Départ de navires baleiniers japonais pour l’Antarctique

baleiniers

Une baleine à bosse saute hors de l'eau à l'ouest de la péninsule Antarctique, le 5 mars 2016 © AFP/Archives EITAN ABRAMOVICH

Tokyo (AFP) – Deux navires baleiniers japonais sont partis vendredi en direction de l’Antarctique où ils vont chasser les cétacés à des fins scientifiques selon les autorités nippones, des motivations que contestent les écologistes.

Les deux bateaux (Yushinmaru, 724 tonnes, et Daini Yushinmaru de 747 tonnes) ont quitté le port de Shimonoseki (sud-ouest) avec l’ambition de rapporter 333 baleines de Minke, a indiqué à l’AFP un responsable de l’Agence des pêches.

« Les recherches (sur les baleines) visent à recueillir des informations scientifiques sur les cétacés et l’écosystème marin, avec l’espoir de pouvoir reprendre au plus vite la pêche commerciale », a déclaré sur place un fonctionnaire de l’Agence des pêches, selon les propos rapportés par son collègue interrogé par l’AFP.

Cette posture est dénoncée par les organisations de défense des cétacés ainsi que plusieurs pays qui estiment que Tokyo utilise de façon malhonnête une exception dans le moratoire sur la pêche à la baleine datant de 1986.

De nombreux experts jugent que les besoins de la recherche ne peuvent pas  aujourd’hui justifier de tuer des centaines de baleines chaque année. L’Agence des pêches, elle, assure qu’il n’y a pas pour l’heure de solution non létale aux travaux scientifiques effectués, mais assure que les Japonais tentent d’en trouver.

En 2014, l’archipel avait été condamné par la Cour internationale de justice, considérant que le Japon déguisait en recherches des campagnes menées à des fins commerciales.

Du coup, les baleiniers japonais n’avaient pas pris la route de l’océan austral durant l’hiver 2014/2015. Mais Tokyo a remis le cap sur l’Antarctique dès l’année suivante, tuant 333 cétacés entre décembre 2015 et mars 2016 dans l’océan austral.

Le programme, prévu pour durer 12 ans, prévoit un total de près de 4.000 captures.

Fin octobre, la Commission baleinière internationale (CBI) a décidé d’instaurer une évaluation plus stricte des campagnes baleinières menées par le Japon, mais elle n’a pas le pouvoir de les interdire.

Le Japon est le seul pays à profiter de cette « dérogation scientifique » qui permet, au titre de la recherche, de chasser les baleines. L’Islande et la Norvège continuent eux à pratiquer une chasse commerciale en utilisant des failles juridiques du moratoire.

© AFP

4 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Marie

    Ne jouez pas les innocents , capture t on 333 humains afin d’étudier l eco- système  » terrestre » ? Ils en capture moins grâce aux bénévoles de l’ong SEA SHEPHERD qui eux prennent la mer et ne se contentent pas de le dire !

    • bellessort

    Tous les prétextes bidons passent « haut la main » devant n’importe quelle commission.
    On laisse des pays sans moralité vider nos océans,massacrer les baleines,les requins,éléphants, rhinocéros etc…
    Qui mettra fin à tout ça?

  • IL FAUT PLUS DISCUTER FAUT AGIR LES ORGANISATIONS ECOLO AU TRAVAIL !

    • Patricia Jouve

    Quelle honte de la part de nos gouvernants, de tolérer cette exception pour les Japonais!
    prions pour que ça s’arrête,chacun avec ferveur,sans haine envers les baleiniers, prions pour les baleines.

Un rapport de l'ONU demande la réaffectation de 470 milliards de dollars de subventions agricoles qui nuisent aux prix des denrées et nous éloignent des objectifs environnementaux et sociaux

Lire l'article