Jour du Dépassement, tous les articles sur le sujet. Si tout le monde vivait comme vous, combien de planètes faudrait-il ?

Un aventurier français de l’Arctique condamné à une forte amende

Oslo (AFP) – Le commandant d’une expédition maritime française dans l’Arctique, Gilles Elkaïm, a été condamné mardi par la justice norvégienne à une amende de 30.000 couronnes (près de 3.300 euros) pour avoir enfreint la réglementation de l’archipel du Svalbard (Spitzberg).

M. Elkaïm a été reconnu coupable d’avoir violé plusieurs règles locales, notamment en jetant l’ancre dans une réserve naturelle interdite, en ne notifiant pas les autorités de ses escales dans des aires protégées, et en voyageant avec des chiens sans les autorisations vétérinaires nécessaires.

Le tribunal de Tromsø (nord de la Norvège) a aussi condamné le Français de 56 ans à rembourser, à hauteur de 10.000 couronnes, une partie des frais judiciaires de l’État norvégien.

« Il y a fort à parier que nous ferons appel de la décision si elle n’est pas favorable », avait par avance prévenu M. Elkaïm dans un message envoyé lundi à l’AFP. Il y dénonçait par la même occasion une « parodie de procès ».

L’Arktika 2.0, son voilier de 15 mètres sur lequel avaient embarqué trois personnes et sept chiens de traîneau, est retenu par les autorités norvégiennes depuis la mi-octobre à Longyearbyen, chef-lieu du Svalbard.

M. Elkaïm affirme avoir décidé d’hiverner dans un fjord du Nord-Est de l’archipel à cause de la panne d’une pompe et de mauvaises conditions météo l’empêchant de rejoindre son point de départ dans l’Arctique.

Le but de l’expédition était de réaliser pendant deux ans une dérive arctique du bateau pris dans les glaces de la banquise, entre les îles de Nouvelle-Sibérie et le Groenland, et de gagner le pôle Nord en traîneau.

En novembre, l’aventurier avait refusé de s’acquitter d’une amende de 25.000 couronnes, ce qui avait entraîné la tenue d’un procès à Longyearbyen en février.

Situé à un gros millier de kilomètres du pôle Nord, le Svalbard est conformément au Traité de Paris conclu en 1920 placé sous souveraineté norvégienne.

Les ressortissants de tous les États signataires –dont la France– y bénéficient d' »une égale liberté d’accès et de relâche », mais l’accord autorise aussi Oslo à prendre des mesures de protection de la flore et de la faune sur cet archipel peuplé de nombreux ours blancs.

© AFP

Un commentaire

Ecrire un commentaire

  • Là bas dans les neiges et sur la glace
    Un grand animal tout blanc se déplace:
    J’ai nommé l’ours polaire
    Qui habite la calotte glaciaire.

    L’univers de ce roi du pôle Nord,
    Ne sera bientôt qu’un triste décor.
    Cet espace vital pour lui, se réduit
    Un peu plus, chaque jour et chaque nuit.

    Ce grand nomade de l’Artique
    Migrera sans doute en Amérique
    En Europe du nord, en Sibérie
    Si l’avenir sombre, enfin, lui sourie.

    Sans même attendre son départ ou sa mort
    Des hommes sans foi, des croques morts
    Enverront des bateaux au spectacle
    De cette sinistre et affreuse débâcle.

    D’abord pour s’enrichir de ce tourisme
    Qui s’émerveille d’un cataclysme,
    Vogueront des palaces flottants
    Pour voyageurs parfois incontinents.