Climat: Chine et USA signeront l’accord de Paris en avril

accord de paris

Les présidents américain Barack Obama (G) et chinois Xi Jinping (D) avant l'ouverture de la conférence des Nations-Unies sur le climat, la COP21, au Bourget, le 30 novembre 2015 © AFP/Archives JIM WATSON

Washington (AFP) – La Chine et les États-Unis seront parmi les nations signant l’accord de Paris sur le climat le mois prochain, a annoncé jeudi la Maison Blanche, avant une rencontre à Washington entre les présidents Xi Jinping et Barack Obama.

La cérémonie de signature aura lieu le 22 avril à New York, a indiqué la Maison Blanche dans un communiqué.

L’exécutif américain cherche à mettre en évidence les points d’accord dans les relations sino-américaines, car les tensions sont fortes entre les deux pays au sujet des ambitions territoriales chinoises en mer de Chine méridionale ou sur le programme nucléaire de la Corée du Nord.

États-Unis et Chine « prendront aussitôt que possible cette année les mesures intérieures respectives » pour appliquer l’accord, a précisé la Maison Blanche.

La volonté commune des présidents Obama et Xi de s’attaquer au problème des émissions de dioxyde de carbone a été un facteur clef dans le succès des négociations du texte de Paris, adopté en décembre.

Cet accord historique fixe l’objectif de maintenir le réchauffement mondial bien en-dessous de 2 degrés Celsius par rapport à la période pré-industrielle.

Aux États-Unis le président Barack Obama est cependant confronté à une rude bataille juridique et politique pour tenir ses engagements.

La Cour suprême américaine a gelé un plan de réduction des gaz à effet de serre émis par les centrales électriques américaines, qui est la clef de voûte du plan d’Obama pour le climat.

 

© AFP

Un commentaire

Ecrire un commentaire

  • La signature de cet accord et ce rapprochement à l’échelon mondial est assurément une bonne nouvelle pour la France qui se positionne comme le pays ayant la confiance des puissants pour solutionner le grave problème de l’atténuation climatique. Il n’en reste pas moins que son principale signataire, les USA, en exploitant le gaz de schiste sur son territoire a contribué à faire baisser le prix des produits pétroliers ce qui va de toute évidence à l’encontre du développement des énergies renouvelables (EnR) qui peinent quoiqu’on en dise dans cette période transitoire d’essais et de mise au point des techniques à devenir compétitives par rapport aux produits pétroliers.

    Balendard avril 2016

Climat : pour l'Antarctique et le niveau des mers, chaque degré compte, selon une étude

Lire l'article