Jour du Dépassement, tous les articles sur le sujet. Si tout le monde vivait comme vous, combien de planètes faudrait-il ?

L’Équateur commence à exploiter du pétrole dans la réserve écologique de Yasuni

Yasuni

Vue aérienne du champ pétrolifère de Tiputini dans le bloc pétrolier ITT (Ishpingo, Tambococha et Tiputini ), le 7 septembre 2016, dans le parc de Yasuni, réserve mondiale de biodiversité. © AFP RODRIGO BUENDIA

Tiputini (Ecuador) (AFP) – L’Équateur a démarré mercredi l’exploitation de pétrole dans un bloc situé en partie dans le parc amazonien Yasuni, réserve mondiale de la biosphère, suscitant les critiques d’écologistes et de défenseurs des droits des indigènes.

Après des années de débat sur l’exploitation ou non de pétrole dans cette région, l’entreprise d’État Petroamazonas a commencé à pomper du brut du bloc ITT, qui compte 1,7 milliard des 4 milliards de barils de réserves prouvées de l’Équateur, plus petit membre de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).

« Aujourd’hui commence une nouvelle ère, un nouvel horizon pétrolier pour tous les Équatoriens », a déclaré à la presse le vice-président équatorien Jorge Glas.

« Actuellement nous atteignons les 23.000 barils par jour, bien plus que ce qui était prévu au départ », a-t-il ajouté.

Le président équatorien Rafael Correa avait tenté il y a quelques années une campagne mondiale visant à faire compenser par des aides extérieures de 3,6 milliards de dollars la non-exploitation du gisement au nom de la protection de l’environnement et des limitations des émissions des gaz à effet de serre.

Mais cette campagne s’était soldée par un échec et alors que le pays souffre de la chute des cours, les travaux de forage dans le bloc ITT ont débuté en mars.

L’annonce du début de l’exploitation a été mal accueillie par les écologistes: « Les peuples isolés et la nature vont être plus vulnérables », a commenté auprès de l’AFP la présidente d’Accion Ecologica, Esperanza Martinez.

« Le dégât est énorme », a-t-elle souligné.

Néanmoins, certaines communautés indigènes soutiennent cette nouvelle activité: « Nous voulons qu’ils continuent à travailler ici, mais aussi qu’ils nous donnent plus d’emplois », a indiqué à l’AFP Miguel Grefa, indigène quechua présent lors de la cérémonie d’inauguration.

Le pays prévoit d’atteindre une production de 300.000 barils par jour dans le bloc ITT d’ici 2022.

© AFP

2 commentaires

Ecrire un commentaire

  • Alors que les grands pollueurs de la planète on compris qu’il leur fallait lever le pied sur la consommation des produits fossiles, il est triste de constater que les équatoriens resteront malade du pétrole encore quelques générations.
    Vu la taille de ce petit pays, les conscéquences négatives pour la planète ne sont pas graves, mais pour leur pays, il en est tout autrement. Avec l’ensoleillement très important qui est le leur et la proximité de la cordillière des Andes il clair que leur intérêt est de préserver leur réserves naturelles et de se rapprocher de l’ISA (Agence solaire internationale). Ils apprendrons ainsi qu’il existe des solutions plus intéressante pour eux pour subvenir à leur besoin energetique.

    Balendard septembre 2016

    Voir
    http://www.goodplanet.info/actualite/2016/02/14/la-pollution-fait-5-millions-de-morts-dans-le-monde-la-moitie-en-chine-et-inde/

    • dany

    Pétrole à exporter = devises, = dollars. Voilà la triste réalité.