Pollution de l’air: cri d’alarme de médecins, scientifiques et ONG

pollution de l'air medecin

Paris sous une brume de pollution le 29 décembre 2016. © AFP/Archives LIONEL BONAVENTURE

Paris (AFP) – Plusieurs médecins, scientifiques et ONG ont réitéré mardi leur appel à agir d’urgence contre la pollution de l’air, rappelant qu’elle entraîne 48.000 décès prématurés par an en France et qu’elle touche notamment les enfants, particulièrement vulnérables.

« On pense que l’air s’améliore, que la pollution diminue », qu’elle touche surtout les personnes âgées et malades, « tout ça c’est faux », a déclaré le Pr Jocelyne Just, pneumopédiatre et cheffe du service d’allergologie pédiatrique à l’hôpital parisien Armand-Trousseau, à moins d’une semaine de l’entrée en vigueur des vignettes obligatoires à Paris.

Les particules, « principalement d’origine automobile, vont très loin dans les poumons » et « peuvent avoir une répercussion sur l’avenir respiratoire » d’un enfant sain, a souligné Mme Just lors d’une conférence de presse. « Même in utero, il y a une répercussion sur la croissance pulmonaire à venir », a-t-elle ajouté.

L’enfant respire plus vite que l’adulte et va inhaler plus de polluants, son appareil respiratoire « est immature » et il est fréquemment « à côté des sources de la pollution », par exemple lorsqu’il est en poussette, a-t-elle expliqué.

Les poumons d’un enfant sont « matures vers 7 ans », a précisé le pneumologue Jean-Philippe Santoni.

« La pollution de fond a un impact sanitaire beaucoup plus important » que les pics, a-t-il souligné, rappelant qu’elle est « un facteur de risque ou d’aggravation » de maladies respiratoires comme l’asthme ou la broncho-pneumopathie chronique obstructive.

La pollution pénètre dans l’organisme « non seulement par inhalation, mais aussi par la peau », d’où des dermatites, « et par ingestion », a expliqué le Pr Isabella Annesi-Maesano, directrice de recherche à l’Inserm.

Le porte-parole de France Nature Environnement, Benoît Hartmann, a réclamé « une révolution écologique », avec notamment un développement du ferroutage et des transports en commun, une réforme de la fiscalité en faveur des « pollués », un aménagement du territoire permettant de rapprocher domicile et lieu de travail.

Le Réseau Action Climat a indiqué avoir mis à la disposition des élus locaux un guide pour des villes moins polluées.

© AFP

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • MARIE

    Comment obtenir ce guide afin que les citoyens puissent faire pression sur les élus en cette période électorale MERCI

    • ALEXANDRE

    Encore le silence en ce qui concerne la pollution atmosphérique industrielle !
    L’Etat vient d’augmenter au 1er janvier 2017 le tarif de la T.G.A.P, autrement dt la taxe pollution payée par les plus gros pollueurs, moyennant quoi, ils peuvent se permettre d’enfumer les populations …
    Continuons ce chantage à l’emploi alors qu’on devrait exiger des normes plus restrictives en ce qui concerne les rejets de cheminées …

Pollution : les eaux du port d'Ajaccio sous surveillance 24 heures sur 24

Lire l'article