Algues vertes, algues bleues: de nombreux milieux aquatiques étouffent

Paris (AFP) – De la Chine à la Bretagne, en passant par la Baltique ou le golfe du Mexique, de nombreux milieux aquatiques étouffent, victimes d’un phénomène en pleine recrudescence: un excès de nutriments conduisant à une raréfaction de l’oxygène par la prolifération d’algues.

Ce phénomène, l’eutrophisation, est « une sorte d’indigestion des écosystèmes », explique Gilles Pinay, chercheur au CNRS et co-pilote d’un rapport réalisé à la demande des ministères de la Transition écologique et de l’Agriculture qui fait le point des connaissances sur le sujet.

Due à une surcharge d’azote et de phosphore issus notamment des activités agricoles et industrielles, l’eutrophisation se traduit par une prolifération de microalgues vertes dans les zones côtières. Leur décomposition entraîne un appauvrissement ou un épuisement du milieu en oxygène, voire l’émission de gaz toxiques.

Dans les lacs et les cours d’eau, elle se manifeste par l’apparition de cyanobactéries toxiques (autrefois appelées « algues bleues »).

« L’absence d’oxygène va détruire ou tuer à peu près tous les organismes vivants », explique Gilles Pinay.

Une quarantaine de chercheurs français et étrangers de plusieurs organismes (CNRS, Ifremer, Inra, Irstea, universités) ont épluché pendant deux ans des milliers d’articles de la littérature scientifique existante. Leur conclusion est sans appel: « on assiste actuellement à une recrudescence » des épisodes d’eutrophisation, à « une crise majeure ».

« Au niveau mondial, le nombre et l’emprise des zones très pauvres en oxygène en milieu marin ont triplé depuis les années 1960 », indiquent-ils. « Un recensement de 2010 les porte à près de 500, avec une emprise géographique de 245.000 km2 ».

Côté eaux douces, un grand lac comme le Lac Erié, par exemple, a connu « des épisodes très sévères en 2011 et en 2014, au point que la ville américaine de Toledo (400.000 habitants) « a distribué pendant plusieurs jours de l’eau en bouteille à ses habitants ». Des épisodes qui se sont reproduits en 2015.

Menace pour l’environnement et la santé humaine, l’eutrophisation l’est aussi pour l’économie, du fait de son impact sur des activités comme la pêche, la production de coquillages ou le tourisme.

Le phénomène n’est pas nouveau: il avait déjà été observé dans les années 70 et 80 dans les grands lacs alpins, notamment le lac Léman.

« On avait réglé le problème puisqu’il venait en grande partie des stations d’épuration qui se jetaient directement dans les lacs, et des lessives phospatées », rappelle M. Pinay.

Mais depuis, une nouvelle vague d’eutrophisation se répand, touchant de nombreux lacs, réservoirs, rivières et zones côtières. Selon les chercheurs, certains lieux sont désormais victimes de « crises récurrentes »: mer Baltique, golfe du Mexique, lac Victoria, lacs et côtes de Chine, côtes bretonnes, lagunes méditerranéennes…

Lutter contre le phénomène n’est pas une mince affaire, car non seulement les apports de phosphore et d’azote résultant des engrais utilisés par les agriculteurs restent importants, mais ces deux substances sont déjà présentes dans les sols, les sédiments et les aquifères. Et doucement, de façon diffuse, elles rejoignent les cours et les plans d’eau ainsi que les zones côtières, contribuant à l’eutrophisation.

L’azote séquestré dans les nappes phréatiques, par exemple, « peut y rester plusieurs dizaines d’années avant de ressortir dans les cours d’eau », indique M. Pinay. Quant au phosphore, « une fois qu »il a été mis dans le système,il va y rester ».

Le rapport ne fait pas de recommandations mais, dans tous les cas, il faut agir à la fois contre le phosphore et l’azote si l’on veut traiter le problème à long terme, souligne Chantal Gascuel, chercheuse à l’Inra.

D’autant que le réchauffement climatique risque d’aggraver encore les épisodes d’eutrophisation: la hausse de la température va entraîner une raréfaction accrue de l’oxygène dans l’eau, et l’érosion due à des pluies plus fortes va entraîner la diffusion du phosphore et de l’azote contenus dans les sols.

© AFP

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • pelerins

    Notre agriculture actuelle est basée sur le productivisme, l’exportation à outrance (animaux compris); alors pourquoi s’étonner des pollutions qui en résultent !!
    On sait que l’élevage ( notamment industriel ) représente 30 % de notre empreinte carbone, or on continue avec le même schéma, voire on l’accentue.
    Tous les projets d’intensification des élevages et autres, sont tranquillement acceptés par les préfectures et par toutes les administrations (soit disant chargées de défendre , a minima, l’environnement),qui font fi du bilan coût et avantages des projets et de leurs incidences à long terme sur l’environnement. Le lobby puissant de la FNSEA + celui de la Mode (futile et sans éthique) tiennent les gouvernants et l’Etat.

    Cf en 2017: les 2 odieux projets d’élevages de visons pour la fourrure à Emagny dans le DOUBS avec 18 000 , et 8000 à Montarlot les rioz en Haute Saône, soit 25 000 visons encagés, massacrés par la an et nourris avec de la farine de poissons venus de Hollande. Pollution des eaux , gaspillage de vies et transports des cadavres et de leurs peaux arrachés au Danemark.
    Ajoutons les fermes usines dans la Somme ( 1000 vaches ) 1000 veaux dans la creuse, et le plus récent et fou à Digoin en Saône et Loire (4 000 bovins gavés et entassés pour l’exportation).
    La FRANCE se gargarise de la COP des accords de PARIS et in fine ce sera pour son territoire un vrai FLOP 21.

Jaunisse de la betterave : Tereos a retardé le démarrage de sa campagne 2020/21

Lire l'article

L’agriculture bio labellisée AB est le modèle le plus rentable et le plus performant, d’après une analyse de France Stratégie

Lire l'article