Vietnam: après les poissons, des tonnes de palourdes retrouvées mortes

vietnam
Un villageois ramasse des poissons morts sur une plage du district Phu Loc, au Vietnam, le 21 avril 2016 © AFP/Archives STR
Un villageois ramasse des poissons morts sur une plage du district Phu Loc, au Vietnam, le 21 avril 2016 © AFP/Archives STR

Hanoï (AFP) – Après des milliers de poissons, plus de 100 tonnes de palourdes mortes ont été découvertes au Vietnam, probablement en raison d’une fuite toxique dans une zone industrielle, ont rapporté les médias officiels jeudi.

Dans les fermes d’élevage du centre du pays, les tas de coquillages quasiment arrivés à maturité se sont accumulés ces derniers jours.

« Nous avions énormément d’espoir pour cette nouvelle récolte », a déploré Tran Thi Lua, cité dans le journal officiel Tuoi Tre.

Mercredi, les autorités vietnamiennes ont interdit le commerce ou la consommation des fruits de mer de la région tant que l’enquête est en cours.

« Pour garantir l’hygiène, la sécurité alimentaire et protéger la santé des gens, le Premier ministre a demandé aux ministères et aux autorités locales de recueillir et traiter immédiatement les coquillages morts », d’après un communiqué du gouvernement.

Le groupe taïwanais Formosa, qui possède un immense complexe sidérurgique dans la région, est soupçonné d’être à l’origine de cette pollution, après les déclarations d’un responsable de l’usine qui ont choqué le pays.

Ce dernier avait déclaré: « Vous ne pouvez pas tout avoir ». Vous « devez choisir entre les poissons, les crevettes ou une aciérie », avait dit Chou Chun Fan, responsable de la communication, dans  une vidéo publiée en ligne.

Depuis, le groupe s’est excusé pour ses propos.

D’après le vice-ministre de l’Environnement Vo Tuan Nhan, l’enquête gouvernementale n’a pour l’instant pas pu permettre d’établir de liens entre Formosa ou une autre usine et la pollution.

La société a indiqué, dans un communiqué, « espérer que les autorités vietnamiennes puissent rapidement faire la lumière sur la mort des poissons pour atténuer les inquiétudes de la population ».

Le centre du Vietnam compte de nombreuses installations industrielles. Mais le pays communiste, grâce à ses 3.000 kilomètres de côtes, exporte aussi beaucoup de poissons et de fruits de mer. Un secteur qui lui a rapporté 5,8 milliards d’euros l’an passé.

© AFP

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • Joséphine Traineau- Hô

    Mon Viêt Nam! Tu as chassé les envahisseurs de toutes sortes, à toutes les époques : colons, néo-colons (soit disant « amis »), dictateurs… : Tu les as jetés »par la porte. »… Ne les laisse pas entrer à nouveau par « la fenêtre »… Garde précieusement ta belle culture (par exemple , la superbe musique traditionnelle de Hûé qui me tire des larmes). Accueille les individus qui t’admirent, qui admirent ton histoire mais, je t’en prie, jette les nouveaux néo-colons qui, à nouveau, viennent utiliser tes richesses humaines et matérielles et en échange te mondialisent dans le sens le plus lamentable du mot.
    Enfin, ceci étant dit, je garde confiance car, MON VIET NAM a, de tous temps, lutté contre et, vaincu, les nuisibles venus de l’extérieur.( écrit en mémoire d’un résistant de Phan Ri cua :H.H.Y)

Le plaidoyer de la bergère des collines Florence Robert pour un pacte de responsabilité avec le vivant dans le cadre d’un élevage non industriel

Lire l'article