La FNSEA va proposer « 200 solutions » pour réduire l’usage des produits phytosanitaires

FNSEA

Des salades exposées au salon de l'agriculture, le 24 février 2018 à Paris © AFP GERARD JULIEN

Paris (AFP) – Le premier syndicat agricole, la FNSEA, va présenter lundi au salon de l’Agriculture un « contrat de solutions » visant à réduire l’utilisation de produits phytosanitaires et à supprimer le glyphosate, mais dans un délai supérieur à trois ans, selon sa présidente.

Ce « contrat de solutions pour répondre aux attentes sociétales et réduire l’utilisation de produits phytosanitaires » a été « conçu avec 35 organisations agricoles, des associations de producteurs et des instituts de recherche, comme l’Inra », précise Christiane Lambert dans un entretien au Journal du dimanche (JDD).

« Notre objectif est de proposer une trajectoire de solutions, et non d’interdictions, en se donnant le temps pour mettre en place des actions concrètes », explique la dirigeante syndicale.

La FNSEA va proposer « 200 actions réparties en 8 grands thèmes », dont certaines « seront mises en place immédiatement, d’autres d’ici 2 à 3 ans, ou davantage pour la suppression du glyphosate par exemple ».

« Même l’Inra reconnaît que la suppression totale du glyphosate en trois ans, comme le souhaite Emmanuel Macron, n’est pas réalisable », affirme Mme Lambert.

Ces thèmes sont « l’innovation variétale, la robotique, les outils numériques, la recherche de nouvelles molécules, l’amélioration des pratiques agronomiques, le biocontrôle, les démarches (par) filières et territoires et les conseils et formations », détaille-t-elle.

« Notre ambition est d’être en concordance avec le plan Ecophyto II qui prévoit une diminution de l’utilisation des produits phytosanitaires de 25% en 2020 et de 50% d’ici 2025 », précise la présidente de la FNSEA.

« Parmi nos engagements, nous souhaitons porter de 5% à 15% le taux d’utilisation des produits de biocontrôle dans les solutions utilisées en agriculture d’ici à 5 ans », indique-t-elle encore. « Avec plus de moyens et de solutions, nous pourrions aller au-delà. »

© AFP

5 commentaires

Ecrire un commentaire

    • DESCLAUD Patrice

    Les effets d’annonce, très bien ! Mais laissons venir ensuite la réalité des promesses. Si c’est du chapitre « on va mieux maîtriser nos dosages et agir plus finement » c’est peu vérifiable à court terme par tout un chacun.
    200 actions et pas une de citées dès maintenant, ça c’est un super scoop (NOVETHIC dit 250 ?); et on mise sur la recherche en termes de « contrat de solutions » ?
    N’est-ce pas plus de la « com » ? Je nai ce mardi rien vu de précis dans la presse; mais je n’ai pas du lire la bonne.
    Patrice.

    • Peters

    Ils feraient mieux de se mettre tous au bio qui ne nécessite pas de produits phyto .
    Pourquoi créer encore des dépendances à l’industrie ? Et au petrole ?
    Les producteurs bio produisent en utilisant la nature , en faisant des rotations , en utilisant du compost , ils ont montré l’efficacité de leur modèle , pourquoi vouloir autre chose ?

    • Francis

    La FNSEA ne fait que reprendre à son compte, comme toujours, le discours de la science officielle. Imaginez un instant que le gouvernement décide que les automobilistes français doivent maintenant rouler à gauche, comme en Angleterre. Vous seriez les premiers à faire la gueule et à protester. Cela donne une image du désarroi de la majorité des agriculteurs, indépendamment de leur choix syndical et beaucoup ne sont pas syndiqués, qui se rendent compte que ce qu’on leur a enseigné est partiellement faux et qu’ils ont fait confiance à un complexe scientifico-industriel (dont l’INRA fait plus ou moins partie) qui s’est comporté en escroc. C’est exactement ce qui s’est déjà passé avec la catastrophe de la vache folle. Le concept d’agriculture raisonnée n’ayant été qu’une fumisterie politique visant à mettre sur le dos des éleveurs la responsabilité de la science officielle et la culpabilité de la commission de Bruxelles. Et Christiane Lambert fut suffisamment conne pour la reprendre à son compte………

      • Leluc

      Votre commentaire est juste et judicieux. La science a retourné sa veste mais seule les agriculteurs sont culpabilusés et montrés du doigt par les médias. Ils ont cru bien faire car on leur disait de faire ! Aujourd’hui, on leur demande de faire autrement…laissez leur le temps de comprendre le pourquoi et le comment. Votre dernière phrase est erronée !

    • maitei

    SCANDALEUX – l’europe officielle dit agir.
    Mais nous, qu pensons nous?
    Ces mesures sont le reflet de nots sociétés, embourgeoisées, coloniales etc.

    Quand nous réveillerons-nous?
    Ici en amérique latine et dans le monde, les conséquences de ces « oublis » sont plus que tragiques.

Corne de l’Afrique : pour éviter une crise alimentaire, il faut aider d’urgence les agriculteurs et les pasteurs touchés par la sécheresse

Lire l'article