Jour du Dépassement, tous les articles sur le sujet. Si tout le monde vivait comme vous, combien de planètes faudrait-il ?

Animaux en captivité: les cirques traditionnels veulent rencontrer Hulot

Paris (AFP) – Le Collectif des cirques, qui représente les cirques traditionnels, demande à rencontrer « de toute urgence » Nicolas Hulot pour examiner avec lui ses « projets » pour ce secteur, après ses propos sur le bien-être animal, dans des courriers rendus publics mercredi.

Le ministre de la Transition écologique avait déclaré début août qu’il n’était « pas favorable à la captivité des animaux, pas favorable à l’idée qu’on fasse du spectacle avec cette activité-là », à propos de l’interdiction de la reproduction des dauphins et des orques en captivité, contestée notamment par le Marineland d’Antibes.

Il avait annoncé vouloir « créer un groupe de réflexion sur le bien-être animal ».

Cette prise de position a créé « un grand désarroi parmi les entreprises de cirques traditionnelles », c’est-à-dire avec des animaux, écrit le Collectif dans une lettre à Nicolas Hulot datée du 14 août.

Dans un courrier similaire destiné au président Emmanuel Macron, il qualifie de « provocation » les propos de M. Hulot et dénonce, « de la part des pouvoirs publics (…), une absence de volonté d’accompagnement » de la filière alors qu’elle connaît « une baisse alarmante de (son) activité ».

« L’exaspération de nos adhérents est à son comble, certains que la fin de leur activité est programmée », écrit le Collectif. « Il s’agit de la survie d’un élément important de notre patrimoine culturel commun », ajoute-t-il dans ce courrier.

Il souhaite rencontrer Nicolas Hulot avant une « réunion plénière » du Collectif prévue le 4 septembre.

© AFP

6 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Chichepirtiche

    Stop à l’exploitation à la cruauté du dressage à l’enfermement des Animaux
    Pas de cirques avec ses Animaux mais uniquement avec des sportifs des clowns
    Respect aux Animaux par pitié!

    • Delia bremond

    Corridas, cirques, combats de coq: toujours le même prétexte éculé de l’alibi culturel.
    On devrait juste leur rire au nez

    • DEDOU 15

    La polémique est éternelle dans le domaine de l’utilisation des animaux, comme en d’autres d’ailleurs. Comment interdire les spectacles avec les animaux, alors même que ces mêmes spectacles ont lieu depuis des siècles, telle est la question posée. Si de simples démonstrations de cirque avec animaux doivent être interdites, alors immanquablement il faudrait aussi interdire la tauromachie, laquelle est l’essence ancestrale du spectacle à caractère sanguinaire.

    • Bex Malvine

    N’avons-nous donc pas suffisamment de « distractions » pour nous soulager de notre épouvantable égocentrisme. Dans la constante apologie de nous-mêmes. Il est temps de nous mettre en garde contre ce que, sans le savoir, nous sommes.

    • pelerins

    OUI ca suffit ces cirques souvent minables (voire ces petits cirques cruels qui sont les pires ) qui maltraitent leurs animaux pour qu’ils accomplissent des figures hors nature; car un éléphant n’est pas fait pour s’asseoir ou faire de l’équilibre en hauteur, un lion n’est pas fait pour passer des dans arceaux (enflammés en plus ) et un ours n’est pas fait pour pédaler sur un vélo, que dire des animaux comme les hippopotames en pleine chaleur dans les cirques.
    OUI il est temps que la compassion prenne le pas sur l’exploitation .
    Le public ouvre enfin les yeux et le cœur, car il sait désormais que derrière les rires on fait souffrir.
    Nous sommes nombreux à avoir pris conscience et à dénoncer ces spectacles cruels .

    Une vie derrière des barreaux et avec des bourreaux n’est pas une vie c’est un saccage.

    Merci à Nicolas HULOT d’aller, avec courage, dans le sens du progrès pour tous et pour les animaux aussi.
    Nicolas HULOT nous vous soutenons et sommes des millions avec vous pour votre démarche en faveur de la vie et la liberté et pour le bien être animal. MERCI d’avance.

  • Une polémique qui sévit dans le monde du cirque.