Accord de Paris: vers une réorganisation du marché l’énergie

accord de paris

L'UE dévoile une panoplie de propositions pour réorganiser le marché de l'énergie, en particulier renouvelable © AFP/Archives KENZO TRIBOUILLARD

Bruxelles (AFP) – La Commission européenne dévoile mercredi midi une panoplie de propositions pour réorganiser le marché de l’énergie, en particulier renouvelable, avec en ligne de mire les engagements pris au sein de l’accord de Paris sur le climat.

Économies d’énergie, part des énergies renouvelables dans la production d’électricité, connexion au réseau, gouvernance: très attendue depuis plusieurs mois, la révision de pas moins de huit législations communautaires (1.000 pages) promet d’âpres négociations dans un secteur qui reste sensible pour les Etats membres.

Avec l’accord de Paris, l’UE s’est engagée à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 40% d’ici 2030. Mais elle s’est aussi fixé, en octobre 2014, deux autres objectifs: 20% d’énergies renouvelables dans la production d’électricité en 2020, puis au moins 27% en 2030. Et de 20% à au moins 27% pour les économies d’énergie dans les mêmes délais.

Dans la bataille pour la réduction des émissions de CO2, « les politiques les plus couronnées de succès ont été les énergies renouvelables et les économies d’énergie », a soutenu mardi le député européen des Verts Bas Eickhout lors d’un point presse.

La régulation des industries lourdes au travers du marché européen du carbone (ETS) peine en effet à démontrer son efficacité, plombée par des surplus de quotas ayant fait chuter le prix de la tonne de carbone à des niveaux qui ne dissuadent pas vraiment les pollueurs.

« Avec le prix de gros de l’électricité en Europe actuellement à ses niveaux les plus bas depuis des décennies, et qui continuent de se replier, attirer les investissements pour moderniser notre système électrique pose problème », admettait récemment le commissaire européen chargé de l’Action pour le climat, Miguel Arias Canete, lors d’un discours à l’institut Bruegel de Bruxelles.

Atteindre un pourcentage d’efficacité énergétique de 30% pourrait injecter 70 milliards d’euros dans l’économie et créer 400.000 emplois, avait-il relevé. De son côté, le Parlement européen a appelé à plusieurs reprises l’UE à relever ce seuil à 40%.

Dans son paquet de propositions législatives présenté mercredi, qui promet d’être dense, la Commission s’attaquera donc à faciliter de nouvelles économies d’énergie, en suggérant par exemple d’étendre sa directive sur l’éco-conception à de nouveaux produits comme les bouilloires et les panneaux solaires ou en promouvant la performance énergétique des bâtiments.

Mais les inquiétudes des défenseurs de l’environnement, qui ont multiplié les interventions en amont des annonces de l’exécutif européen, portent surtout sur la gouvernance et l’organisation du marché de l’électricité et la priorité donnée – ou pas – aux énergies renouvelables.

« Il est crucial d’assurer que les éléments du système faits pour durer, en particulier les systèmes de transmission électrique et l’infrastructure de distribution, soient conçus pour permettre l’augmentation des volumes d’énergies renouvelables », plaide ainsi l’ONG Climate Action Network Europe.

Les spécialistes Energie du centre d’analyse Eurasia Group estiment, en se basant sur les éléments qui ont fuité dans la presse et sur internet, que les réformes proposées « indiquent un engagement décroissant à l’agenda environnemental historiquement ambitieux de l’Europe ».

Dans ses projets, la Commission semble par exemple vouloir adopter au niveau européen le principe de « mécanisme de capacité », qui permet de compenser des producteurs d’électricité qui gardent opérantes des capacités de production nécessaires pour franchir les pics de consommation, mais pas forcément rentables.

Plusieurs pays, dont la France et le Royaume-Uni, se sont déjà dotés d’un tel mécanisme au niveau national.

Une approche « neutre » de ce principe en termes de source d’énergie devrait favoriser le maintien en fonctionnement de centrales charbon ou gaz, selon les analystes.

Autre source d’inquiétude pour certains, l’absence redoutée d’objectifs par Etat contraignants pour les nouveaux engagements pris entre 2020 et 2030.

© AFP

Un commentaire

Ecrire un commentaire

  • La collectivité au sens large devrait déjà pouvoir tirer profit des avantages que la société peut retirer des énergies renouvelables (ENR) au moins dans un domaine: celui de l’énergie thermique renouvelable associée au chauffage de l’habitat.

    Dans le cadre d’un livre « la chaleur renouvelable et la rivière » un Lutin thermique évoque avec la chaufferie hybride d’un « cas pratique » (Un immeuble en région parisienne dans une boucle de la Seine)les possibilités de la pompe à chaleur aquathermique comme complément ENR à la combustion.

    Cela sous deux formes de scénarios :
    • la copropriété prend tout à sa charge en charge avec la pompe a chaleur sur nappe en forant dans son jardin et ceci avec un COP voisin de 5
    • la mairie prenant conscience que ce complément ENR peut avoir un COP de 7 et être généralisé sur Boulogne Billancourt, voire pour tout Paris, s’aide elle même en tant que service municipal en respectant la loi sur la transition énergétique et la croissance verte (LTECV ) et aide aussi notre copropriété par le fait que cela lui évite de forer sur son propre terrain le forage étant effectué sur les terrains communaux
    Voir pour détails le complément au livre de Balendard
    http://www.infoenergie.eu/riv+ener/source-energie/Complementarite%20des%20reseaux%20ENP.pdf

    Décembre 2016

Un fabricant de voitures à hydrogène mise sur la "révolution verte" britannique

Lire l'article