« Histoires de la plaine », ou l’agonie d’un village victime des pesticides

Paris (AFP) – C’était « le jardin de l’Argentine ». Puis le soja est arrivé et tout a changé : monoculture, pesticides, maladies, désertification… « Histoires de la plaine », en salles mercredi, raconte cette révolution vue d’un hameau de la pampa qui se meurt doucement, victime de cet implacable bouleversement.

La réalisatrice du film, Christine Seghezzi, auteure de plusieurs courts et moyens métrages (« Chair de ta chair », « Stéphane Hessel, une histoire d’engagement », « Avenue Rivadavia »), a planté sa caméra à Colonia Hansen, une petite localité désolée de la province de Santa Fe (centre-est).

Il y a une vingtaine d’années encore, le village produisait blé, maïs, tournesol, orge, avoine… Et les troupeaux de vaches qui ont fait la réputation de la viande argentine, considérée comme la meilleure du monde, paissaient alentour.

Mais « aujourd’hui, il n’y a plus de gauchos ni de vaches dans ces plaines. Les vaches sont presque toutes élevées dans des parcs d’engraissement (…). La bonne viande argentine est en train de disparaître. Le soja transgénique a pris la place de l’élevage et de toutes les autres cultures » pour « nourrir le bétail et les cochons européens ou chinois », explique, en voix off, Christine Seghezzi, née au Liechtenstein.

La réalisatrice donne la parole aux rares villageois qui ont accepté de témoigner du désastre écologique, sanitaire et culturel en cours. Elle-même restitue les récits que lui ont confiés des habitants de la région. Ils ont préféré ne pas apparaître à l’écran, même anonymement.

Le film fait la part belle aux longs plans fixes: de témoins interrogés dans un triste café-épicerie-pompe à essence, de maisons délabrées, de vaches dans une prairie desséchée…

En fond sonore, des ronflements de moteur rappellent que des avions tournoient pour épandre des pesticides, notamment, selon la réalisatrice, du glyphosate, une substance classée « cancérogène probable » par l’Organisation mondiale de la santé.

À intervalles réguliers, comme un leitmotiv, d’immenses champs de soja s’étalent sur l’écran.

« Il y avait beaucoup d’habitations, de laiteries, d’emplois ici », raconte un habitant. « Mais avec les progrès de la technologie, ils ont commencé à semer du soja et à réduire les coûts, si bien que les gens ont perdu leur travail et ont dû partir ».

Maintenant, « à cause des pesticides, de l’air qui a changé, tu retrouves une poule morte, subitement. (…) Des cochons naissent avec des malformations et meurent au bout d’un ou deux jours. Ou bien ils naissent aveugles ou sans oreilles », dit-il.

« Pourquoi tant de soja ? Pourquoi a-t-on arrêté d’élever des animaux ? (…) Parce que le soja rapporte beaucoup », souligne l’institutrice du village.

Celle-ci mentionne des « malformations chez les nouveau-nés », des « tumeurs », des « gens qui meurent jeunes » et se demande comment sensibiliser enfants et parents au danger des pesticides, dont trop souvent ils n’ont pas conscience.

Christine Seghezzi évoque aussi des événements tragiques liés à la colonisation ou aux dictatures, voyant dans la révolution du soja comme un écho à ces violences passées.

À la différence des documentaires classiques, aucun spécialiste n’est interrogé, aucune donnée chiffrée n’est communiquée.

« J’oppose (…) à l’information un regard qui fait sentir les problèmes, les enjeux, la menace, l’angoisse, d’une manière non rationnelle, qui fait appel aux sens », explique Christine Seghezzi dans les notes de production.

« C’est comme si on pouvait écouter les dernières respirations du hameau avant sa disparition ».

© AFP

5 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Péters

    C’est juste l’image de ce qui se passe partout dans le monde . Nous nous suicidons collectivement. Quand allons nous prendre conscience qu’il faut changer ce mode d’agriculture destructeur.

    • pelerins

    MONDIALISATION = MERDIALISATION
    Résultat de la politique de libre échanges, basée sur le productivisme et l’ exportation avec la mafia agro alimentaire aux manettes ( à laquelle se soumet les gouvernements de moult pays) .

    OUI, ce qui se passe en Argentine se passe aussi en FRANCE . La France vend et saccage sa propre terre et son patrimoine naturel au profit de spéculateurs de la malbouffe mondialisée et exportée .
    Comme en Argentine on va droit dans le mur de l’argent et du pillage de nos ressources et biodiversité.
    La FRANCE n’en finit pas de ses « blablas » avec sa mise en scène larmoyante à la COP 21 ( vrai FLOP pour nous en fait) et n’offre en réalité à la nature que tracas .
    Regardons aussi du côté des élevages industriels qui se développent à tout va, en FRANCE au détriment de nos nappes , nos rivières avec la cruauté pour les animaux et la pollution pour les français, et ce pour satisfaire le monde de la finance alliée aux pays voraces : la CHINE, le Maghreb et autres pays.
    Il suffit de voir ces jours, le dernier et énième projet fou, à DIGOIN en Saône et Loire, d’un géant mouroir industriel de 4000 animaux à gaver ( vaches , veaux ) pour les exporter ensuite vers les pays précités (cf le site HUMANIMO pétition ). Sans parler des mouroirs pour les visons au profit de LVMH dans le DOUBS et en Haute Saône qui se développent en FRANCE , car les autres pays européens (qui eux évoluent) stoppent ces élevages d’un autre âge celui de la barbarie.

    Et nouvelle folie, qu’il nous faut stopper rapidement, le projet démentiel d’un riche homme d’affaire chinois qui veuf créer en Polynésie française, une gigantesque aquaculture pour y enfermer les fantastiques poissons Napoléon et mérous vouée à l’exportation, et ce pour satisfaire la voracité de sa population chinoise et autre.

    • Mona

    Bonjour. ..
    Parfaitement d’accord avec Vous…
    L’ Amazonie est aussi vouée à un désastre avec l’exploitation pétrolière.
    Quand pourrons-nous arrêter ces fous de réussite par le fric et tueuse des populations…?

    • FERREYRA Francine

    Comment voir ce film ? comment s’appelle-t-il ?
    merci

      • Mona

      C’est écrit au début de l’article…
      « Histoire de la plaine »
      En salles cinéma aujourd’hui

Satay végétarien: un laboratoire expérimente des plats asiatiques sans viande

Lire l'article

Le Marché de Rungis va s'étendre au nord de Paris avec nouvelles plateformes et volet agricole

Lire l'article