Départ d’un convoi de déchets radioactifs de France vers la Suisse

convoi de dechets radioactifs

Un train de déchets nucléaires très radioactifs retraités par la société française Areva a quitté mercredi Valognes (Manche) pour la Suisse © AFP/Archives KENZO TRIBOUILLARD

Cherbourg (AFP) – Un train de déchets nucléaires très radioactifs retraités par la société française Areva a quitté mercredi Valognes (Manche) pour la Suisse, a annoncé le groupe nucléaire dans un communiqué.

Une fois ce convoi arrivé à destination, Areva aura retourné 100% des déchets retraités pour la Suisse vers leur pays d’origine, a précisé le service de presse de l’usine Areva où les déchets ont été retraités, à Beaumont-Hague, à 35 km de Valognes. Le premier convoi vers la Suisse date de décembre 2001.

Les trois wagons de déchets vitrifiés très radioactifs sont issus du retraitement de combustibles qui ont servi à produire « l’équivalent d’environ dix ans de consommation électrique d’une ville comme Zürich », selon une source industrielle.

En général, ces convois mettent « un à deux jours » pour arriver à destination en Suisse, avait indiqué Areva lors de précédents convois similaires.

Le retraitement consiste à séparer les différentes matières contenues dans les combustibles qui sortent des centrales nucléaires afin, assure Areva, de réduire le volume des déchets produits.

Le groupe nucléaire explique extraire 4% de déchets ultimes vitrifiés et 96% de matières « recyclables », plutonium et uranium, avec lesquelles sont fabriqués de nouveaux combustibles. Mais les écologistes affirment que ces derniers marchent moins bien, sont plus polluants et peu utilisés.

L’usine Areva de Beaumont-Hague est la seule au monde avec celle de Sellafield Ltd en Grande-Bretagne à retraiter des déchets nucléaires civils.

La Suisse a décidé de sortir du nucléaire, après la catastrophe de Fukushima, au Japon. Elle compte cinq réacteurs nucléaires.

© AFP

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Oskar Lafontaine

    Quand je lis cette information du départ d’un convoi hyper-radioactif de déchets nucléaires maltraités en France, un immense dégoût me saisit pour ce transport criminel et qui ne devrait même pas exister, je pense ainsi spontanément aux convois de juifs envoyés vers les camps d’extermination nazis depuis la France avec, toujours, la complicité de la SNCF.
    Quant au plutonium obtenu de ces mauvais traitements à l’usine de la Hague, dans la Manche il est inutilisable, pour la moitié de ses isotopes, et il y en a quinze; que l’on ne pourrait « brûler » que dans des surrégénérateurs qui n’existent pas, Superphénix ayant amplement démontré l’irréalisme forcené de ce principe, très séduisant sur le papier, mais irréalisable dans des conditions même simplement minimales de sécurité et surrégénérateurs produisant des déchets, totalement impossibles à retraiter avant plus d’un siècle de refroidissement en piscines pour en abaisser la radioactivité résiduelle à un niveau permettant le retraitement. Les autres isotopes du plutonium pourraient servir, en théorie, à produire du « mox » combustible nucléaire à problèmes et dont plus personne ne veut dans le monde car il provoque des pannes multiples, EDF en a fait la coûteuse expérience et ne l’utilise plus que forcée et contrainte par le gouvernement de Sarkozy, sur l’insistance d’Areva, « seule producteur mondial de cette m…. de mox ». Les « problèmes entre EDF et Areva sous Mme Lauvergeon venaient d’ailleurs du refus d’EDF d’utiliser ce combustible nucléaire à problèmes, et lui aussi, non recyclables sinon après des décennies de « refroidissement » en piscine, 30 ans au moins.
    Quant à l’uranium récupéré, il est lui aussi, concerné par des problèmes et son utilisation est évitée pour cette raison. Autrement dit et en conclusion, le retraitement des déchets nucléaires coûte une fortune et ne sert strictement à rien. Il conviendrait d’y mettre un terme le plus rapidement possible.

    • Lorsque notre besoin en électricité a augmenté déraisonablement en France en bonne partie en raison du chauffage à effet joule je reconnais avoir été favorable à l’énergie nucléaire pendant ma courte vie de jeune canoëiste. Une seule centrale nucléaire pouvant remplacer un grand nombre de barrages hydroélectriques et redonner vie à une multitude de nos plus belles rivières comment aurait-il pu en etre autrement?

      Je ne me rendait pas compte à l’époque que l’effet joule était une absurdité et j’étais convaincu de leur nécessité. Je me suis ensuite aperçu que l’énergie la plus chère était celle que l’on consommait le plus mal et ma vision de l’energie electrique a changé.
      Conscient de la puissance solaire j’ai compris petit a petit que la sécurité n’ayant pas de prix la course au profit effrénée de la finance placerait rapidement le solaire voltaïque aux premieres loges non seulement quantitativement mais aussi en terme de prix de revient

      Je suis devenu pour cette raison opposé à la manipulation des chaines atomiques pour la production d’electricite. Je la considère un peu maintenant après avoir discuté longuement avec un lutin thermique ayant des connaissances bien superieure aux miennes dans ce domaine comme une cuisine diabolique et dangereuse lorsque la radioactivité source de chaleur est en cause.
      Ma nouvelle vision des choses va probablement satisfaire Oskar Lafontaine

      Par contre il est une forme de manipulation que j’approuve admire et encourage. Il s’agit de celle liée à la manipulation des chaines moléculaires de la matière consistant à innover en transformant cette dernière de telle sorte que l’énergie ENTHALPIQUE qu’elle contienne en son sein soit favorablement et efficacement exploitable pour le chauffage urbain voire pour ka climatisation.
      Ceci en générant des fluides non nocifs n’aggravant pas le rechauffement climatique et ne dégradant nos écosystèmes aquatiques en cas de dispersion accidentelle.

      Faut-il rappeler à ce sujet à nos écologistes.les problemes graves de santé prooqués par la dispersion du PCB dans nos nappes libres ce fluide venant des transformateurs electriques

      Balendard Noel 2016

A Paris, le salon du nucléaire civil s'ouvre dans un climat plus porteur

Lire l'article