Nucléaire: la droite abrogera l’objectif de réduction à 50%, affirme Sarkozy

sarkozy
Nicolas Sarkozy, chef de file des Républicains, lors d'un meeting à Nice, le 26 avril 2016 © AFP/Archives VALERY HACHE
Nicolas Sarkozy, chef de file des Républicains, lors d'un meeting à Nice, le 26 avril 2016 © AFP/Archives VALERY HACHE

Paris (AFP) – Si elle revient au pouvoir en 2017, la droite abrogera l’objectif de réduire d’ici 2025 la part du nucléaire de 75 à 50% dans la production d’électricité car « il n’y a pas d’alternative crédible au nucléaire », affirme Nicolas Sarkozy dans un entretien au JDD publié samedi.

« En cas d’alternance, nous abrogerons l’objectif de ramener à 50 % la part du nucléaire dans la production d’électricité en France (…) Il n’y a simplement aucune alternative crédible à l’énergie nucléaire. Il faut donc maintenir le parc actuel, et investir pour développer une nouvelle génération de centrales », affirme le président des Républicains, dont le parti tient une convention mardi sur l’énergie.

La fermeture de Fessenheim, confirmée par François Hollande pour cette année à l’occasion de la conférence environnementale, « est une erreur historique », juge-t-il.

« L’Autorité de sûreté nucléaire, après avoir examiné la centrale, lui a accordé plusieurs années d’exploitation supplémentaires. À lui seul, le site de Fessenheim fournit notamment, l’électricité de toute la région Alsace. Elle rapporte plus de 300  millions d’euros de bénéfices à EDF et elle ne pose aucun problème de sécurité », plaide-t-il.

« De deux choses l’une : soit les centrales sont dangereuses et, dans ce cas, la France comptant 58 réacteurs nucléaires, pourquoi fermer ceux de Fessenheim et pas les autres ? Soit ce n’est pas dangereux et, dans ce cas-là, pourquoi fermer Fessenheim ? Uniquement, par pure tactique électorale, pour rattraper désespérément les écologistes ? On est très loin du sens de l’État », dénonce l’ancien chef d’Etat.

Interrogé par l’AFP pour savoir s’il partageait la position de Nicolas Sarkozy, l’ancien Premier ministre François Fillon, candidat à la primaire à droite, a répondu: « Oui absolument, cette proposition (de baisse à 50%) est totalement irréaliste et conduirait à une forte augmentation des émissions de CO2 d’environ 30% ».

Quant à l’ancienne ministre de l’Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet, elle a estimé que « la réduction de la part du nucléaire doit procéder de la montée en puissance des renouvelables ».

Mais « fixer dans la loi des objectifs de réduction impératifs, c’est s’obliger éventuellement à fermer des centrales qui n’ont pas atteint leur échéance, et dont l’ASN ne demande pas la fermeture, ce qui est économiquement absurde », selon cette autre candidate à la primaire.

Rama Yade, ex-secrétaire d’Etat de Nicolas Sarkozy et candidate à la présidentielle, a regretté dans un communiqué que « Nicolas Sarkozy s’enferme dans une vision passéiste des enjeux énergétiques ».

C’est chez les écologistes que la sortie du président LR a suscité le plus de critiques: « Donc le parti des #OGM et du gaz de schiste devient aussi celui de l’aveuglement #nucléaire. En arrière toute », a tweeté la ministre Emmanuelle Cosse, ancienne patronne d’EELV, Barbara Pompili dénonçant « un monceau d’âneries ».

Pascal Durand, ex-secrétaire national d’EELV et proche de Nicolas Hulot, a égratigné au passage sur Twitter la politique énergétique actuelle: « vu le peu d’empressement du gouvernement à tenir cet engagement (de réduire à 50% la part du nucléaire, NDLR), il n’aura pas trop de boulot.. ».

Sur EDF, Nicolas Sarkozy voit comme « seule solution » d’ »ouvrir le capital d’EDF pour lui permettre d’investir dans son développement: investir dans l’EPR, et notamment en Grande-Bretagne, mais aussi investir pour développer un nouveau modèle de centrales de milieu de gamme, qui permette de gagner des appels d’offres dans d’autres pays ».

Mais « le nucléaire est une activité stratégique et il ne peut être question d’une privatisation à 100 % d’EDF », ajoute-t-il.

Enfin, M. Sarkozy se prononce pour la construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes  et contre un référendum: « Le principe du référendum n’est pas en cause. Mais pas après dix années d’immobilisme, pas après plus de 150 décisions de justice qui ont tranché la question, et pas une consultation organisée par un gouvernement dans lequel certains ministres sont pour et d’autres contre ».

© AFP

6 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Robert BIGEAT

    Peu importent les propos, assez décousus, de ce monsieur qui a d’abord échoué au poste suprême qu’il a occupé et ne laisse pas vraiment un bon souvenir.
    Sur la question de l’électronucléaire ses ignorances sont profondes et ancrées de même, dans la magma refroidi de sa suffisance.
    Inutile de reprendre les divers points de la question nucléaire rappelés ci-dessus, les conclusions que ce perdant, viré en plus de la fonction présidentielle en tire, sont aux antipodes de la rationalité autant que du simple bon sens.
    Le nucléaire c’est fini et il n’y a plus guère que ce pantin politique pour affecter d’y croire encore avec l’espoir, pourtant de plus en plus ténu, de rameuter ainsi quelques électeurs-zombies ignorants comme lui de A à Z toute la question.

    • Bonnot

    Lire ça est hallucinant , Mr Sarkozy est sans doute un GRAND SCIENTIFIQUE ???? pour affirmer de telles choses ….oser dire qu’il n’y a pas d’alternatives au nucléaire !!!! il devrait aller à des conférences et rencontrer et parler avec des personnes au fait de ces choses ,comme l’était TESLA ……Tesla a maintenant des gens qui poursuivent ses travaux !!! ah oui mais il n’y a pas de compteur !!!! ça c’est balot !!!!
    Sarkozy revient en vainqueur et Sauveur tout puissant !!!! les mémoires sont courtes !!!!!!!!!!!
    Les « décideurs « de nos pays , »,NOS ELUS « …prennent des décisions, aveuglés par les carottes d’or que leur font miroiter les lobbies ..les entreprises ,les banques ….ou est la conscience et le respect humain dans tout ça ….
    Marre de .subir la bêtise ,l’égoïsme ,l’inhumanité ,l’incompétence des élus qui ne proposent RIEN de neuf …aucune volonté d’entente … ils ne pensent qu’à dénigrer l’autre et se targue de pouvoir faire mieux …ce qui les anime ?? le goût du pouvoir et du profit …. ASSEZ STOP

    • Yann

    en cas d’accident nucléaire, M. Sarkozy fera sans doute comme pour le nuage de Tchernobyl, avec ses petits bras musclés, il arretera le nuage tout seul………… ce type est pitoyable………

    • Pan

    Je vous conseille la lecture de : Nucléaire: entre réalités et émotions, (sur internet).

  • OUI notre ancien Président ferait bien de s’informer..
    NKM qui projetait d’exploiter le gaz de schiste dans notre réserve naturelle NATIONALE des Cevennes également!

    Gauche ou droite, la réduction du nucléaire à 50% se fera.

    – Elle se fera principalement en raison du soleil et des nouvelles technologies
    – Elle se fera avec l’apport de l’eau, du sous-sol, et des STEP(s)
    – Elle se fera aussi parce que la sécurité n’a pas de prix et qu’il faudra bien remettre la nature à l’identique
    – Elle se fera en conciliant l’environnement, le social et l’économie en allant ainsi dans le sens du progrès

    Balendard mai 2016

  • Au moment où notre nouveau president Mr Macron a la lourde tache de constituer notre gouvernement il semble bon que Balendard rappelle que Nathalie Kosciusko-Morizet estime que par manque de courage Ségolène Royal tue l’écotaxe et assassine l’écologie.

    NKM ferait bien de se rappeller du courrier qu’elle a fait à l’UNESCO. Courrier incitant les politiques français pourtant tous ou presque opposés au gaz de schiste à donner leur accord de procéder à son exploitation dans notre parc national français le plus prestigieux: celui des Cévennes.

    http://infoenergie.eu/patri/schiste.jpg