Chine: près de 300 morts et disparus dans les inondations, un demi-million de déplacés

pékin
Des gens traversent une route inondée à Pékin le 21 juillet 2016 © AFP/Archives STR
Des gens traversent une route inondée à Pékin le 21 juillet 2016 © AFP/Archives STR

Pékin (AFP) – Les pluies torrentielles qui se sont abattues ces derniers jours sur le nord de la Chine ont fait près de 300 morts et disparus, selon un nouveau bilan donné lundi par l’agence officielle Chine Nouvelle.

Plus d’un demi-million de personnes ont été déplacées dans les provinces de Henan et Hebei, les plus touchées, et 125.000 ont besoin d’une aide d’urgence, selon le ministère des Affaires civiles cité par l’agence.

La catastrophe a fait 164 morts et 125 disparus, selon le dernier bilan disponible.

Cinq responsables chinois au total ont été suspendus après ces inondations qui ont suscité les critiques de la population concernant la gestion des autorités, selon la presse.

La ville de Xingtai, dans la province du Hebei, est devenue le symbole du mécontentement, les habitants accusant les responsables de ne pas les avoir alertés du déluge imminent, qui a fait localement au moins 25 morts.

Les résidents soupçonnent également que l’inondation soudaine, survenue tôt mercredi, soit liée à l’ouverture humaine d’un réservoir et non à la rupture d’une digue voisine comme l’ont indiqué les autorités.

Le maire de Xingtai a présenté ses excuses pour la réponse de la municipalité à la catastrophe.

Le nord du pays est normalement très aride, mais les inondations n’y sont pas exceptionnelles durant l’été, marqué par des pluies saisonnières.

© AFP

2 commentaires

Ecrire un commentaire

  • Il y a pour beaucoup d »experts une relation de cause à effet entre les dérèglements climatiques actuels et le rechauffement climatique.
    Quoiqu’il en soit certains residents ont probablement raison de soupçonner des mouvements de vannes pour expliquer des variations de niveau sur leur secteur.

    Pour la France les riverains du Loing habitants Nemours et Souppes ont probablement raison de soupçonner le barrage à clapet du « chaland qui passe » contrôlé par VNF pour expliquer un niveau d’eau sur leur secteur momentanément supérieur à celui de 1910 (voir vigicrue)lors des inondations récentes de début juin 2016
    .Il n’est pas impossible que un voire les 3 clapets de ce barrage aient été fermés momentanément pour soulager Paris.
    Ceci pour éviter une catastrophe encore plus grande.
    Les récentes craintes de l’OCDE de voir Paris victime d’une inondation encore plus grave que celle de 1910 sont là pour justifier ces propos

    Voir le site http://www.rivieres.info
    Au chapitre REGIONS
    (région 10 bassin de la Seine et Marne)

    Balendard estime que nous n’auront pas d’autre choix que de supprimer autant que faire se peut la combustion et l’effet joule pour chauffer l’habitat
    juillet 2016

  • Excuse
    Je voulais dire à la fin:

    Donnant raison à ceux qui estiment qu’il y a une raison de cause à effet entre le réchauffement climatique et l’accroissement des catastrophes natutelles actuelles que nous n’aurons pas d’autre choix que ……..