Climat: le budget carbone de la planète revu à la hausse

Paris (AFP) – Limiter la hausse de la température mondiale à 1,5°C serait encore possible, selon une étude publiée lundi révisant à la hausse les émissions cumulées de gaz à effet de serre à ne pas dépasser pour respecter cet objectif ambitieux figurant dans l’accord de Paris.

« Les précédentes estimations du budget carbone pour le 1,5°C (…) basé sur le rapport du Giec (groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat) étaient quatre fois inférieures » aux résultats de l’étude parue dans Nature Geoscience, explique Pierre Friedlingstein de l’Université d’Exeter, l’un des auteurs.

« Ceci est une très bonne nouvelle concernant la faisabilité des objectifs (de l’accord) de Paris », ajoute le scientifique.

Mais la dizaine de chercheurs ayant participé à ces travaux mettent aussi en garde contre une lecture trop optimiste de ce résultat.

L’étude permet de dire que l’objectif de 1,5°C « n’est pas impossible d’un point de vue géophysique, mais qu’il implique des réductions d’émissions plus ambitieuses que celles promises par les pays jusqu’ici », écrivent-ils dans un communiqué.

« Cette étude montre que les objectifs de Paris ne sont pas hors d’atteinte mais elle clarifie ce qu’ils impliquent », estime l’un deux, Michael Grubb, du London College.

Et ce qu’ils impliquent va au-delà des efforts de réduction d’émissions prévues par les pays pour les 15 prochaines années, un fait déjà connu.

Sur la base des engagements nationaux actuels, et sous réserve qu’ils soient réalisés, la planète se dirige plutôt vers une hausse de 3 à 4°C, une sombre perspective pour de nombreuses régions (sécheresses, inondations, hausse du niveau de la mer, acidification des océans, etc).

Pour un des autres auteurs, Joeri Rogelj, de l’International Institute for Applied Systems Analysis (Autriche), l’étude « relance l’objectif de 1,5°C », considéré comme inatteignable par beaucoup de scientifiques, en démontrant qu’il est « possible, même s’il reste très difficile ».

L’accord de Paris sur le climat conclu en 2015 s’est donné comme objectif de limiter la hausse de la température moyenne « bien en deça de 2°C » et de « poursuivre les efforts pour la limiter à 1,5°C ».

L’objectif de 1,5°C étant déjà synonyme de changements profonds dans les climats de la planète, les pays du Sud avaient bataillé ferme à Paris pour qu’il soit aussi inscrit dans l’accord et pas seulement le 2°C.

Depuis l’ère pré-industrielle, la planète a déjà gagné 0,9°C et gagne environ 0,2°C tous les dix ans.

En 2015 et 2016, sous l’effet d’El Nino et d’autres sources de variabilité naturelle qui ne se reproduiront pas tous les ans, la hausse a même atteint 1°C.

Le débat porte donc sur les émissions de gaz à effet de serre à ne pas dépasser pour que la hausse à venir n’excède pas 0,6°C.

Le dernier rapport du Giec (2014) faisait état d’un budget de 400 gigatonnes de CO2 à partir de 2011. En calant cette estimation sur 2015, cela donne un budget de 245 gigatonnes, a expliqué à l’AFP Joeri Rogelj.

Or, selon la nouvelle estimation, le budget carbone serait de 880 gigatonnes de CO2.

« Limiter les émissions de CO2 en deçà de 880 gigatonnes à partir de 2015, soit 20 années d’émissions annuelles actuelles, permettrait probablement d’atteindre l’objectif de Paris de limiter le réchauffement à 1,5°C », affirme l’auteur principal Richard Millar de l’université d’Oxford.

Mais pour garder des chances de tenir le 1,5°C – une hausse qui accentuera déjà certains phénomènes climatiques – il faut que « les émissions déclinent drastiquement à partir de 2030 » et qu’elles atteignent la « neutralité carbone » d’ici 2050 (autant de CO2 capturé que de CO2 émis).

D’ici 2030, les émissions devront être inférieures de 25% à celles prévisibles avec les engagements actuels des pays, précise à l’AFP Joeri Rogelj.

« Tous les grands émetteurs, sans exception devront renforcer leurs efforts si l’on veut avoir des chances de limiter le réchauffement à 1,5°C », ajoute le chercheur pour qui l’étude est « une bonne nouvelle » mais « l’urgence est toujours là ».

© AFP

2 commentaires

Ecrire un commentaire

  • A force de s’amplifier sans qu’aucune décision ne soient prise pour financer des infrastructures qui soient à la hauteur de l’enjeu cette fiscalité effrénée sur les produits pétroliers devient presque indécente.

    D’une part on accorde en amont un droit à polluer à toutes les industries générant des gaz à effet de serre provenant de la consommation des produits pétroliers. Ceci moyennant le versement d’une taxe dite « taxe carbone » ou « contribution climat énergie ». qui croit régulièrement vu la difficulté de « réduire » ces gaz à effet de serre lors de la combustion.

    D’autre part on fait payer en aval à l’automobiliste des taxes TICPE et TVA qui représentent les deux-tiers du prix à la pompe. Ceci avec une spécificité étonnante pour la TVA de 20% qui frappe le prix du carburant TICPE incluse!
    Voir
    http://infoenergie.eu/riv+ener/argent-sale.htm

    Il va devenir urgent de revoir sur le fond tout l’aspect économique de la transition énergétique. Plutôt que d’adjuger des aides fiscales trop souvent condionnées par des clauses que l’ont découvrent à posteriori ce qui perturbe le montage financier du Maître d’ouvrage il va devenir urgent que l’état revoit sa copie.

    Ceci en finançant avec l’argent provenant de cette fiscalité et en collaboration avec les régions les infrastructures lourdes associés aux réseaux d’alimentation en eau non potable des immeubles d’habitation et des bâtiments tertiaires. Ceci en mettant les grandes écoles d’ingénieurs en mécanique des fluides à contribution pour définir la température optimum de ces réseaux en fonction des conditions locales. Voir l’étude préliminaire faite dans l’épilogue du livre « La chaleur renouvelable et la rivière »
    voir
    https://www.dropbox.com/s/vbot44hflejga51/Complementarite%20des%20reseaux%20ENP.pdf?dl=0

  • merci à goodplanet de passer plutôt ce texte

    A force de s’amplifier sans qu’aucune décision ne soient prise pour financer des infrastructures qui soient à la hauteur de la transition énergétique cette fiscalité effrénée sur les produits pétroliers devient presque indécente.

    D’une part on accorde en amont un droit à polluer à toutes les industries générant des gaz à effet de serre provenant de la consommation des produits pétroliers. Ceci moyennant le versement d’une taxe dite « taxe carbone » ou « contribution climat énergie ». qui croit régulièrement vu la difficulté de « réduire » ces gaz à effet de serre lors de la combustion.

    D’autre part on fait payer en aval à l’automobiliste des taxes TICPE et TVA qui représentent les deux-tiers du prix à la pompe. Ceci avec une spécificité étonnante pour la TVA de 20% qui frappe le prix du carburant TICPE incluse!
    Voir
    http://infoenergie.eu/riv+ener/argent-sale.htm

    Il va devenir urgent de revoir sur le fond tout l’aspect économique de la transition énergétique. Plutôt que d’adjuger des aides fiscales trop souvent conditionnées par des clauses que l’ont découvrent à posteriori ce qui perturbe le montage financier du Maître d’ouvrage il va devenir urgent de revoir notre modèle economiqueque.
    Voir
    https://www.dropbox.com/s/3457ce90hq029ec/G-model-eco.pdf?dl=0

    Ceci en finançant en collaboration avec les régions les infrastructures lourdes associés aux réseaux d’alimentation en eau non potable des immeubles d’habitation et des bâtiments tertiaires.

    Ceci aussi en créant un organisme ayant pour mission de definir en collaboration avec les grandes écoles d’ingénieurs en mécanique des fluides ayant pour mission de définir la température optimum de ces réseaux en fonction des conditions locales. Voir l’étude préliminaire faite dans l’épilogue du livre « La chaleur renouvelable et la rivière »
    voir
    https://www.dropbox.com/s/vbot44hflejga51/Complementarite%20des%20reseaux%20ENP.pdf?dl=0

Yohann Diniz, recordman du monde de marche athlétique, explique comment il adapte sa préparation physique au changement climatique

Lire l'article