Jour du Dépassement, tous les articles sur le sujet. Si tout le monde vivait comme vous, combien de planètes faudrait-il ?

Débat sur TF1: Brigitte Bardot veut au moins une question sur la condition animale

Paris (AFP) – Brigitte Bardot dénonce le silence « assourdissant » des candidats à la présidentielle sur la condition animale et demande qu' »au minimum une question » à ce sujet leur soit posée lors du débat prévu lundi sur TF1.

« Alors que les Français sont scandalisés, à raison, devant l’accumulation de preuves sur les actes de cruauté perpétrés dans les élevages, les transports et les abattoirs, le silence assourdissant des candidats au plus haut poste de notre pays n’est plus tolérable », écrit l’ex-actrice dans une lettre ouverte à la directrice générale adjointe de TF1 Catherine Nayl et aux présentateurs Anne-Claire Coudray et Gilles Bouleau.

Elle leur demande de « prendre enfin la mesure » de « l’indignation » de « millions de personnes » en posant « au minimum une question sur la condition animale afin de connaître les engagements des candidats sur ce sujet qui, pour beaucoup, fera la différence au moment du vote ».

Brigitte Bardot avait déjà accusé avec véhémence les politiques de ne rien faire pour mettre un terme à « la cruauté » de la « maltraitance » des animaux dans les abattoirs, les élevages et les cirques, dans une tribune parue fin février sur son compte Twitter.

Les cinq « grands » candidats Jean-Luc Mélenchon, Emmanuel Macron, Benoît Hamon, François Fillon et Marine Le Pen doivent débattre lundi soir sur TF1 de trois thèmes: « Quel modèle de société? », « quel modèle économique? » et « quelle place pour la France dans le monde? ».

© AFP

3 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Colete FAYS

    C’est ce que j’expliquais à une contact de la Protection Animale. N Dupont Aignan malgré ses objectifs n’en parle pas §
    Ces personnages ont des animaux c’est leur chienchien les autres, ma fois…

    • STEVENS

    – Fillon est pour que tous les types de chasse perdurent donc : la chasse à courre, la glue pour les oiseaux, les déterrages sauvages. Bref.
    – Macron serait pour la réouverture des chasses présidentielles (on pourraient dire « royales »!).
    – Hamon je sais pas.
    – Marine Le Pen aurait dit vouloir faire de la cause animale une cause nationale, à suivre…
    – Mélanchon : le seul à être humain avec les bêtes et à prendre en compte leurs souffrances.

    • pelerins

    OUI il serait temps d’aborder la question cruciale de la condition animale que ces politiques goguenards raillent et méprisent.
    Pourtant les hommes dignes et célèbres, auxquels se réfèrent nos hommes politiques, dénonçaient avec vigueur, la cruauté envers les animaux, parmi eux : Victor Hugo, Gandhi , Voltaire, Martin Luther King et moult autres.
    Emile Zola déclarait  » la cause des animaux passe avant le souci de me ridiculiser ».
    OUI en FRANCE les animaux souffrent dans le silence coupable de nos politiques, et ce dans moult domaines,qu’il s’agisse:
    – de la chasse, des corridas,
    – des abattoirs, des élevages intensifs,
    – des transports d’animaux vivants,
    -des élevages ignobles de visons pour la fourrure ( qui impliquent le pillage des océans pour nourrir en farine de poissons ces visons encagés)
    En plus la France, en misant sur une agriculture productiviste et exportatrice, a, en 5 ans, multiplié par 5 les terribles transports d’animaux vivants, vers des pays comme la Turquie ou le Maghreb, et elle a en parallèle développé sur son territoire les élevages intensifs, véritables mouroirs pour les animaux, et sources de pollution pour le sol, l’air et les eaux. Voici le triste bilan de Mathias Fekl ministre du commerce extérieur (rallié à HAMON ) qui s’est vanté d’accroitre ces exportations ignobles.
    MELENCHON est pour l’instant le seul candidat a vraiment aborder la question animale et à dénoncer entre autre, notre consommation dramatique de viande et poissons ( 3 millions d’animaux tués en FRANCE chaque jour !); consommation qui détruit l’animal, et la planète entière, avec la déforestation, le pillage des océans et espaces sauvages, et avec l’empreinte carbone que cela génère.
    La citation de Simone de Beauvoir résume bien la cécité de nos politiques sur la condition animale:
     » le pire fléau de l’humanité n’est pas l’ignorance mais le refus (de voir et ) de savoir ».