Valls: « si on empêche la consultation », « les travaux démarreront » à Notre-Dame des Lande

valls

Manuel Valls à l'Assemblée nationale le 16 février 2016 © AFP/Archives ALAIN JOCARD

Nantes (AFP) – Le Premier ministre Manuel Valls a affirmé que « si on empêche la consultation » sur le transfert de l’aéroport de Nantes à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), « il n’y aura pas d’alternative, et les travaux démarreront de toute façon à l’automne », dans un entretien au quotidien « Ouest-France » paru jeudi.

M. Valls affirme qu' »il ne sera pas possible de poursuivre le projet » en cas de non, mais que « si on empêche la consultation, il n’y aura pas d’alternative, et les travaux démarreront de toute façon à l’automne ».

« Parce qu’il faudra assumer cette expulsion au mois d’octobre, avec un engagement très important des forces de l’ordre, pour que les travaux puissent commencer, cette consultation locale est nécessaire », déclare le Premier ministre au quotidien, sans jamais employer l’expression de « référendum local ».

« Une consultation, c’est un vote, avec des urnes et des bulletins. Je me suis donné quelques jours pour en définir les modalités », ajoute Manuel Valls, suggérant à nouveau que le périmètre du scrutin soit celui de la Loire-Atlantique, « pour trois raisons ».

« C’est le territoire sur lequel a porté l’enquête publique en 2006. C’est le département le plus concerné par le projet : 50 % des passagers au départ de Nantes sont originaires de Loire-Atlantique. Et les populations qui subissent les nuisances sont toutes en Loire-Atlantique », justifie le chef du gouvernement.

« Mon objectif est de faire vite et de consulter les citoyens les plus concernés, avant l’été », insiste M. Valls, qui souligne l’impératif que le projet, déclaré d’utilité publique en 2008 pour une durée de dix ans, soit lancé « en octobre, pas au-delà, parce que la DUP tombera ».

« Donc les travaux de défrichement doivent commencer. Et pour cela, il faut l’expulsion de tous ceux qui occupent illégalement ce territoire », après la consultation, « un avis – celui des habitants – pour dépasser les blocages », poursuit le locataire de Matignon.

François Hollande a annoncé il y a une semaine la tenue d’un référendum local pour permettre de sortir du « blocage » sur ce projet d’aéroport -vivement contesté sur le terrain et en justice depuis une quinzaine d’années – quelques heures après le retour d’écologistes au gouvernement, à la faveur d’un large remaniement.

 

© AFP

2 commentaires

Ecrire un commentaire

  • […] Valls: « si on empêche la consultation », « les travaux démarrero… […]

    • Rozé

    Une fois de plus M Valls fait preuve à la fois d’amateurisme et d’autoritarisme !
    Amateurisme car il ne connait pas le dossier ou bien il ignore volontairement certaines facettes de ce dossier qui montre à l’évidence l’absurdité d’une construction nouvelle d’aéroport quand l’ancien suffit et peut même être modernisé à moindre coût.
    Autoritarisme car il menace avant même d’écouter les citoyens qui ont élu son parti et donc permis sa position actuelle de premier ministre ! Autoritarisme inadmissible car la contestation qui perdure autour du projet NDDL signifie clairement qu’il y a lieu d’en tenir compte le plus largement possible dans une démocratie véritable.

Malgré des améliorations, les pays européens échouent à répondre aux critères de qualité de l’air préconisés par l’OMS

Lire l'article