Atlantique: l’interdiction de certaines pêches sera plus systématique

Ottawa (AFP) – Afin d’assurer la pérennité des ressources marines, les gouvernements des pays de l’Atlantique nord ont proposé mercredi d’avoir plus souvent recours à l’interdiction de pêches de certaines espèces.

Les ministres des Pêches de l’Atlantique nord (Union européenne, Russie, Canada, Norvège, Islande, Groenland et îles Féroé) ont convenu des conséquences du changement climatique « sur les ressources marines vivantes, y compris sur les mammifères marins », comme le sont également les pratiques de la pêche illicite.

A l’issue de leur réunion au Canada, les ministres ont rappelé que « la protection marine va de pair avec une utilisation durable des ressources marines » et un des moyens prôné porte sur « le recours à la fermeture à long terme de certaines pêches », selon un communiqué commun.

Pour atteindre l’objectif international de protection des océans et des ressources halieutique, les ministres proposent également d’instituer des « mesures de conservation par zone » établies à partir de données scientifiques.

Dans ce cadre, le ministre canadien des Pêches Dominic LeBlanc a annoncé l’augmentation de « la proportion des zones côtières et marines du Canada qui sont protégées, à 5 % d’ici la fin de 2017, et à 10 % d’ici 2020 ».

Les ministres de l’Atlantique nord « poursuivent les mêmes objectifs de conservation marine » et chaque pays a la volonté de « protéger nos océans pour les générations futures », a souligné Dominic LeBlanc.

© AFP

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • Boutherre

    Il est grand temps …..Rappelez vous déjà dans les années 60, Alain Bombard militait et décriait la pollution pour préserver les ressources maritimes, 50 ans plus tard ou en sommes nous, des progrès certes mais la « religion du profit » que nous connaissons depuis longtemps freine incontestablement la sauvegarde des espèces et de notre monde futur, cet article trouvé sur internet en dit long : <<<>>>

Tony Rinaudo, l’agronome « faiseur de forêts » qui a restauré plus de 5 millions d’hectares de végétation en Afrique grâce à la régénération naturelle assistée : « une des premières choses que nous avons demandée aux gens était de croire dans la valeur des arbres »

Lire l'article