Pollution automobile: Royal déplore l’assouplissement des tests européens

royal

La ministre de l'Ecologie Ségolène Royal, le 2 février 2016 à Paris © AFP/Archives PATRICK KOVARIK

Paris (AFP) – La ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, déplore l’assouplissement des futurs tests européens d’émissions de polluants des véhicules, dénonçant « le poids des lobbies », dans le Parisien de jeudi.

Interrogée sur le vote des eurodéputés qui ont validé mercredi l’assouplissement des tests devant entrer en vigueur en 2017, elle a estimé qu’il s’agissait d’un recul pour la protection de l’air.

« Instaurer des normes plus laxistes, c’est comme donner un droit à polluer aux constructeurs automobiles », dit la ministre pour qui « ces derniers ont obtenu le doublement des normes d’émission des oxydes d’azote, en contrepartie de nouveaux tests plus rigoureux qui incluraient des contrôles sur route ». « Le poids des lobbies a malheureusement pleinement pesé sur cette décision », estime-t-elle.

Après le scandale de la fraude Volkswagen, le gouvernement français a mis en place une commission technique chargée d’évaluer les rejets de 100 véhicules de plusieurs marques. D’ici fin février, au total « une bonne cinquantaine » auront été testés, selon Mme Royal.

« Les derniers résultats sont assez édifiants puisque pas un constructeur automobile testé n’est dans les clous », rappelle-t-elle dans le Parisien: « Tous dépassent ce que la réglementation autorise actuellement en matière d’émissions, avec des niveaux qui peuvent atteindre entre 5 et 11 fois les normes! »

La commission technique devrait de nouveau se réunir la semaine prochaine.

« L’ensemble du dispositif coûtera 500.000 euros. Mais nous (le) vendrons aux autres pays qui devront eux aussi s’équiper pour s’adapter aux nouvelles réglementations mises en place dès l’année prochaine », ajoute la ministre.

 

© AFP

4 commentaires

Ecrire un commentaire

    • SOGNY

    Rien que dans la consommation (j’ai,le pied léger et anticipe au maximum ) de mon véhicule équipé d’un « vieux » moteur ENERGY, et du fait que le Contrôle technique confirmait un taux de CO² correct, les chiffres annoncés par les constructeurs m’étonnaient !

    Ça se confirme, y a triche…
    Et on a dépensé beaucoup de Mes impôts pour détruire de bons véhicules durable avec du bluff !

    (Le précédent, qu’on m’a vandalisé, avait franchi les 327 000 km en bon état ! N’écoutez pas les vendeurs de voiture, lisez, écoutez, suivez plutôt les Assos de consommateurs… Et une voiture est loin d’être « foutue » à 1000 000 km !)

  • Le poids des lobbies est-il aussi  obniprésent que cela dans les décisions qui viennent d’être prises à l’encontre des souhaits de madame royal?, est-ce encore une fois l’argent roi au détriment de notre environnement et de la santé,? la constatation que notre économie n’est pas véritablement au service de l’homme ? Les normes fixés au départ n’étaient-elles pas trop contraignantes si l’on tolère maintenant des émissions 10 fois plus importantes ?
    Certes notre constitution stipule que chacun d’entre nous a le droit de vivre dans un environnement favorable à sa santé y compris les asthmatiques mais n’est-ce perdre notre temps que de tenter de repondre à toutes ces questions puisque nous savons maintenant que le problème de la pollution de l’air dans nos villes peut se résoudre en France par la voiture hybride puis électrique ainsi que par la chaufferie hybride évoluant progressivement vers la pompe à chaleur aquathermique en substitution de chaudière éliminant en fin de compte la combustion
    Nous avons la chance d’etre dans un pays de technologies, il nous faut maintenant FAIRE
    puisque nous savons comment faire
    Balendard   février 2016

    • Oskar Lafontaine

    Tout le bruit fait autour de cette décision est surtout destiné à masquer la triste réalité cachée derrière cette sombre affaire de normes d’abord, et de moteurs au réglage à « géométrie variable » en fonction des contrôles ensuite.
    La vérité c’est que l’automobiliste est pressuré financièrement et artificiellement par les pétroliers, l’Etat et enfin les constructeurs. Tous les trois en effet, véritable troïka de voleurs, trichent pour exploiter davantage le filon de l’automobiliste et la lutte contre la pollution a bon dos, c’est même le cadet de leurs soucis, à l’Etat surtout qui en sa qualité de « gendarme » ne devrait pas tolérer cette situation grotesque et même ubuesque, et les multiples mensonges qui vont avec.
    La triche c’est d’abord par le carburant qu’elle se fait, puisqu’il est trafiqué, au niveau de la raffinerie ou dans un centre de stockage, par adjonction d’un retardateur de flamme, pour en faire consommer plus, ce qui avantage, le pétrolier d’abord, l’Etat pour ses taxes ensuite, et le constructeur enfin, car les moteurs ainsi alimentés d’un carburant de mauvaise qualité, s’encrassent plus vite, polluent davantage et nécessitent plus de travaux de réparation, vanne EGR par exemple pour les diesels, onéreuse à changer, ou, c’est moins cher, à simplement faire nettoyer, mais le « client » n’en est jamais informé. et pas seulement pour la vanne EGR… Tous sont complices et en profitent, du petit garagiste, qui grossit ainsi son chiffre d’affaires, au gros constructeur qui peut alors faire renouveler l’achat de l’automobiliste plus souvent.
    Donc c’est par le commencement, soit le carburant qu’il faudrait commencer à agir à coups de lois et de règlements en s’assurant par des contrôles, qu’il n’est pas « mystérieusement trafiqué » et modifié, les moteurs, ça vient ensuite.

    • chaumien

    Ces (pauvres ) pétroliers, boulimiques de l’argent trichent sur tout ce qu’ils peuvent,ne sachant plus comment nous faire consommer leur pétrole (or noir étalon).

L’hydrogène sera vraiment révolutionnaire si il est produit à partir des renouvelables

Lire l'article

Climat : pour l'Antarctique et le niveau des mers, chaque degré compte, selon une étude

Lire l'article