Pays-Bas : ouverture d’un des plus grands parcs éoliens en mer

La Haye (AFP) – L’un des plus grands parcs éoliens en mer, avec ses 150 turbines, a été mis en service lundi en mer du Nord, au large des Pays-Bas, annoncé son directeur.

Au cours des quinze prochaines années, le parc Gemini, qui a s’étend à 85 km de la côte nord de ce pays, fournira de l’énergie à un million et demi de personnes, sa capacité à pleine puissance étant de quelque 600 mégawatts.

« Nous sommes maintenant officiellement (entrés) dans la phase opérationnelle », a expliqué à l’AFP le directeur de Gemini Wind Park Matthias Haag.

La compagnie canadienne spécialisée dans les énergies renouvelables Northland Power a participé à ce projet conçu en 2010 qui aura au total coûté 2,8 milliards d’euros (trois milliards de dollars), tandis que les turbines ont été fabriquées par le groupe allemand Siemens Wind Power.

Ce parc éolien fournira à lui seul 13% des énergies renouvelables consommées aux Pays-Bas, a affirmé M. Haag.

© AFP

 

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • Robert BIGEAT

    Comme le vent ne fait pas défaut en Mer du Nord, la rentabilité est assurée, d’autant que les hollandais ne passent pas pour jeter l’argent par les fenêtres. Un calcul simple permet de constater que par mégawatt de puissance installée, ce parc éolien offshore est 3,9 fois moins onéreux que l’EPR de Flamanville. comme de plus en fonctionnement, il n’aura pas besoin, comme l’EPR, d’uranium coûteux à importer puis à préparer, l’usage du vent étant gratuit, ni de déchets radioactifs mortels à enfouir pour des fortunes, son coût d’exploitation sera bien plus faible, par mégawattheure produit, que ce que l’EPR pourrait faire, s’il fonctionne un jour. Enfin un système de radars couplés à un ordinateur permettra, comme on sait le faire maintenant, de stopper l’éolienne concernée quelques secondes, si une collision avec un oiseau de mer est à craindre.

Tony Rinaudo, l’agronome « faiseur de forêts » qui a restauré plus de 5 millions d’hectares de végétation en Afrique grâce à la régénération naturelle assistée : « une des premières choses que nous avons demandée aux gens était de croire dans la valeur des arbres »

Lire l'article