Trente tonnes de thon rouge saisies sur un chalutier portugais

Rennes (AFP) – Trente tonnes de thon rouge ainsi que des requins-taupes, interdits à la pêche, ont été saisis à bord d’un chalutier en infraction battant pavillon portugais, dérouté sur le port de Lorient, a-t-on appris mercredi auprès de la préfecture du Morbihan.

« Une première estimation avait fait état de 18 tonnes, mais le contrôle physique s’est terminé hier soir et nous avons dénombré 30 tonnes de thon rouge ainsi que des requins-taupes dont la pêche est strictement interdite et qui sont en cours de pesée », a déclaré à l’AFP Kristell Siret-Jolive, de la Direction départementale des territoires et de la mer (DDTM) du Morbihan.

Le « Vila Do Infante », long de 25 mètres, dont le port d’attache est Sagres, a été contrôlé il y a une semaine à 100 milles nautiques (près de 200 km) au large de Lorient, dans la zone économique exclusive (ZEE) française.

« Devant la gravité de ces infractions, le navire a été dérouté vers le port de Lorient (…). Le navire et les thons pêchés en infraction ont été saisis », avait indiqué lundi la DDTM dans un communiqué, ajoutant que ces infractions peuvent faire l’objet d’une condamnation pénale assortie d’une amende de 22.500 euros.

Depuis qu’il a failli disparaître, le thon rouge fait l’objet d’une protection renforcée au niveau international, mais la demande mondiale ne faiblit pas.

Dans un communiqué, le comité régional des pêches maritimes de Bretagne (CRPMEM) a annoncé son intention de se constituer partie civile dans l’action au pénal qui sera intentée par le parquet de Lorient contre l’armement propriétaire du navire.

« Cette façon d’exercer est totalement contraire aux règles de pêche durable et responsable voulues et mises en pratique par les pêcheurs professionnels bretons », indique le comité régional des pêches.

« Nous estimons que cette pratique porte préjudice à l’ensemble de la filière, c’est insupportable en termes d’image. Les pêcheurs professionnels font de nombreux efforts depuis des années en faveur d’une pêche durable », a également dénoncé Jean Piel, du comité des pêches du Morbihan.

© AFP

5 commentaires

Ecrire un commentaire

  • Les sanctions sont encore symboliques … 0,75 cts d’€uros au kg, ça ne représente RIEN.
    La confiscation du navire serait un minimum, sachant que malgré tout ils recommencerons (Ils = les armateurs et ceux qui s’enrichissent démesurément). Via l’Europe, les contrevenant devraient êtyre poursuivi dans leur pays, le Portugal.

    • pelerins

    De notre côté stoppons de consommer du Thon rouge et autres poissons en danger,car la mer n’en peut plus de cette surexploitation et les autres espèces animales voient leurs ressources s’évanouir .

    Cette mafia des mers saccage tout et les sanctions sont certes dérisoires, il faut confisquer les bateaux illico.
    Et , les restaurants doivent cesser de proposer Thon et ESPADON c’est pure folie .

    • Geneviève GRINBERG

    Ahahah ! Avec une amende fixe , ici la peine maximale encourue sera de 0,75€/kilo de thon . Mais plus tu pêches d’espèces interdites, moins tu auras d’amende par tonne ! Allons-y gaiement , pompons

  • C’ est derisoire cette condamnation , il faut saisir le bateau et punir sévèrement l’armateur à une peine lourde .sinon sa sert a rien

    • Nath

    putain de charognards humains qui mangent le cadavre de ces poissons !

    Quand comprendrez vous que ces dérives existent parce que VOUS voulez bouffer du poisson ? Vous affamez les espèces marines, qui ELLES n’ont pas d’autres alternatives pour vivre. Ce comportement est indigne d’une espèce qui se prétend évoluée et douée de conscience. Vous n’êtes que d’immondes assassins

Produits végétariens : une étude pointe leur faible teneur en protéines végétales

Lire l'article