Jour du Dépassement, tous les articles sur le sujet. Si tout le monde vivait comme vous, combien de planètes faudrait-il ?

Maltraitance animale: L214 épingle un élevage porcin

Rennes (AFP) – L’association L214, qui milite contre la maltraitance animale et la consommation de viande, a demandé jeudi la « fermeture immédiate » d’un élevage porcin dans le Finistère et annoncé le dépôt d’une plainte devant la justice.

L214, qui avait déjà publié des vidéos faisant état de la maltraitance de porcs dans des abattoirs, a diffusé jeudi une vidéo sur un élevage de cochons situé dans la commune de Pouldreuzic, à une vingtaine de kilomètres à l’ouest de Quimper.

« Forcés à vivre au milieu des cadavres de leurs congénères en putréfaction ou leurs ossements, les cochons de cet élevage intensif survivent dans un environnement répugnant. L’élevage est de toute évidence hors de contrôle des services vétérinaires du Finistère », rapporte l’association dans un communiqué.

« Emballages d’antibiotiques périmés, seringues usagées, épaisses couches de poussière et toiles d’araignées… Ces conditions sanitaires extrêmes constituent un environnement favorable à l’émergence de maladies pour les animaux », écrit encore L214. L’association « demande aux autorités la fermeture immédiate de cet élevage insalubre » et « porte plainte auprès du procureur de la République du tribunal de grande instance de Quimper ».

Selon l’association, cette ferme est « un élevage industriel de taille moyenne comme il en existe plusieurs milliers en Bretagne, qui fait naître et engraisse chaque année des milliers de cochons pour les envoyer à l’abattoir à l’âge de six mois. Dans la +maternité+, les mères sont contraintes de mettre au monde, dans des cages où elles ne peuvent se retourner, près de 30 porcelets par an. Porcelets qu’elles voient parfois mourir sous leurs yeux comme le montrent les images. »

L’élevage intensif, précise-t-elle, concerne 95% des porcs. Selon L214, cet élevage fait partie du groupe Triskalia, un des plus gros groupements de producteurs de porcs en Bretagne.

© AFP

3 commentaires

Ecrire un commentaire

    • etienne

    stop à la souffranceanimale!au non respect de la vie!c inhumain!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    • pelerins

    HONTE à ces mouroirs qui résultent de notre politique agricole basée sur le productivisme et l’exportation prônée par la FRANCE. Et cela vaut pour toute cette Europe qui méprise tout bien être anima. et développe ces prisons pour animaux.
    Des contrôles sérieux et suivis d’effet ,cela fait longtemps que cela n’existe plus en FRANCE.
    On a qu’a voir les élevages de visons en FRANCE avec les vidéos de ONE VOICE en février 2017.
    Bravo encore à L214 qui met la lumière sur ces ténèbres bien cachées du public et loin du salon hypocrite de l’agriculture.
    Il convient de mettre en cause au niveau juridique la responsabilité de l’Etat pour inaction de sa police qui a laissé perdurer une situation irrégulière, causant ainsi un grave préjudice aux animaux, à l’environnement et aux associations qui se battent en vain contre ces dérives industrielles.
    Comme le dit si bien Simone de Beauvoir « le pire fléau de l’humanité n’est pas l’ignorance mais le refus de voir et de savoir ».