Jour du Dépassement, tous les articles sur le sujet. Si tout le monde vivait comme vous, combien de planètes faudrait-il ?

Les projets de barrages sur l’Amazone dévasteraient l’environnement

Paris (AFP) – Construire les 428 barrages hydro-électriques projetés dans le bassin amazonien — trois fois plus que le nombre actuel – serait dévastateur pour l’environnement, prévient une étude parue dans la revue scientifique Nature.

« Nous devons changer la façon dont les gens considèrent cette question », dit Edgardo Latrubesse, professeur à l’Université du Texas (à Austin), dont l’équipe a produit un « index de vulnérabilité environnementale » de ces différents projets.

« Nous détruisons massivement nos ressources naturelles, et il faut trouver rapidement des alternatives pour un développement durable », souligne-t-il.

Ce réseau de rivières, affluents du fleuve Amazone, est le plus étendu au monde. Il vient alimenter la principale concentration de biodiversité de la planète, qui serait ainsi privée de nutriments si toutes ces retenues étaient construites.

Érosion, pollutions, sédiments emprisonnés… deux énormes barrages récemment édifiés sur la rivière Madeira, très riche en poissons, obtiennent par exemple des scores alarmants sur cet index. Or 25 retenues supplémentaires sont encore prévues en amont de cette seule rivière.

Parmi les impacts, la perte de sédiments en aval est très souvent insuffisamment prise en compte.

C’est un problème majeur pour les deltas densément peuplés, qui, déjà confrontés à l’élévation du niveau des mers due au réchauffement, s’enfoncent peu à peu, partout dans le monde.

Le maintien des limons est essentiel aussi pour préserver mangroves et forêts, qui abritent d’innombrables espèces et protègent terres et côtes des vagues déferlantes générées par les tempêtes.

Selon de précédentes recherches, les changements dans la circulation des sédiments venus du bassin amazonien en direction de l’Atlantique, vont affecter les régimes pluviaux et orageux de la région, et ce jusque dans le Golfe du Mexique (du fait des changements dans le relief, le tracé des côtes…). La planète compte plus de 58.500 grands barrages (de plus de 15 m de haut, ou retenant plus de 3 millions de m3 d’eau). Ils sont aujourd’hui concentrés à 40% en Chine, puis aux États-Unis et en Inde.

« Les milliers d’ouvrages bâtis depuis le milieu du 19e siècle ont complètement changé la plomberie de notre planète », note James Syvitski, spécialiste de l’évolution de la surface terrestre, à l’Université du Colorado (Boulder).

Les barrages les plus modernes parviennent à minimiser les impacts sur la faune, ou à gérer mieux les sédiments qui peu à peu remplissent les réservoirs et finissent par les rendre inefficaces.

« Mais ces mesures coûtent de l’argent, et réduisent le retour sur investissement, » note M. Syvitski.

© AFP

2 commentaires

Ecrire un commentaire

  • Les Barrages

    On estime probablement à tort que les grands barrages produisent une énergie électrique renouvelable avec une empreinte écologique plus petite que celle des combustibles fossiles.
    La plupart d’entre eux, en perturbant les écosystèmes, en noyant des terres fertiles, des forêts fluviales dans les pays tropicaux, en déplaçant des populations qu’il faut reloger, et en induisant des gaspillages importants de sols, de ressources naturelles, ont une empreinte écologique non négligeable, supérieure à l’évidence aux autres énergies renouvelables. L’Okoinstitut, en Allemagne, estime par exemple que la grande hydraulique émet 33 grammes de CO2 par kWh, contre 20 g/kWh pour l’éolien et probablement encore moins avec le solaire. Si l’on observe le cas français et que l’on compare l’énergie annuelle de 1 445 400 TWh qui nous vient du soleil au 45° Nord, (350W/m²) avec la puissance de la pluie et le travail de son poids* de seulement 1/15 W/m² ! on comprend pourquoi le soleil risque de faire aussi de l’ombre à l’hydroélectricité.
    La trop dépendance de nos fleuves et rivières à l’électricité n’est à l’évidence pas une bonne dépendance
    Voir l’épilogue du livre
    « La chaleur renouvelable et la rivière »
    https://www.dropbox.com/s/83ui347rrfn1t8w/Epilogue3.pdf?dl=0

    Voir aussi
    http://www.rivieres.info/patri/grands-barrages-mondiaux.htm

    Balendard juin 2017

  • […] 428 barrages sont en projets en Amazo­nie. 140 sont construits ou en construc­tion. EDF et Engie sont parmi les multi­na­tio­nales impliquées dans ces destruc­tions. Une catas­trophe inima­gi­nable ; mais d’après le discours offi­ciel, un progrès immense, puisque ces barrages produisent de l’éner­gie « verte ». […]