas à limiter le réchauffement à 1,5°C, vous ne pouvez pas négocier avec la science », a-t-il ajouté.

Commandé par l’ONU au moment de l’accord de Paris, ce rapport doit nourrir le processus de révision des engagements nationaux, qui doit être lancé aux prochaines négociations climat, à la COP24 de Katowice en décembre.

« Ce rapport est le plus important rapport scientifique sur le climat que nous ayons eu », a estimé samedi Jennifer Morgan, la directrice de de Greenpeace International. « Les gouvernements l’ont demandé, alors maintenant qu’il est adopté, ils doivent se l’approprier et agir sur cette base ».

L’ONG espère qu’il sera évoqué dès mardi lors du conseil environnement de l’UE.

Dans de nombreuses capitales, ce « résumé » de 20 pages sera à son tour résumé dans les cabinets à destination des ministres. Au sein des gouvernements, les rapports du Giec sont souvent « une arme » des ministères de l’Environnement pour gagner des arbitrages face à leurs collègues de l’Economie, explique aussi Bill Hare, du centre de recherche Climate Analytics.

Pour lui, il aura également « un impact sur les industriels, les entreprises, les villes, la société civile. La communauté financière l’attend, qui nous réclame elle aussi un +résumé financier pour les décideurs+ et les investisseurs ».

© AFP

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Claude Renaud

    « Les gouvernements du monde ont approuvé le rapport du GIEC » Bravo !
    Comme ils ont approuvé les Accords de Paris, en 2015. Signés, ratifiés. Ce fut une belle victoire ! Et qu’est-ce qu’on a fait depuis? Rien. La COP ressemble à une agence de voyage, qui fait voyager les
    Commissions dans le monde entier. Avions en première classe, hôtels de luxe; pourquoi se priver !
    Des gens qui sont censés défendre le Climat, mais qui aggravent un peu plus son cas. Et tout ça, pour
    un résultat négatif. La mascarade peut durer encore pendant des années !
    Nous produisons actuellement 100 millions de barils de pétrole par jour et la demande est toujours en
    hausse. Si on veut avoir une petite change de limiter le réchauffement climatique, il faudrait diviser par
    deux cette production, et tout de suite. IMPOSSIBLE !

    • jipebe29

    Le résumé pour les décideurs (SPM) est un document sans aucune valeur scientifique, car mis au point avec les représentants des gouvernements, diplomates et fonctionnaires. Il est donc normal qu’il soit approuvé par les gouvernements… C’est un document de propagande, déconnecté du réel, diffusé urbi et orbi, le rapport scientifique n’étant lu que par des spécialistes. Le SPM ignore (ou ne veut surtout pas faire savoir…) qu’il n’y a quasiment plus de réchauffement global depuis le début des années 2000 malgré une inflation de nos émissions de CO2, ce qui laisse à penser que le CO2 anthropique, tout comme le CO2 naturel, n’a aucun effet mesurable sur la température. Cette observation est frappée d’omerta, car elle met à bas toute la mécanique onuso-GIECquienne et toutes les absurdes politiques climat-énergie, dont seule profite grassement une petite minorité, aux frais des ménages.
    http://www.woodfortrees.org/plot/uah6/from:2002

Science du climat : encore des "mystères" à percer malgré les progrès

Lire l'article