Après Fessenheim, EDF ne souhaite pas fermer d’autre réacteur avant 2029

reacteur

La centrale de Fessenheim le 19 janvier 2018 © AFP/Archives FREDERICK FLORIN

Paris (AFP) – Après la fermeture de la centrale de Fessenheim, EDF ne souhaite pas arrêter d’autre réacteur nucléaire avant 2029, a indiqué mardi un responsable de l’électricien.

La France est actuellement en train d’élaborer sa feuille de route énergétique (la programmation pluriannuelle de l’énergie, PPE) pour les années 2019-2023 ainsi que des orientations à horizon 2028.

L’objectif du gouvernement est de ramener la part du nucléaire dans la production électrique d’environ 75% actuellement à 50% d’ici 2030 ou 2035.

« On a clairement un objectif d’amener nos réacteurs à 50 ans, ce qui ferait des premiers arrêts à partir de 2029 », a déclaré Philippe Sasseigne, directeur du parc nucléaire français d’EDF, lors d’une rencontre avec des journalistes. « Dans la période 2029-2035, il y a un nombre de réacteurs important qui pourrait s’arrêter à 50 ans » et « on dit aussi qu’il est raisonnable d’amener des réacteurs à 50 ans et d’autres à 60 ans pour étaler » les fermetures.

Le parc actuel compte 58 réacteurs, dont les deux de la centrale de Fessenheim qui doivent fermer à la fin de l’année lorsque le combustible sera chargé dans le nouvel EPR de Flamanville. Aucune autre fermeture n’est planifiée à ce jour.

Un certain nombre de réacteurs commenceront à atteindre les 40 ans à partir de 2019 et EDF prévoit de grands travaux pour obtenir de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) le droit de prolonger leur vie de dix années supplémentaires.

« On veut de la visibilité et engager des grosses dépenses sur des réacteurs qui ne dureraient que 3 ou 4 ans n’aurait pas de sens », a fait valoir Philippe Sasseigne.

Selon lui, le plan de fermeture proposé par EDF permettrait de ramener la part du nucléaire à 50% « à un horizon qui ressemble à 2035 ».

Le gouvernement, par ailleurs actionnaire majoritaire d’EDF, a plusieurs fois indiqué vouloir un plan de fermeture précis de réacteurs dans le cadre de la prochaine PPE, qui doit être adoptée d’ici la fin de l’année.

« Dans un an, nous aurons un scénario totalement planifié. Nous serons capables de savoir combien de réacteurs, à quelle échéance et sur quels critères nous allons parvenir à cet objectif », avait ainsi déclaré Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire.

© AFP

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Robert BIGEAT

    Ce n’est pas parce que EDF, endettée au-delà du raisonnable par son nucléaire, déclare ne pas vouloir fermer d’autres « réactueurs » avant 2029, d’abord que ce soit réellement ce qu’elle souhaite et ensuite que c’est bien là ce qui arrivera, tout simplement parce que le nucléaire, par ses « réactueurs » non rentables, creuse chaque jour un peu plus les déficits d’EDF et de l’Etat,, ce qui n’est plus économiquement tenable, ni pour EDF, ni pour l’Etat.

    • Didier PUEL

    Au lieu d’investir dans la prolongation de ses veilles centrales, EDF ferait mieux de concentrer ces dépenses sur le cout de l’arrêt de Fessenheim et des autres réacteurs.
    Budget inexistant, couts de « dé-commissionning » jamais provisionnés, procédures inexistantes.
    Si on réinjecte ces couts ainsi que ceux du retraitement et du stockage dans le cout du KW nucléaire,alors apparait une immense gabegie financière doublé d’un mensonge non moins énorme.
    Il y aurait de quoi porter plainte pour usage abusif et mensonger des deniers de l’Etat … donc nos deniers!
    Bravo

Se passer du nucléaire en France ? C'est possible selon un réseau d'experts

Lire l'article