Glyphosate : le ministre de l’Agriculture évoque une loi dans 3 ans si pas d’avancée d’ici là

glyphosate

En France, une loi pour interdire l'herbicide controversé glyphosate sera examinée par le Parlement en cas d'absence d'avancée sur le sujet d'ici à 2021 © AFP/Archives Jean-Francois MONIER

Paris (AFP) – Une loi pour interdire l’herbicide controversé glyphosate sera examinée par le Parlement en cas d’absence d’avancée sur le sujet d’ici à 2021, a affirmé mercredi le ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert.

L’Assemblée nationale a rejeté fin mai des amendements qui visaient à graver dans la loi agriculture et alimentation cette sortie du glyphosate en 2021, le gouvernement voulant trouver d’abord une solution de remplacement pour les agriculteurs.

« Si au terme des trois ans, nous voyons qu’il n’y a pas de solution et que nos partenaires ne sont pas rentrés dans ce processus que nous souhaitons mettre en place avec eux, il y aura une proposition de loi », a affirmé Stéphane Travert sur le plateau de Public Sénat.

Après ce rejet par l’Assemblée, le Premier ministre avait confirmé que l’engagement d’Emmanuel Macron sur une sortie de la France de l’utilisation du glyphosate d’ici à 2021 serait tenu, même s’il n’est pas inscrit dans la loi.

De son côté, le patron de La République en Marche et secrétaire d’État aux Relations avec le Parlement Christophe Castaner avait indiqué qu’il soutiendrait une proposition de loi pour interdire le glyphosate d’ici 2021 à défaut « d’avancées » d’ici 18 ou 24 mois du plan d’action annoncé par le gouvernement.

« Si je reprends ce qui avait été inscrit dans le Grenelle (de l’environnement, NDLR), sous le mandat de Nicolas Sarkozy, et que je regarde aujourd’hui le point d’arrivée (…), il y a des manques et pourtant cela avait été inscrit dans la loi », a encore estimé M. Travert.

« Ce n’est pas parce qu’on se serait fait plaisir en inscrivant dans la loi l’interdiction du glyphosate qu’aussitôt le glyphosate aurait disparu », a-t-il soutenu.

Après la décision de l’Union européenne en novembre de renouveler la licence de l’herbicide pour cinq ans, Emmanuel Macron avait promis que la substance, principe actif du Roundup de Monsanto et cancérogène probable, serait interdite en France « dès que des alternatives auront été trouvées, et au plus tard dans trois ans ».

© AFP

3 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Claude Courty

    N’y-a-t-il pas des problèmes plus sérieux et urgents à traiter, plutôt que de promouvoir et médiatiser ces obsession idéologiques d’éclo-bobos ?
    Faut-il rappeler l’isolement de la France, concernant l’interdiction du Glyphosate ?

    Différence de risque calculé :
    – L’amiante c’est + 1770 % d’augmentation du risque de cancer de la plèvre
    – Le tabac c’est + 2360% d’augmentation du risque de cancer du poumon
    – Pour les utilisateurs de glyphosate, le risque de tout cancer est au maximum de 4 %,
    https://www.causeur.fr/glyphosate-agriculture-ong-macron-danger-151434

    • Francis

    La photo d’illustration est à la mesure de la confusion dans ce débat. Le glyphosate n’est efficace que sur des plantes en état de végétation active. Or ce champ est nu.
    Le phosphite (ou phosphanate) de méthylglycine (le vrai nom du glyphosate) est ni plus ni moins cancérigène que le sulfite dans le vin ou le nitrite dans la charcuterie. Avec une grande différence: on ne le mange pas, on ne le boit pas. Est-il oui ou non biodégradable ? Oui à condition d’être épandu sur un sol vivant peuplé de champignons capables de transformer le phosphite en phosphate. Non quand il est utilisé sur les voiries, les lignes de chemin de fer, etc. Cette biodégradation n’est pas immédiate: la demi-vie de la molécule est de 3 semaines. En réduire l’utilisation au strict nécessaire, c’est bien. L’interdire serait une idiotie. Le glyphosate est indispensable pour l’agroécologie (voir et écouter Frédéric Thomas)
    Les pouvoirs publics doivent aussi porter leur attention sur les adjuvants associés au glyphosate dans le désherbant vendu dans le commerce. Certains ne sont pas anodins.
    Pour rappel, 3 litres de round-up à l’ ha (la dose normale), ça fait 1080 grammes de glyphosate à l’ha soit 1/10 de gramme au M2.

    • Martial

    a mon avis ce sont des utilisateurs de Rundup qui ont laissés de pareils avis , il faudrait donc mieux fermer les yeux et continuer ainsi ? pourquoi juger si l’ont ne parvient pas a faire quelque chose dans notre pays

Jaunisse de la betterave : Tereos a retardé le démarrage de sa campagne 2020/21

Lire l'article

L’agriculture bio labellisée AB est le modèle le plus rentable et le plus performant, d’après une analyse de France Stratégie

Lire l'article