Glyphosate: les eurodéputés demandent une autorisation pour 7 ans, pas 15

Glyphosate

Photographie transmise par Greenpeace le 7 novembre 2012 montrant des militants manifestant ce jour-là devant la Commission européenne à Bruxelles contre l'autorisation du glyphosate © AFP/Archives HO

Strasbourg (AFP) – Les députés européens ont demandé mercredi à la Commission de ne renouveler l’autorisation du glyphosate, une substance utilisée dans les pesticides comme le Round Up, que pour 7 ans au lieu des 15 prévus, en raison des inquiétudes quant à son caractère cancérogène.

Les eurodéputés ont adopté une résolution, sans valeur juridique, demandant à la Commission européenne de renouveler cette autorisation de commercialisation du glyphosate seulement « pour une période de sept ans », alors que cette autorisation va expirer au mois de juin.

La résolution rappelle en outre la possibilité de « retirer l’approbation d’une substance active pendant la période durant laquelle elle est autorisée si elle ne remplit plus les critères d’approbation ».

Le texte initial de la résolution demandait à la Commission de ne pas renouveler du tout l’approbation du glyphosate, mais les députés ont adopté un amendement présenté par le Parti populaire européen (PPE, droite) proposant une autorisation pour 7 ans, qui représente un compromis avec la position de la Commission.

Utilisée depuis les années 1970, cette substance active est notamment présente dans le Round Up du groupe Monsanto, pesticide le plus utilisé dans le monde.

Le texte de la résolution pointe que « son utilisation sur la planète a augmenté d’une manière spectaculaire, puisqu’elle a été multipliée par un facteur de 260 au cours des 40 dernières années », malgré des inquiétudes quant à son risque cancérogène et à ses effets perturbateurs sur le système endocrinien.

Favorable à un renouvellement pour 15 ans de son autorisation, la Commission appuie son choix sur l’avis donné en novembre par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), qui a jugé « improbable » le risque cancérogène du glyphosate.

Une agence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a à l’inverse déclaré la substance cancérogène « probable ».

Le 8 mars, un comité d’experts représentant les Etats membres devait se prononcer sur le renouvellement de l’autorisation du glyphosate mais le vote n’a finalement pas eu lieu, alors que plusieurs pays européens avaient annoncé leur intention de voter « non ».

Le comité doit à nouveau se réunir les 18 et 19 mai.

Pour l’eurodéputée libérale belge Frédérique Ries, l’un des rapporteurs de la résolution initiale, il s’agissait surtout d' »envoyer un signal fort » à la Commission. « On sait bien que le glyphosate ne sera pas interdit dans l’UE dès le mois de juillet et qu’on ne va pas transformer tout un modèle agricole en quelques mois », a-t-elle souligné.

L’eurodéputée française du PPE Angélique Delahaye, à l’origine de l’amendement demandant une autorisation de 7 ans, souligne pour sa part qu' »il y a une attente des citoyens mais à ce jour, il n’y a pas d’alternative économiquement viable et garantissant la santé humaine à proposer aux agriculteurs en terme de désherbage ».

© AFP

7 commentaires

Ecrire un commentaire

    • mona

    Malgré nos pétitions, nous allons devoir subir cet empoisonnement pendant 7 années de plus… honte à Vous…!!
    Nous devons boycotter tous ces produits pesticides, insecticides, herbicides, etc..
    La vie de nos enfants en dépend..
    Quel nom donner à ces politiciens soumis à la volonté des laboratoires et fabricants de tels poisons…?!!!
    Madame Royal et bien d’autres…. vous êtes responsables en laissant passer une telle loi.
    Vous perdez toute crédibilité. Vous avez peur de ces lobbies qui menacent notre planète…
    Mais alors, ne vous représentez plus, vous ne méritez pas que nos impôts vous permettent de vivre grassement alors que les peuples mourront à cause de vos décisions.
    Il faut que le peuple prenne le pouvoir en boycottant toutes vos faiblesses face à la puissance dollar…!!
    Espérons qu’au prochaines présidentielles, une nouvelle candidature fasse tout basculer. Nous avons besoin des personnes intègres pour nous sauver de toutes ces dérives. A chaque mandat, nous sommes face au mensonge et quel que soit le parti. Sortons de ce système qui nous impose des personnages sortant d’écoles soit-disant élitistes..
    Un conseil de plus… lisez le livre de Fukuoka San et vous comprendrez (peut-être) qu’il y a une autre solution pour le monde agricole….!!!

    • Dany voltz

    « En raison des inquiétudes quant à son caractère cancérogène ».
    ça fait 7 ans d’empoisonnement en trop.
    voilà la politique de soumis, de faibles devant la pression de la cupidité.

    • Daniel Jagline

    Inqualifiable ! Nos enfants nous maudirons.
    Nous allons laisser une terre malsaine, la première génération de l’Histoire humaine à transmettre une terre et des conditions de vies dégradées et de plus mauvaise qualité que celles que nous avons connu, c’est ignoble !

    • tina

    7 ans c’est encore trop long !
    Qu’attendent les eurodéputés ? Des félicitations d’avoir réduit la demande d’autorisation de 15 à 7 ans ?
    Il n’y aura pas que nos enfants et nous qui s’empoisonneront, eux et leurs enfants aussi !
    Quand se réveilleront-ils ?!!

    • nicol

    Quel scandale! Monsanto va continuer de nous empoisonner sans vergogne. Quand le principe du pollueur payeur sera t il appliqué? Nos politiques sont decevants, incompétents.
    Les agriculteurs sont pour un grand nombre des irresponsables. D’autres alternatives existent! Comment faisait on avant le Round up? Les champs n’étaient pas cultives? Si il présente un intérêt de plantes vivaces, il n’en présente aucun pour la destruction des plantes annuelles! Certaines utilisations de ces produits devraient être immédiatement prohibées!

    • andre

    les députés « demandent » (et pourquoi pas implorent)à la commission 7 ans au lieu de 15 ans , mais on croit cauchemarder ! qui gouverne ? à l’évidence la toute puissante « commission », complaisamment soumise à tous les lobbies industriels et polluants (le plus souvent américains) et jamais aux écolos
    quand vont ils rendre des comptes ces technocrates assassins ?

    • Delia Bremond

    Madame la ministre de l’ecologie Monsanto,
    Messieurs les euro députés Monsanto,
    Messieurs les sénateurs Monsanto,
    Quelle belle famille, si unie pour semer la maladie et la mort autour d’elle!!
    Honte et désespoir devant tant d’impéritie!

Brigitte Gothière, directrice de L214, explique pourquoi recourir à un Référendum d’Initiative Partagée pour défendre les animaux et interdire les élevages intensifs en France en 2040

Lire l'article