Vignettes anti-pollution: déjà 1,4 million de commandes

vignette antipollution

Une vignette anti-pollution "Crit'Air" sur le pare-brise d'une voiture le 13 décembre 2016 à Grenoble. © AFP/Archives JEAN-PIERRE CLATOT

Paris (AFP) – Les vignettes anti-pollution « Crit’Air » pour véhicules ont déjà été commandées à 1,4 million d’exemplaires, a révélé jeudi la ministre de l’Environnement Ségolène Royal, en saluant une « prise de conscience citoyenne ».

Ces vignettes, à coller sur un pare-brise de voiture ou une fourche de moto, seront obligatoires à Paris à partir du 16 janvier et Mme Royal a indiqué avoir demandé aux préfets de généraliser par arrêtés les règles de « circulation différenciée » d’ici au 7 avril.

Par opposition à la circulation alternée, elle sera fondée non sur les plaques d’immatriculation mais sur le niveau de pollution homologué des véhicules, identifié par ces pastilles de six couleurs différentes. En cas d’épisode de pollution, et selon sa gravité, les véhicules les plus polluants auront interdiction de circuler.

Mme Royal a noté une « forte accélération » des commandes de vignettes depuis la fin novembre.

« De 200.000 vignettes commandées au 1er décembre, on est passé à 1,4 million aujourd’hui. On est sur une moyenne de 40.000 commandes par jour, et donc à ce rythme nous devrions dépasser les quatre millions de véhicules équipés au mois de mars », s’est-elle félicitée.

Évoquant la pollution atmosphérique, Mme Royal s’est dite persuadée qu' »il y a une prise de conscience citoyenne, industrielle, sur la nécessité de lutter contre ce grand fléau pour la santé publique ».

Les vignettes vont du véhicule électrique à la voiture ou utilitaire léger immatriculés jusqu’en 1997, ou au camion immatriculé jusqu’en 2001. D’un coût de 4,18 euros, elles peuvent être obtenues sur www.certificat-air.gouv.fr Mme Royal a demandé aux vendeurs de voitures neuves de les livrer équipées de cette vignette: « c’est la moindre des choses ».

Si la majorité des commandes proviennent des particuliers, 340.000 ont été demandées pour des flottes d’entreprises, a indiqué Mme Royal, en évoquant en particulier La Poste, qui opère la plus importante flotte électrique de France et a commandé 48.000 vignettes.

La ministre, qui a remis jeudi à une conductrice parisienne le millionième certificat Crit’Air, a vanté les mesures prises par les pouvoirs publics afin d’améliorer la qualité de l’air, notamment le « super-bonus » portant à 10.000 euros l’incitation à acheter un véhicule électrique, contre la mise au rebut d’un vieux diesel.

Ces primes, qui viennent d’être étendues aux utilitaires, ont déjà été attribuées à 15.000 reprises, a relevé Mme Royal, qui a appelé les Français à en profiter. Cette prime « ne va pas durer (…) peut-être qu’elle n’existera plus l’année prochaine », a-t-elle prévenu.

© AFP

2 commentaires

Ecrire un commentaire

  • L’EXECUTIF a tracé sa voie pour le transport urbain.

    Il va bientôt devoir le faire également pour le chauffage urbain, la deuxième source de pollution de l’air de nos cités avec la combustion.

    Il se trouve en effet à ce sujet à la croisée des chemins :
    – ou bien supprimer sa loi sur la transition énergétique et la croissance verte(LTECV)afin de ne pas se mettre lui-même « hors la loi »
    – ou bien la respecter pour le bien-être de tous.

    S’il choisit cette derniere voie, celle de la raison, il va bientôt s’apercevoir que ce qu’il lui manque le plus ce ne sont pas des fluides tels que le GAZ, l’EAU ou l’ELECTRICITE mais le temps qu’il nous reste encore pour exploiter et consommer ces 3 précieux biens plus intelligemment. Ceci en adaptant notre modèle économique et nos comportements aux exigences de notre monde.

    Il va devenir urgent que L’EXÉCUTIF réalise que les techniques sont prêtes et qu’il va devenir nécessaire d’assurer la production de masse des nouveaux outils.

    Alors qu’il espère faire bouchée double pour le transport en confiant tout à l’électricité sans passer par l’hybride rechargeable, il va s’apercevoir qu’il n’a pas d’autre choix pour assurer le chauffage de l’habitat.
    que de faire cohabiter ces 3 fluides entre eux en tirant profit de leur complémentarité.
    Ceci en utilisant l’enthalpie des corps pour se chauffer. Il va ausi s’apercevoir qu’il n’a pas d’autre choix que de choir cette voie s’il veut solutionner les problèmes actuels du climat, du bruit, de la pollution de l’air dans nos villes, de la perte de biodiversité ainsi que la pauvreté.

    Il lui va falloir prendre conscience pour cela que de toute évidence les problèmes actuels du citoyen sont liés à la chaîne énergétique choisie pour produire l’énergie dont il a besoin, la transporter et la stocker si besoin avant de la consommer. Cerise sur le gâteau il pourra ainsi améliorer la biodiversité en refroidissant localement son environnement

    Balendard qui espère être lu et entendu
    janvier 2017

  • La programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), approuvée par le décret n° 2016-1442 du 27 octobre 2016 serait selon l’état un élément essentiel de la transition énergétique
    En rendant irréversible la transition énergétique et le développement des énergies renouvelables, elle donnerait des perspectives aux entreprises et permettrait la création d’emplois. Ceci en plaçant la France au premier rang des pays du monde commençant à appliquer l’Accord de Paris sur le climat.
    Force est pourtant de constater que la France n’applique pas la loi du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte qu’elle s’est pourtant imposée.
    Faute d’une vision claire de ce qu’il faut faire pour respecter cette loi et atteindre les objectifs qu’elle s’est fixés elle n’a toujours pas compris que la solution n’est pas de produire plus mais de consommer moins.
    Consommer moins signifiant ici consommer mieux sans se priver pour autant en améliorant ses conditions d’existence

    Les Lutins thermiques sont las d’expliquer cela depuis trop longtemps sans être entendus.

    Balendard janvier 2017

L’hydrogène sera vraiment révolutionnaire si il est produit à partir des renouvelables

Lire l'article