Incendies en Australie, suivez la situation

Inquiétudes pour le Mékong menacé par les barrages chinois

mekong

Des pêcheurs cambodgiens en train de se couper les cheveux à bord de leur bateau sur le Mékong, le 5 janvier 2018 © AFP TANG CHHIN SOTHY

Kandal (Cambodge) (AFP) – Sles Hiet, pêcheur cambodgien, a de plus en plus de mal à vivre grâce aux poissons du Mékong: l’immense fleuve qui nourrit des dizaines de millions de personnes est menacé par les nombreux barrages du puissant voisin chinois.

Cet homme de 32 ans, membre de la communauté musulmane Cham, vit sur son bateau dans la province de Kandal, dans le sud du Cambodge. Ses prises diminuent d’année en année.

« Nous ne savons pas pourquoi il y a moins de poissons aujourd’hui », raconte à l’AFP celui qui a de plus en plus de mal à joindre les deux bouts.

Le constat est largement partagé tout le long de l’immense fleuve qui prend sa source sur le plateau tibétain, traverse la Birmanie, le Laos, la Thaïlande, le Cambodge et le Vietnam avant de se jeter dans la mer de Chine méridionale.

Avec plus de 4.800 kilomètres de long, le Mékong abrite la biodiversité aquatique la plus importante du monde après l’Amazone, avec notamment 1.300 espèces de poissons.

Et il est vital pour la survie des 60 millions de personnes vivant directement du fleuve en Asie du Sud-Est.

Pourtant, c’est plus au nord que tout se joue: les dirigeants chinois détiennent entre leurs mains l’avenir du fleuve. Le Premier ministre Li Keqiang se rend d’ailleurs mercredi à Phnom Penh, la capitale cambodgienne, pour un sommet régional qui y sera consacré.

Pékin a déjà construit six barrages sur le cours supérieur du Mékong et investi dans plus de la moitié des 11 barrages prévus plus au sud, d’après l’ONG de défense de l’environnement International Rivers.

Les groupes environnementaux estiment que les barrages représentent une grave menace pour l’habitat des poissons et perturbent les migrations et l’écoulement des principaux nutriments et sédiments – sans parler du déplacement de dizaines de milliers de personnes victimes d’inondations.

Si les habitants des pays les plus au sud dénoncent une baisse des stocks de poissons à cause des barrages, les experts estiment qu’il est trop tôt pour tirer des conclusions complètes étant donné le manque de données de base et la nature complexe de l’écosystème du fleuve.

En contrôlant le débit en amont, la Chine possède un moyen de pression incroyable. Ainsi en 2016, Pékin a permis au Vietnam d’atténuer les effets d’une grave sécheresse en ouvrant les vannes.

Et les pays d’Asie du Sud-Est ne peuvent pas tenir tête à la Chine sur le plan géopolitique, rappelle Thitinan Pongsudhirak, expert en politique étrangère à l’Université Chulalongkron de Bangkok.

La superpuissance régionale a assis son autorité sur le dossier grâce au forum régional naissant, appelé coopération Lancang-Mékong (LMC). La Chine a offert, pour contenter ses voisins, des investissements le long du Mékong et des prêts à taux réduit.

Cela permet à Pékin de continuer à « saper l’habitat et les moyens de subsistance de millions de personnes en aval », ajoute-t-il.

Les dirigeants des six pays du Mékong participeront au forum LMC cette semaine au Cambodge.

« Nous sommes inquiets que la Chine cherche surtout à mettre en avant ses propres intérêts plutôt que d’instaurer une véritable coopération », explique Maureen Harris, responsable d’International Rivers en Asie du Sud-Est.

Jusqu’ici, les entreprises chinoises ont investi des milliards de dollars dans de nombreux barrages mais n’ont réalisé aucune évaluation environnementale et sociétale complète.

Les appels à la protection du fleuve sont jusqu’ici restés lettre morte en Asie du Sud-Est, où les gouvernements sont impatients de répondre aux besoins énergétiques et ne veulent pas résister à la Chine ou renoncer à de gros contrats.

« Une grande partie des bénéfices seront récoltés par les intérêts financiers et commerciaux impliqués et ce sont les communautés le long du fleuve qui seront affectées », ajoute Maureen Harris.

Ceux qui dépendent directement du Mékong, comme Sles Hiet, n’ont pas droit au chapitre.

« Même s’il y a moins de poissons, nous continuerons car nous n’avons pas d’autres emplois et pas de terres à cultiver », rappelle-t-il. « Nous dépendons uniquement du fleuve Mékong ».

© AFP

Un commentaire

Ecrire un commentaire

  • A vrai dire je ne sait pas comment les chinois se chauffent.

    Quant aux français qui mettent en avant des objectifs pour contenir le réchauffement climatique dans des proportions raisonnables pour notre planète, les deux chaînes énergétiques qu’ils utilisent pour se chauffer sont tellement contraires à leurs objectifs que je préfère ne rien dire.

    Quoiqu’il en soit, quand le dernier arbre aura été coupé, quand la dernière rivière aura été empoisonnée, quand le dernier poisson aura été attrapé, seulement alors, l’homme se rendra compte que l’argent ne se mange pas et qu’il est préférable de s’orienter vers le consommé moins plutôt que vers le produire plus.

    Quoi vous dire de plus, je ne vais pas encore vous bassiner avec ma SWE pourtant je le devrais.
    Quitte à me répéter je dirais plutôt:

     » Pour oublier la température du monde, boit du thé bien chaud, et chauffe ta maison en prélevant l’énergie thermique dans l’eau plutôt que de t’en servir pour produire de l’électricité.

    Ou en anglais pour que nos amis chinois comprennent:
    To forget the température of the word drink warm tea, and heat your house taking renewable energy in water instead of using it to produce electricity

    Balendard janvier 2018