Réchauffement climatique: les décollages d’avions seront plus difficiles

New York (AFP) – Les avions aussi tirent la langue face au réchauffement: de plus en plus d’appareils vont devoir lâcher du lest dans les décennies à venir s’ils veulent décoller aux heures les plus chaudes de la journée, selon une nouvelle étude de l’université Columbia.

Comme l’a montré l’annulation d’une quarantaine de vols le mois dernier au départ de Phoenix, en pleine vague de chaleur dans l’Arizona, les avions ont plus de mal à décoller quand la température grimpe.

En chauffant, l’air perd en densité. Et dans un air moins dense, les ailes des avions perdent de la portance, souligne un communiqué résumant cette étude menée par un doctorant de l’université new-yorkaise, Ethan Coffel, avec le climatologue Radley Horton.

La seule solution, si on ne veut pas reporter le départ de l’avion, est d’alléger son poids, en réduisant la quantité de carburant, de fret ou le nombre de passagers, précise le communiqué.

Le réchauffement et la multiplication des vagues de chaleur comme celle qu’a connue Phoenix pourraient poser des problème à entre 10 et 30% des avions remplis à pleine capacité aux heures les plus chaudes, selon l’étude.

« La plupart des études jusqu’ici se concentraient sur l’impact de l’aviation sur le réchauffement climatique, et non l’inverse », souligne M. Horton.

Cette étude « pointe les risques inexplorés du changement climatique sur l’aviation » et « le potentiel substantiel pour des effets en cascades, économiques ou autres ».

Les effets pourront varier selon le type d’avions et les aéroports – ceux dont les pistes sont les plus courtes comme La Guardia, à New York, ou qui sont soumis aux températures les plus chaudes, comme Dubaï, seront les premiers touchés.

Les aéroports des régions plus tempérées et dotés de pistes suffisamment longues devraient être  moins affectés, comme Heathrow, à Londres, JFK à New York, ou Charles de Gaulle à Paris, selon l’étude.

© AFP

5 commentaires

Ecrire un commentaire

    • jipebe29

    A partir de prémisses fausses, on peut en déduire tout et n’importe quoi, comme le fait cette étude. Il serait plus correct de dire : « le réchauffement climatique prophétisé par des modèles numériques qui ne cessent de se planter lamentablement depuis près de 20 ans, donc qui n’a aucune chance de se produire, affectera la navigation aérienne en proportion de ses évolutions, donc il n’y aura aucun effet mesurable ».

      • Coutand

      Ah bon ? Il n’y qu’à regarder un tout petit peu attentivement autour de soi pour constater les modifications de l’environnement dues au réchauffement climatique …

      • Rozé

      Va à Phoenix prendre l’avion bondé … et tu feras un peu moins l’ignorant du réchauffement climatique !

    • Claude Renaud

    Comme l’aviation participe au réchauffement climatique, ça n’est que justice qu’elle en subisse aussi
    les conséquences. L’augmentation du tourisme de masse et la prolifération des avions est une
    aberration au vu des conséquences que cela entraine.
    Toujours plus d’avions, toujours plus d’aéroports, toujours plus de pistes d’atterrissage….toujours
    moins de terres agricoles.
    Nous n’en sortirons pas !

    • Rozé

    Remarque: si les avions sont moins remplis pour des considérations purement économiques, la marge de sécurité existe ! Le transport par avion est encore très bon marché. Suffit d’en augmenter le prix pour régler le problème de décollage par forte chaleur et réduire l’utilisation de ce moyen de transport très énergivore ! Ralentir est une solution au réchauffement climatique !

Science du climat : encore des "mystères" à percer malgré les progrès

Lire l'article