La maire de Paris désignée « diplomate verte de l’année »

hidalgo

La maire socialiste de Paris Anne Hidalgo a reçu le 17 novembre 2016 à Washington au W Hotel le prix de la "diplomate verte de l'année", décerné par le magazine américain Foreign Policy © AFP ZACH GIBSON

Washington (AFP) – La maire socialiste de Paris Anne Hidalgo a reçu jeudi soir à Washington le prix de la « diplomate verte de l’année », décerné par le magazine américain Foreign Policy, récompensant son action écologique et climatique, « plus grand défi de notre siècle », selon ses termes.

Anne Hidalgo, cinquième récipiendaire du prix « Green Diplomat of The Year », a également été saluée pour son leadership au sein du C40, un réseau de maires de 85 métropoles engagées pour le climat, dont elle a récemment été élue présidente.

« J’ai conscience que le plus grand défi de notre siècle est le défi climatique, il conditionne tous les autres. La vie humaine et la planète en dépendent », a assuré la maire (PS) après avoir remercié le bimestriel spécialisé dans les affaires étrangères pour ce prix d’une « immense valeur ».

« Il nous revient de relever ce défi pour les générations futures, pour nos enfants », a-t-elle insisté, rappelant que l’accord-climat ratifié en 2015 à Paris devait désormais être mis en oeuvre. « Il nous faut donc agir et agir maintenant ».

En cas d’échec, a prévenu l’édile, « nous serons sur une trajectoire de trois ou quatre degrés de hausse de température moyenne d’ici la fin du siècle, avec une multiplication des phénomènes climatiques extrêmes ».

Anne Hidalgo a érigé en priorité la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre, en réduisant la circulation dans la capitale et en prévoyant de rendre aux piétons les voies sur berges de la rive droite, s’attirant de nombreuses critiques, notamment de l’opposition ou des associations d’automobilistes.

« En 2030, 74% des gaz à effet de serre seront émis par les villes du monde », a rappelé la présidente élue du C40. « Il nous faut décarboner notre économie, supprimer les centrales à charbon, imposer la mobilité non polluante, tripler les trains à grande vitesse ».

Paris, dit-elle, participe à ce mouvement en « jetant des ponts, plutôt qu’en construisant des murs », une pique à peine voilée au président élu des États-Unis Donald Trump, climato-sceptique assumé.

Les villes, assure-t-elle, sont en première ligne dans cette lutte « même si certains chefs d’État cultivent le scepticisme ».

Anne Hidalgo succède, en tant que « diplomate verte de l’année » 2016, au chef de la diplomatie américaine John Kerry (2015) et à la directrice générale du FMI Christine Lagarde, récompensée en 2014.

© AFP

3 commentaires

Ecrire un commentaire

  • Etre convaincu comme la Maire de notre capitale que le plus grand défi de notre siècle est le réchauffement climatique par le fait qu’il conditionne la vie humaine sur terre est une chose.

    Prendre les actions qui consistent à montrer aux autres métropoles l’exemple de ce qu’il convient de faire pour tenter de l’atténuer en est une autre.

    Pour montrer l’exemple, il ne tient qu’à nous et à notre travail que la voiture hybride rechargeable et la chaufferie hybride collective associant la combustion (avec le gaz) et le chauffage thermodynamique (avec l’électricité) se généralise dans Paris.

    Renault saura-t-il prendre le virage face à ses concurrents ? Nous verrons.

    Sauront nous côté chauffage urbain prendre les actions qui vont consister à modifier les 2 chaînes énergétiques actuelles afin de généraliser un nouveau mode de chauffage urbain dans le cadre de notre capitale?

    Il semble en tout cas acquis dans un pays de technologie comme la France que cela est possible. Ceci en combinant deux formes d’énergie
    – celle issue de la géothermie profonde des nappes captives
    provenant de l’interaction nucléaire dite faible du magma en fusion au centre de la terre
    – celle issue de l’aquathermie superficielle des nappes libres associée à la gravité et à l’interaction nucléraire dite forte du fait du rayonnement solaire.

    Pour compréhension de ces deux formes d’energie voir le chapitre « forme d’énergie »
    http://infoenergie.eu/riv+ener/LCU.htm

    Cette orientation permettrait de:

    1 diviser à minima par 4 les emissions des gaz a effet de serre par rapport a la combustion seule.
    2 diviser sensiblement dans le même rapport la consommation en énergie primaire,
    3 diminuer toujours dans le même rapport voir plus les charges de la copropriété associées au chauffage,
    4 d’améliorer la qualité de l’air dans nos cités,
    5 d’assurer cela avec un faible niveau sonore

    Tels seraient les 5 principaux avantages de cette nouvelle chaîne énergétique pour assurer le chauffage de l’habitat existant. Ceci en remplacement dans un premier temps de la combustion seule puis de l’effet joule dans un deuxième temps.

    Ce faisant cette orientation permettrait à la France de respecter sa propre constitution et sa loi sur la transition energétique et la croissance verte. (LTECV)

    Le principal obstable que pourrait rencontrer Madame Hidalgo pour mener à bien cette nouvelle conception du chauffage de l’habitat est l’abscence de formation à l’environnement en France.
    Le manque de connaissances de base sur la thermique en général et les systèmes énergétiques en particulier en France au niveau de l’enseignement est en effet extrêmement préoccupante dans notre pays. Elle explique en partie l’immobilisme actuel dans le domaine de l’énergie thermique et la difficulté de convaincre les copropriétés.
    La combustion date tout de même du pléistocène moyen et nous avançons dans ce domaine faute d’enseignement avec une extrême lenteur.
    Pour respecter sa constitution et sa loi sur la LTECV la France n’aura probablement pas d’autre choix que de former des professeurs ayant de bonnes connaissances dans ces domaines. Il y a peut-être des personnes s’intéressent au débat que les Lutins thermiques souhaitent lancer avec Goodplanet mais comme à l’habitude il est vraisemblable qu’elles ne se manifesteront pas.

    Balendard novembre 2016

    Pour information Balendard est un ingénieur à la retraite spécialisé en mécanique des fluides

    Webmaster de deux sites
    http://www.infoenergie.eu
    et http://www.rivieres.info

    Il est l’auteur de 3 livres
    « Servo-contrôle » équité par OILGEAR
    « La rivière et l’énergie » édité par EDILIVRE
    « La chaleur renouvelable et la rivière » édité par La Société Des Ecrivains

  • Etre convaincu comme la Maire de notre capitale que le plus grand défi de notre siècle est le réchauffement climatique par le fait qu’il conditionne la vie humaine sur terre est une chose.

    Prendre les actions qui consiste à montrer aux autres métropoles l’exemple de ce qu’il convient de faire pour tenter de l’atténuer en est une autre.

    Pour montrer l’exemple, il ne tient qu’à nous et à notre travail que la voiture hybride rechargeable et la chaufferie hybride collective associant la combustion (avec le gaz) et le chauffage thermodynamique (avec l’électricité) se généralise dans Paris.

    Renault saura-t-il prendre le virage face à ses concurrents ? Nous verrons.

    Sauront nous côté chauffage urbain prendre les actions qui vont consister à modifier les 2 chaînes énergétiques actuelles afin de généraliser un nouveau mode de chauffage urbain dans le cadre de notre capitale?

    Il semble en tout cas acquis dans un pays de technologie comme la France que cela est possible. Ceci en combinant deux formes d’énergie
    – celle issue de la géothermie profonde des nappes captives
    provenant de l’interaction nucléaire dite faible du magma en fusion au centre de la terre
    – celle issue de l’aquathermie superficielle des nappes libres associée à la gravité et à l’interaction nucléraire dite forte du fait du rayonnement solaire.

    Pour compréhension de ces deux formes d’energie voir le chapitre « forme d’énergie »
    http://infoenergie.eu/riv+ener/LCU.htm

    Cette orientation permettrait de:

    1 diviser à minima par 3 les emissions des gaz a effet de serre par rapport a la combustion seule.
    2 diviser sensiblement dans le même rapport la consommation en énergie primaire,
    3 diminuer dans les mêmes rapport voir plus les charges de la copropriété associées au chauffage,
    4 d’améliorer la qualité de l’air dans nos cités,
    5 d’assurer cela avec un faible niveau sonore

    Tels seraient les 5 principaux avantages de cette nouvelle chaîne énergétique pour assurer le chauffage de l’habitat existant. Ce faisant elle permettrait à la France de respecter sa propre constitution et sa loi sur la transition energétique et la croissance verte. (LTECV)

    Le principal obstable que pourrait rencontrer Madame Hidalgo pour mener à bien cette nouvelle gonception du chauffage de l’habitat est l’abscence de formation à l’environnement. Le manque de connaissances de base sur la thermique en général et les systèmes énergétiques en particulier en France au niveau de l’enseignement est en effet extrêmement préoccupante. Elle explique en partie l’immobilisme actuel dans le domaine de l’énergie thermique et la difficulté de convaincre les copropriétés.
    La combustion date tout de même pléistocène moyen et nous avançons dans ce domaine faute d’enseignement avec une extrême lenteur. Pour respecter sa constitution et sa loi sur la LTECV la France n’aura probablement pas d’autre choix que de former des professeurs ayant de bonnes connaissances dans ces domaines. Il y a peut-être des personnes s’intéressent au débat que les Lutins thermiques souhaitent lancer avec Goodplanet mais comme à l’habitude il est vraisemblable qu’elles ne se manifesteront pas.

    Balendard novembre 2016

    Pour information Balendard est un ingénieur à la retraite spécialisé en mécanique des fluides

    Webmaster de deux sites
    http://www.infoenergie.eu
    et http://www.rivieres.info
    Il est l’auteur de 3 livres
    « Servo-contrôle » équité par OILGEAR
    « La rivière et l’énergie » édité par EDILIVRE
    « La chaleur renouvelable et la rivière » édité par La Société Des Ecrivains

  • Etre convaincu comme la Maire de notre capitale que le plus grand défi de notre siècle est le réchauffement climatique par le fait qu’il conditionne la vie humaine sur terre est une chose.

    Prendre les actions qui consiste à montrer aux autres métropoles l’exemple de ce que l’on pourrait faire pour tenter de l’atténuer en est une autre.

    Notre industrie automobile avec la voiture hybride rechargeable ainsi que la chaufferie hybride collective associant la combustion (avec le gaz) et le chauffage thermodynamique (avec l’électricité) sont les deux principaux domaines de ce que pourrait être dans la pratique cet exemple
    Renault saura-t-il prendre le virage face à ses concurrents ? Nous verrons.

    Côté chauffage urbain sauront nous prendre les actions qui vont consister à modifier les 2 chaînes énergétiques actuelles afin de généraliser un nouveau mode de chauffage urbain dans le cadre de notre capitale? Il faut l’espérer.

    Il semble en tout cas acquis dans un pays de technologie comme la France que cela est possible. Ceci en combinant deux formes d’énergie
    – celle issue de la géothermie profonde des nappes captives
    provenant de l’interaction nucléaire dite faible du magma en fusion au centre de la terre
    – celle issue de l’aquathermie superficielle des nappes libres associée à la gravité et à l’interaction nucléaire dite forte du fait du rayonnement solaire.

    Pour compréhension de ces deux formes d’énergie voir le lien
    http://www.infoenergie.eu/riv+ener/LCU_fichiers/LT-4-energies.pdf

    Cette orientation permettrait de:
    1 diviser à minima par 3 les émissions des gaz a effet de serre par rapport a la combustion seule.
    2 diviser sensiblement dans le même rapport la consommation en énergie primaire,
    3 diminuer dans les mêmes rapport voir plus les charges de la copropriété associées au chauffage,
    4 d’améliorer la qualité de l’air dans nos cités,
    5 d’assurer cela avec un faible niveau sonore

    Tels seraient les 5 principaux avantages de cette nouvelle chaîne énergétique pour assurer le chauffage de l’habitat existant.

    Balendard novembre 2016

Sydney, en pleine canicule, enregistre sa nuit de novembre la plus chaude

Lire l'article