Le Zimbabwe vend ses animaux sauvages pour les sauver de la sécheresse

éléphant
Un éléphant d'Afrique, dans une le parc national Hwange au Zimbabwe, le 19 novembre 2012 © AFP/Archives MARTIN BUREAU
Un éléphant d'Afrique, dans une le parc national Hwange au Zimbabwe, le 19 novembre 2012 © AFP/Archives MARTIN BUREAU

Harare (AFP) – Les autorités zimbabwéennes mettent en vente des animaux sauvages dans les réserves naturelles du pays pour éviter qu’elles ne meurent de soif et faim en raison de la grave sécheresse qui frappe le pays, a indiqué mercredi l’autorité des parcs du Zimbabwe.

Une publicité parue dans un journal détenu par l’Etat invite « les gens qui le peuvent » à « acheter et s’occuper d’animaux sauvages » des parcs nationaux sans préciser le nombre ou le type d’espèces dont il s’agit.

« Je peux confirmer que nous avons fait une publicité à cet effet à la suite de la sécheresse aggravée par le phénomène El Nino », a indiqué la porte-parole des parcs nationaux du Zimbabwe, Caroline Washaya, sans pouvoir donner plus de détails.

“Les autorités vendent les animaux pour récolter des fonds afin d’approvisionner en eau ceux qui restent dans les parcs », explique à l’AFP Jerry Gotora, défenseur de l’environnement et ex-directeur de l’autorité des parcs nationaux du pays.

Le Zimbabwe fait face à une grave sécheresse qui a placé plus d’un quart de sa population en situation d’insécurité alimentaire.

Cette catastrophe naturelle frappe également les parcs nationaux qui doivent déjà faire face à une surpopulation d’éléphants.

« Le Zimbabwe connaît l’une des pires sécheresses de son histoire, pire encore que celle de 1992 où des milliers d’animaux avaient été décimés et où les autorités des parcs avaient dû vendre les bêtes », s’alarme Jerry Gotora.

« Tous nos parcs nationaux sont dans les régions les plus sèches et la grande question face à cette sécheresse c’est de savoir qui va nourrir et donner à boire à la faune », ajoute-t-il.

Ces dernières années, le Zimbabwe a dû vendre des éléphants à plusieurs pays dont la Chine, afin de réduire sa population qui était deux fois supérieure à la capacité des parcs.

© AFP

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Delia Bremond

    Donner des éléphants assoiffés aux Chinois?
    Quelle bonne idée! Ils donneront à boire à leurs défenses…

  • Y-a-t-il un suivi de cette vente des animaux sauvages ? Je suis certain que les acheteurs sont triés sur le volet et ce n’est pas n’importe qui qui peut y accéder. Mais c’est relativement triste ce qui arrive tout de même à ces pauvres bêtes, tout ça à cause de la bêtise humaine.

Après des années de captivité, deux bélugas redécouvrent la liberté en Islande

Lire l'article