Japon: un 3e réacteur nucléaire doit redémarrer vendredi

japon

La centrale nucléaire de Takahama, dans l'ouest du Japon, le 27 juin 2013 © JIJI PRESS/AFP/Archives JIJI PRESS

Tokyo (AFP) – Le fournisseur d’électricité japonais Kansai Electric Power prévoit de redémarrer vendredi un des réacteurs de la centrale nucléaire de Takahama (ouest), a-t-il indiqué jeudi, ce qui en fera le troisième remis en service dans l’archipel.

« 29 janvier: remise en service du réacteur », a écrit l’entreprise dans un bref document expliquant au jour le jour la situation de l’unité 3 de Takahama, centrale située dans la préfecture de Fukui.

Un tribunal japonais avait infirmé il y a quelques semaines une décision de première instance qui bloquait le redémarrage de ce réacteur et d’un autre contigu, malgré des feux verts techniques et politiques en amont.

Cette levée de l’interdiction juridique a permis à Kansai Electric Power d’effectuer les diverses manipulations techniques et les contrôles requis, sous la surveillance de l’Autorité de régulation nucléaire.

Les écologistes, dont l’organisation écologiste Greenpeace, s’opposent à ce redémarrage, estimant que les autorités ont négligé la sécurité: risques sismiques, pas de plan d’évacuation, etc.

Greenpace s’inquiète aussi du fait que 24 des 157 assemblages de combustible chargés dans le réacteur 3 de Takahama soient un mélange d’oxydes (Mox), en partie issu du recyclage.

L’Autorité de régulation avait confirmé en février 2015 que les tranches Takahama 3 et 4 répondaient aux critères plus sévères imposés aux centrales nucléaires après la catastrophe de Fukushima en mars 2011.

Ce couple de deux unités de Takahama avait été le deuxième à obtenir le certificat de sûreté après les deux unités Sendai 1 et 2, qui sont actuellement les seules à avoir été remises en exploitation au Japon.

Il ne reste dans le pays que 43 unités potentiellement exploitables, contre 54 avant la catastrophe de Fukushima.

Fervent partisan de l’atome pour des raisons économiques, le gouvernement du Premier ministre conservateur Shinzo Abe plaide depuis trois ans pour que tous les réacteurs jugés sûrs par l’Autorité de régulation nucléaire soient relancés.

© AFP

 

4 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Auval Lopin

    Est ce prudent ?
    « Les centrales nucléaires, il faut les stopper. Il faudra Réparer et protéger ce qui doit l’être. Certains devront se sacrifier pour agir, entretenir la sécurité. Mais à terme. Le matériel vieillissant est une épée de Damoclès. Oui, il faut débrancher les réacteurs, les mettre tous à l’arrêt, en France et dans le monde. Il n’y a pas d’autre solution. Ce sont déjà des zones de non-droit : impossible à vivre, vu leur potentiel dangereux. La France a du souci à se faire et elle n’est pas la seule. En clair : arrêter toutes les centrales et vivre avec moins. »
    http://www.clefsdufutur-france-afrique.fr/news/les-centrales-nucleaires-en-france-et-dans-le-monde/

    • Auval Lopin

    On sait que c’est risqué mais après ce que j’ai lu je n’irais pas dans cette direction :

    « Les difficultés surviennent de tous côtés et la panique est imminente. A force d’avoir fait des économies sur tout et d’avoir utilisé le nucléaire sans responsabilité, voilà où on arrive : des Pays entiers sont perdus parce qu’il n’y aura pas les moyens de protéger la machine infernale : la radioactivité développée comme arme tout comme outil civil.
    C’est une honte qu’il faudra bien assumer par l’évacuation des Pays entiers venant se réfugier là où c’est encore possible. Il y a là matière à s’inquiéter : les migrations vont s’amplifier et pas forcément dans le sens prévu aujourd’hui.
    L’Europe est contaminée, l’Asie tout autant et tous les Pays qui sont entrés dans la course au nucléaire : les 2/3 du monde.
    N’en réchapperont que ceux qui ont eu la sagesse de ne pas chercher à profiter du nucléaire existant. Tout cela nous conduit vers un scénario apocalyptique, il faut le reconnaitre, et sous le sceau du secret d’État, chacun fait ce qu’il veut sur « sa terre » et empoisonne ses voisins et le monde en toute impunité. Outre l’épée de Damoclès avec le nucléaire, il y a la main mise sur tout ce qui est stratégique afin de garder le contrôle futur des Pays.
    Il faut s’attendre à des déplacements de population en masse et cette fois-ci, du Nord au Sud.
    La prolifération de l’arme nucléaire est une grande bêtise de l’humanité.
    La Réparation de la Terre ne peut être « miraculeuse » et de nombreux lieux classés « zones interdites » le resteront pour longtemps. …
    Il devra faire le nécessaire prioritairement pour ne pas tomber dans la solution extrême, mais logique vues les conditions d’entretien des centrales nucléaires en France. La solution extrême : abandonner sa Terre.
    C’est un avertissement.
    A dépouiller les Institutions et les Services de l’État des moyens et protections nécessaires, on joue le jeu de l’incendiaire et on met tout le monde dans le baril d’essence : il n’y a plus qu’à craquer l’allumette.
    La politique à courte vue a fait son temps. Il faut construire le futur sur des bases saines. »
    http://www.clefsdufutur-france-afrique.fr/news/la-panique-est-imminente/

    • Rozé

    Quand on sait que les iles du Japon sont très près d’une jonction entre plaques tectoniques la plus active du monde, que ce pays est menacé par des évènements sismiques de grande ampleur, que certains scientifiques pensent que ce pays pourrait même être rayé de la carte dans un avenir proche, comment des hommes cencés peuvent ils, après Fukushima, vouloir redémarrer les réacteurs nucléaires ? Il est vrai que les laisser arrêtés en l’état ne change rien vis à vis du risque sismique. Mais, si ces hommes pensaient moins au profit et davantage à leur progéniture, ils auraient déjà décidé de procéder au démantèlement de tous ces réacteurs du diable !
    Ce monde est fou car piloté par des paranos et/ou des requins de la finance. Je crains beaucoup pour mes enfants et petits enfants.

  • Je rejoins Mr Auval Lopin, il faut vivre avec moins.
    Cela est possible pour le chauffage de l’habitat sans se priver et sans isoler l’existant.
    Le scandale français pour le chauffage de l’habitat réside plus dans la façon dont on consomme l’électricité avec l’effet joule que la façon dont on la produit.avec le nucléaire.
    http://infoenergie.eu/riv+ener/chaines-energetiques-general.htm

    Balendard fevrier 2016