Pollution marine: les plastiques, « premiers prédateurs » des océans

plastiques

Un homme transporte des ordures sur l'île de Thilafushi, aux Maldives, le 6 septembre 2013 © AFP/Archives Roberto Schmidt

Paris (AFP) – Bouteilles, sacs et bouchons en plastique, cotons-tiges…: les plastiques sont « les premiers prédateurs des océans », affirme mardi l’association Surfrider qui publie un rapport détaillant la pollution sur cinq sites français et espagnols, situés en Bretagne et au Pays basque.

Avec l’aide de centaines de bénévoles, l’ONG a mené en 2015 ce premier recensement des déchets qui polluent plages, littoraux, océans et fonds marins, dans le cadre d’une initiative visant à collecter et à analyser des données à l’échelle européenne.

« Chaque jour, 8 millions de tonnes de déchets finissent dans l’océan. 80% de la pollution qui touche nos mers est d’origine terrestre et issue de l’activité humaine, avec des répercussions terribles sur la biodiversité et l’ensemble de notre environnement », souligne le président de Surfrider Foundation Europe, Gilles Asenjo, dans un communiqué.

Le plastique constitue « plus de 80% » des déchets sur la plupart des cinq sites analysés, constate l’ONG.

Sur la plage de Burumendi, à Mutriku (Espagne) par exemple, 96,6% des 5.866 déchets collectés sont du plastique et du polystyrène.

A Anglet (Pyrénées-atlantiques), sur la plage de La Barre, le plastique et le polystyrène représentent 94,5% des 10.884 déchets collectés.

Le plastique et le polystyrène sont aussi massivement présents sur la plage de Porsmilin, à Locmaria-Plouzané, dans le Finistère (83,3%), sur laquelle l’association a collecté 2.945 déchets au cours de ses quatre campagnes de prélèvements.

Sur la plage de Murguita à San Sebastian (Espagne), en revanche, le plastique et le polystyrène ne représentent que 61% des déchets (18% de verre).

Sur celle d’Inpernupe, à Zumaia (Espagne), près de la moitié des déchets sont du verre (47,9%), contre 29,1% pour le plastique/polystyrène.

Outre des morceaux de plastique, les bénévoles ont ramassé sur ces différents sites des cordages et filets, des mégots, des emballages alimentaires, des couvercles et bouchons, des bouteilles en verre et en plastique, des emballages de confiserie, des sacs plastique, des « déchets sanitaires » (couches…)…

Pour chaque site, Surfrider a dressé une liste des dix principaux déchets collectés.

« À ce stade, il s’agit de premières indications qui nous donnent un aperçu des statistiques européennes », souligne M. Asenjo. « De la Bretagne au Pays Basque, les déchets plastiques humains sont clairement les premiers prédateurs de l’océan », ajoute-t-il. Car à la différence du bois ou du carton, « les matières plastiques mettent plusieurs centaines d’années avant de disparaître ».

« Et quand elles ne sont pas sous nos pieds à la plage, elles sont ingurgitées par les animaux marins qui s’en étouffent, sans parler des substances toxiques qu’elles déversent et dans lesquelles nous nous baignons ou de leur possible intégration au sein de la chaîne alimentaire », ajoute-t-il.

 

© AFP

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Claude Renaud

    L’article dit que chaque jour, 8 millions de tonnes de déchets finissent dans l’océan, ce qui est
    impossible. S’il était vrai, ce chiffre serait monstrueux.
    L’industrie mondiale fabrique environ 300 millions de tonnes de plastique à l’année et on estime
    que 10 % vont finirent dans les océans, soit 30 millions de tonnes, ce qui est déjà beaucoup.
    Le problème est qu’il y a cumule d’une année sur l’autre puisque le plastique ne se détruit pas.
    Il n’y a pas de solution, car tous les fleuves du monde sont pollués et amènent leur lot de déchets
    dans les océans. Donc, les Océans vont mourir. C’est juste une question de temps.

      • esprit d'Amour notre richesse est en toute vie

      La banque mondiale avait annoncé une crise mondiale des déchets. On y est et Oui les océans et les mers vont mourir ….et l’espèce humaine avec…

      .et pendant ce temps, tout le monde gesticule et veut protéger sont pré carré et ainsi rien ne se fait correctement pour collecter ces déchets, équipés tous les pays de gestion et traitement des déchets. d’assainissement des eaux usés…..Voilà où les milliards de Bill Gates et des très riches devraient être placés sinon eux aussi ils vont disparaître avec nous ..

Création d'une réserve naturelle sur l'archipel des Glorieuses dans l'océan indien

Lire l'article