Cinq choses à savoir sur la protection du panda en Chine

panda en chine

Le 6 septembre 2016, Yang Yang, la maman panda du Jardin zoologique de Schönbrunn (Tiergarten Schönbrunn) à Vienne, tient contre elle ses jumeaux de 1 mois, nés en captivité. © Tiergarten Schönbrunn/AFP HO

Pékin (AFP) – Loin de se féliciter de la sortie du panda géant de la catégorie des espèces « en danger », la Chine souligne que l’ursidé symbole de la protection de l’environnement reste menacé.

En sortant l’animal de la liste des espèces les plus menacées d’extinction, l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) n’en a pas moins salué lundi l’efficacité des « efforts du gouvernement chinois ».

Le nombre de pandas géants en liberté en Chine a ainsi augmenté de 16,8% entre 2003 (1.596) et 2013 (1.864), et celui des spécimens en captivité a bondi de 164 à 375 durant la même décennie, selon l’Administration chinoise des Forêts.

Comment la Chine est-elle parvenue à ce résultat ?

1/ Elle a créé des réserves naturelles

La Chine compte 13 réserves consacrées au panda géant, la première remontant à 1958. Leur objectif est double: empêcher le braconnage de l’espèce, et préserver les forêts de bambous, que la Chine a massivement replantées. Le bambou représente la quasi-totalité de l’alimentation de l’animal, un spécimen adulte en avalant en moyenne 20 kilos par jour. Gros sujet d’inquiétude: avec le réchauffement climatique, plus d’un tiers des forêts de bambous pourraient disparaître d’ici 80 ans, selon l’UICN.

2/ Elle met la main au portefeuille

Le gouvernement verse des subventions aux agriculteurs résidant à proximité des réserves, explique Yang Fuqiang, de l’ONG américaine Natural Resources Defense Council (NRDC). En contrepartie, les riverains s’engagent à ne pas dégrader l’environnement et à ne pas utiliser d’engrais chimiques ni de pesticides. La Chine dédommage aussi les victimes d’attaques de pandas. Un agriculteur mordu profondément à la cuisse avait ainsi obtenu plus de 80.000 euros en 2015.

3/ Elle s’est ouverte aux ONG étrangères

Depuis plus de 30 ans, la Chine accueille des organisations internationales désireuses d’étudier l’animal. Elles apportent leur expertise, mais aussi leur exposition médiatique. La première, selon M. Yang, fut en 1979 le Fonds mondial pour la nature (WWF), dont le logo mondialement connu arbore l’ursidé, et contribue à la popularité planétaire de l’animal.

4/ Elle utilise les « prêts de pandas »

En prêtant des spécimens à des zoos étrangers (Beauval en France, Vienne en Autriche, Pairi Daiza en Belgique, par exemple), souvent après d’intenses tractations diplomatiques, la Chine récupère de l’argent. Cette somme est ensuite utilisée pour la protection des spécimens. Actuellement, une quarantaine de pandas sont prêtés par la Chine à une quinzaine de pays.

5/ Elle ne relâche pas sa garde

Loin de se gargariser à la suite du rapport de l’UICN, la Chine estime que le panda géant « reste en danger imminent ». L’Administration chinoise des Forêts a pointé lundi la « destruction de l’habitat du panda géant qui continue de menacer sa survie » et « limite les échanges entre les différents groupes » isolés de pandas. « Il faut renforcer les échanges entre (eux) afin d’assurer leur diversité génétique », une priorité pour l’administration, qui juge « prématuré » l’abaissement du degré de protection de l’animal par l’UICN.

© AFP

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Laurent Dingli

    Ah oui, la Chine, le pays qui, avec quelques autres pays d’Asie, est en grande partie responsable de la disparition des tigres, des rhinocéros et des éléphants… Mais, bon, du moment qu’elle conserve son emblème, tout va bien.

      • Alain Riethmuller

      Préserver un animal qui n’est ni aphrodisiaque ni producteur d’ivoire, quel intérêt?

À l'écoute du Vivant avec l’audio-naturaliste Marc Namblard : « si les animaux émettent autant de sons dans la nature, c’est que cela répond à des besoins vitaux »

Lire l'article