Pollution à Delhi: le gouvernement a 48h pour présenter un plan

new delhi

Des indiens marchent près du monument la porte de l'Inde dans un brouillard épais, le 28 octobre 2016 à New Delhi © AFP/Archives

New Delhi (AFP) – La Cour suprême indienne a accédé mardi à la demande du gouvernement fédéral d’un délai de deux jours pour présenter son plan de lutte contre l’effrayante pollution à Delhi, qui menace la santé publique.

Les indices de pollution crèvent le plafond dans la capitale indienne depuis une dizaine de jours en raison des fumées provoquées par les brûlis des campagnes alentours, les émanations de véhicules et d’usines, conjointement à la chute du thermomètre.

En raison du refroidissement, les polluants ne se dissipent pas et la mégalopole se retrouve piégée dans un brouillard asphyxiant.

« Donnez-moi deux jours. Nous allons avoir une réunion avec le secrétaire à l’Environnement et présenterons une réponse globale au problème de la pollution de Delhi », a demandé aux juges le solliciteur général, Ranjit Kumar, s’exprimant au nom du gouvernement central.

Depuis la grande fête hindoue de Diwali, où explosent des millions de pétards, les capteurs de l’ambassade américaine enregistrent des niveaux de pollution qui menacent jusqu’aux organismes des personnes en bonne santé.

Mardi matin, elle rapportait encore un taux de particules fines PM2.5 de 372 microgrammes par mètre cube d’air – là où l’OMS recommande une moyenne quotidienne de 25 – contre 778 la veille à la même heure, voire même près de 1.000 au cours des week-ends précédents.

Les PM2.5 sont particulièrement nocives car suffisamment microscopiques pour s’infiltrer dans le système sanguin et les poumons. Elles sont susceptibles de causer des cancers et des maladies cardiaques.

Dans une audience distincte devant un tribunal spécialisé sur les questions environnementales, la justice s’est agacée de la réponse insuffisante et tardive des autorités locales malgré la récurrence annuelle de cet épisode de pollution, qui atteint des sommets cette année.

« Qu’est-ce que vous faisiez pendant qu’il y avait tout ce brouillard de pollution et que les niveaux de particules fines étaient au-delà des limites prescrites ? », a tonné le juge Swantanter Kumar, selon des propos rapportés par l’agence Press Trust of India.

Faisant notamment référence à une technique utilisée à Pékin pour dissiper la pollution à la veille des jeux Olympiques de 2008, il a demandé au gouvernement de Delhi: « pourquoi n’avez-vous pas utilisé des hélicoptères pour répandre de l’eau sur Delhi et ses environs ? »

La municipalité avait annoncé dimanche une fermeture des écoles pour trois jours ainsi que l’arrêt temporaire des chantiers de construction, alors que le « smog » enveloppait la ville depuis plus d’une semaine.

Ces derniers temps, les habitants de Delhi se réveillent avec de la fumée jusque dans leur maison. La demande de masques filtrants et de purificateurs d’air a explosé, de longues queues se forment devant les magasins.

© AFP

Un commentaire

Ecrire un commentaire

  • Un plan de depollution de la 6ème metropole la plus peuplée au monde (plus de 15 millions d’habitants) ne se prépare pas en 48h
    Les problèmes sont certes moins graves à Paris qui n’a pas à supporter l’effet de la mousson. Ce n’est toutefois assurément pas une raison pour baisser les bras devant les actions qu’il nous va falloir prendre pour le chauffage de l’habitat et le transport individuel dans notre capitale. Ceci afin d’améliorer la qualité de l’air et réduire nos charges. Il faut l’espérer que nous agirons spontanément sans avoir à faire intervenir notre justice puisqu’il « nous suffit » pour cela de respecter notre propre constitution et notre loi sur la transition énergétique et la croissance verte

    Balendard novembre 2016