Areva: l’Observatoire du nucléaire dépose plainte pour « faux » et « mise en danger d’autrui »

areva
Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron (2e à g) discute avec les syndicalistes à l'usine du Creusot d'Areva, dans l'est de la France le 2 mai 2016 © AFP PHILIPPE DESMAZES
Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron (2e à g) discute avec les syndicalistes à l'usine du Creusot d'Areva, dans l'est de la France le 2 mai 2016 © AFP PHILIPPE DESMAZES

Dijon (AFP) – L’Observatoire du nucléaire a annoncé mercredi le dépôt d’une plainte pour « faux, usage de faux et mise en danger d’autrui » dans l’affaire des anomalies présumées lors de la fabrication de composants de centrales à l’usine Areva du Creusot (Saône-et-Loire).

Dans cette plainte contre X, dont l’AFP a obtenu copie, l’association rappelle que, selon l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), 400 pièces produites dans cette usine « ne correspondraient pas à la réalité », alimentant les craintes d’une falsification des résultats des tests de contrôle de qualité.

« Cinquante pièces seraient en service sur le parc électronucléaire français », selon la même source.

« Nul ne sait quelle centrale est concernée et quelles précautions doivent être prises par la population eu égard à ce problème de sûreté », alerte l’association anti-nucléaire. « La mise en danger est donc permanente et il est urgent que ces documents falsifiés soient entre les mains de la justice », poursuit-elle.

Areva avait annoncé vendredi que des « anomalies » avaient été détectées dans le suivi des fabrications d’équipements au sein de son usine du Creusot, où a notamment été fabriquée la cuve du réacteur EPR de Flamanville dont l’acier présente un défaut de composition.

Selon l’avocat de l’Observatoire du nucléaire, Me Emmanuel Riglaire, la plainte a été envoyée mercredi au tribunal de grande instance de Chalon-sur-Saône.

Estimant « indispensable de stopper immédiatement les installations nucléaires concernées », l’association réclame dans un communiqué que l’enquête détermine « si des complicités, par exemple chez EDF et l’ASN, ont aidé Areva à écouler ses pièces défaillantes pendant des décennies jusqu’à l’affaire des cuves des EPR ».

Mercredi matin, la ministre de l’Environnement Ségolène Royal a déclaré que les premiers résultats des tests menés par Areva sur son site du Creusot étaient « bons ».

© AFP

3 commentaires

Ecrire un commentaire

    • VICTOR

    Entre 2003 et 2006, La FORGE du Creusot et Creusot-Mécanique n’appartiennent pas encore à AREVA mais à FRANCE-ESSOR (Michel Yves Bolloré frère de Vincent). Ne serait-ce pas pendant cette période que les pièces défectueuses ont été forgées usinées et contrôlées…

    • Robert BIGEAT

    Si l’on pouvait étaler sur la place publique tous les mensonges qui ont accompagné le développement de l’électronucléaire en France depuis cinquante ans, une prison de 800 places, ne pourrait accueillir tous les délinquants ayant, d’une manière ou d’une autre, mais toujours par tromperie, mis en danger la vie d’autrui, et il y aurait aussi des juges, et des ministres, à emprisonner.

  • S’il y a eu dissimulation de document il s’agit d’un grave problème.
    Je préfère toutefois prendre cela avec humour.

    Il me revient en tête l’enseignement de mon professeur de métallurgie à l’école nationale d’ingénieurs de Strasbourg et la peine qu’il s’est donné pour nous apprendre combien la teneur en carbone dans un acier est importante pour évaluer comment ce dernier va se comporter lorsqu’il est sollicité mécaniquement. Cela est assurément le cas pour ce fameux couvercle coulé aux forges du Creusot à Saint Etienne. Ce dernier n’aura-t-il pas à supporter les contraintes mécaniques d’un composant soumis à une pression intérieure importante.

    Il me aussi revient aussi à l’esprit la phrase prémonitoire d’un élève ingénieur observant à l’époque une scène étonnante: la femme de ce professeur, qui, perdant l’équilibre sur le parvis de notre école en présence de son mari, à failli tomber dans une poubelle ouverte: T’Y JETTE CA MAIS C’EST TOUT NEUF!

    C’est peut-être ce qu’il aurait fallu faire plus récemment à propos de ce fameux couvercle….
    Ne serait-ce que pour être en conformité avec les recommandations de l’ASN

    Balendard mai 2016

Stellantis Sochaux construit l'une des plus grandes centrales solaires en ombrières de France

Lire l'article