Bayer interpellé par un million de personnes, inquiètes de ses pesticides « tueurs d’abeilles »

cologne
Marijn Dekkers (g), le PDG sur le départ de Bayer, et son successeur désigné, Werner Baumann, à Cologne le 29 avril 2016 © dpa/AFP Oliver Berg
Marijn Dekkers (g), le PDG sur le départ de Bayer, et son successeur désigné, Werner Baumann, à Cologne le 29 avril 2016 © dpa/AFP Oliver Berg

Francfort (AFP) – Stopper les ventes des pesticides « tueurs d’abeilles », insectes en danger et essentiels à la sécurité alimentaire mondiale: c’est ce que viennent réclamer vendredi, sans grande illusion, plus d’un million de personnes au géant allemand de l’agrochimie Bayer.

« Tuer les abeilles ne fait pas vraiment partie des choses qu’une entreprise qui se préoccupe du futur devrait faire », s’offusque auprès de l’AFP Anne Isakowitsch, une militante de l’ONG Sum of Us.

Car sans abeilles, qui contribuent à la pollinisation de 80% des espèces de plantes à fleurs, celles-ci ne pourraient pas se reproduire. Et sans fleurs, pas de fruits et un bouleversement de toute la chaîne alimentaire.

De quoi motiver Anne Isakowitsch. Cette Berlinoise se rend à l’Assemblée générale des actionnaires de Bayer à Cologne (ouest) pour remettre au groupe une pétition mondiale signée par 1,4 million de personnes.

Elle réclame notamment l’arrêt de la commercialisation de deux substances, le clothiandin et l’imidacloprid, de la famille des néonicotinoïdes, des pesticides soupçonnés de provoquer l’effondrement des colonies d’abeilles mondiales.

Ces deux pesticides de Bayer sont sous le coup d’un moratoire imposé par l’Union Européenne depuis fin 2013, tout comme le thiaméthoxam du suisse Syngenta, et le fipronil de l’autre grand nom allemand de la chimie, BASF. Dans le reste du monde, ces quatre substances, vendues sous des marques comme Gaucho, Poncho ou Cruiser, continuent d’être utilisées sans restrictions.

Nicotine

Les néonicotinoïdes sont la plupart du temps appliqués sur les graines plantées par les agriculteurs et s’infiltrent plus tard dans le nectar et les pollens, lors de la floraison.

Perte d’orientation des abeilles, qui ne retrouvent plus leur ruche, baisse de la fécondité, moins grande résistance aux maladies… la littérature scientifique est préoccupante. Et les abeilles préfèrent une plante aspergée de ces substances, dérivées de la nicotine, plutôt qu’une naturelle, selon la très sérieuse revue Nature.

De quoi labelliser les néonicotinoïdes comme « un facteur clé dans le déclin des abeilles » et autres pollinisateurs, résume une analyse de 800 études réalisée par l’Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN). Environ un quart des bourdons et presque une abeille à miel sur 10 risquent l’extinction, selon cette organisation.

Mais Bayer, qui a réalisé 2,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2015 avec les segments insecticides et protection des semences -qui englobent ses néonicotinoïdes et d’autres produits-, proteste.

« Les néonicotinoïdes sont sans danger s’ils sont utilisés correctement », répond un porte-parole à l’AFP.

Avec BASF et Syngenta, le groupe conteste devant la justice européenne le moratoire imposé par Bruxelles. En France, où l’on envisage d’interdire tous les néonicotinoïdes à l’horizon 2018, Bayer anticipe une « impasse agronomique et économique ».

D’autres causes

Le groupe pointe d’autres coupables à la souffrance des abeilles: la météo, les virus, ou encore le Varroa, un parasite.

« Le déclin des populations d’abeilles est multifactoriel », confirme José Tarazona, directeur du département pesticides à l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa).

Ce régulateur a estimé en 2012 que les quatre pesticides de Bayer, Syngenta et BASF posaient un risque « inacceptable » pour les abeilles, et fourni la base nécessaire à l’UE pour le moratoire. Mais « nous n’avons pas encore les moyens pour quantifier » le rôle de ces produits, détaille M. Tarazona.

L’Efsa réalise à l’heure actuelle un état des lieux des connaissances, dont les résultats sont attendus en 2017. Une procédure à l’issue de laquelle toutes les options restent ouvertes pour Bruxelles: étendre les restrictions, les maintenir, ou bien lever le moratoire.

« Les pesticides ne sont bien sûr pas le seul problème. (…) Mais ils sont le seul sur lequel nous pouvons intervenir immédiatement », avance Marco Contiero, chargé de la politique agricole chez l’ONG Greenpeace.

« Les études sont tellement claires qu’il ne sera pas facile pour les industriels de lever l’interdiction », estime-t-il. Greenpeace espère que l’UE interdira l’ensemble des néonicotinoïdes et de leurs usages, sans dérogations comme à l’heure actuelle. Et plaide pour que l’industrie investisse dans des alternatives non chimiques.

D’autant que la pression des consommateurs commence à se faire sentir. En Allemagne, les supermarchés Aldi viennent de s’engager à ne plus vendre d’aliments contenant des néonicotinoïdes.

© AFP

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Dany

    Ne peut-on pas envisager le plan suivant de la part de ces entreprises iniques ?
    – S’en foutre complètement de la conservation des espèces pollinisatrices, et même, eb chercher la totale destruction .. et de tout le reste aussi… afin de créer le chaos alimentaire…
    – de plus en plus « opérer » un changement génétique des plantes afin qu’elles fructifient … sans polinisation, biensur, système breveté par eux-même et inexploitable par qui que ce soit, excluant toute possibilité de reproduction d’une plante mère…. OGM
    – Rendre la totalité de l’alimentation humaine et animale dépendante de quelques sociétés « ogres » qui domineront les finances et les pouvoirs. (ce qui de toute façon se concrétise depuis pas mal de temps.

    Si dans ma p’tite tête idiote j’ai réussi à penser à ça, c’est qu’eux y pensent depuis longtemps.

    • Sachot

    La question c’est aussi comment nous consommateurs pouvons nous punir ses sociétés malfaisantes?

    Ne pas acheter leurs produits et aussi ceux qui les utilisent.

Un rapport de l'ONU demande la réaffectation de 470 milliards de dollars de subventions agricoles qui nuisent aux prix des denrées et nous éloignent des objectifs environnementaux et sociaux

Lire l'article