L’allaitement maternel, c’est bon pour les bébés, les mamans et l’économie


Une mère allaite son bébé à l'hôpital Fabella de Manille, le 8 mai 2015 © AFP/Archives JAY DIRECTO

Paris (AFP) – Un allaitement prolongé pourrait sauver la vie de plus de 800.000 bébés chaque année tout en faisant économiser des milliards de dollars aux systèmes de santé à l’échelle planétaire grâce à son rôle de protection contre certaines maladies infantiles, selon une série d’études publiées vendredi.

« Seul un enfant sur cinq est allaité jusqu’à ses douze mois dans les pays riches tandis que seul un enfant sur trois est allaité exclusivement les six premiers mois de son existence dans les pays à revenus faibles ou moyens », indique la revue médicale britannique The Lancet.

Ce sont par conséquent des millions d’enfants qui ne bénéficient pas pleinement des bienfaits du lait maternel, constatent les chercheurs.

Le lait maternel couvre tous les besoins alimentaires du bébé pendant les six premiers mois de sa vie. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande ainsi un allaitement maternel « exclusif » jusqu’à l’âge de six mois et un allaitement partiel jusqu’à deux ans. Selon elle, moins de 40% des bébés dans le monde en bénéficient aujourd’hui.

Outre la fonction purement alimentaire, l’allaitement est réputé depuis longtemps pour avoir des effets bénéfiques à la fois sur la santé du nourrisson et sur celle de la mère.

L’allaitement de longue durée « pourrait épargner plus de 800.000 vies d’enfants chaque année dans le monde, soit l’équivalent de 13% de l’ensemble des décès d’enfants de moins de deux ans », précisent les auteurs se fondant sur une série de recherches.

Il pourrait en outre prévenir chaque année le décès de 20.000 mères consécutif à un cancer du sein, ajoutent-ils.

Et, contrairement à une « idée faussement et largement répandue », les bénéfices de l’allaitement ne concernent pas seulement les pays pauvres.

« Nos travaux démontrent clairement que l’allaitement sauve des vies et permet de faire des économies dans tous les pays, les riches comme les pauvres », écrivent-ils.

D’où la nécessité, selon eux, de s’attaquer au problème à l’échelle mondiale.

« Dans les pays riches, l’allaitement réduit de plus d’un tiers la mort subite du nourrisson. Dans les pays pauvres ou aux revenus moyens, environ la moitié des épidémies de diarrhée et un tiers des infections respiratoires pourraient être évités grâce à l’allaitement », ajoutent les chercheurs.

L’allaitement longue durée contribuerait également à diminuer les risques d’obésité et de diabète chez l’enfant.

Pour les mères, il réduirait les risques de cancer du sein et des ovaires.

Les chercheurs ont par ailleurs calculé qu’en portant à 90% le taux d’allaitement exclusif jusqu’à six mois aux Etats-Unis, en Chine et au Brésil et à 45% au Royaume-Uni, cela permettrait de diminuer les coûts de traitements des maladies infantiles courantes telles que la pneumonie, la diarrhée ou l’asthme.

Grâce à l’allaitement « une économie pour le système de santé d’au moins 2,45 milliards de dollars aux Etats-Unis, de 29,5 millions au Royaume-Uni, de 223,6 millions en Chine et de 6 millions au Brésil » serait réalisable.

Dans les pays riches, le Royaume-Uni, l’Irlande et le Danemark ont les taux d’allaitement à douze mois les plus faibles du monde (respectivement inférieur à 1%; 2%; 3%).

Sur la base d’une étude précédente, publiée en mars 2015, qui soutenait qu’un allaitement contribue à une intelligence accrue, une scolarité plus longue et donc de meilleurs revenus à l’âge adulte, ils estiment que la faiblesse de l’allaitement a représenté une perte de 302 milliards de dollars (0,49% du PIB mondial) en 2012.

Les scientifiques déplorent par ailleurs des publicités agressives en faveur des laits de substitution qui sapent, selon eux, les efforts des autorités pour promouvoir l’allaitement maternel.

« La saturation des marchés des pays riches a conduit les industriels à pénétrer rapidement les marchés émergents », ajoutent-ils. « Les ventes mondiales de lait (de substitution) se sont accrues en valeur passant de deux milliards de dollars en 1987 à 40 milliards environ en 2014 », notent-ils.

Selon eux, les pays sont pourtant en mesure d’améliorer considérablement la pratique de l’allaitement.

A titre d’exemple, au Brésil, la durée d’allaitement est passée de 2,5 mois dans les années 1974-1975 à 14 mois en 2006-2007 grâce à une politique proactive des services de santé et de larges campagnes d’information.

© AFP

2 commentaires

Ecrire un commentaire

  • Totalement en accord. J’ai allaité mes enfants jusqu’à 12 mois et ils sont en tres bonne santé et jamais malade. C’est une économie et aussi très pratique car moins de chose à emporter quand on se déplace.
    La nature est bien faite il faut lui faire confiance.

    • Domino

    Le problème en allaitant un enfant en France c’est que nous devons reprendre le travail 2 mois après l’accouchement et de ce fait il est quasi impossible de pouvoir continuer à allaiter son enfant.
    Il faudrait une loi pour avoir plus de temps avec son enfant quand nous décidons de d’allaiter.

Un rapport de l'ONU demande la réaffectation de 470 milliards de dollars de subventions agricoles qui nuisent aux prix des denrées et nous éloignent des objectifs environnementaux et sociaux

Lire l'article