L’électricité solaire rentable sans subvention en France après 2020

solaire

Des panneaux solaires sur le toit de l'école PEF à Saint-Ouen, près de Paris, le 7 octobre 2015 © AFP/Archives ERIC PIERMONT

Paris (AFP) – Certaines installations de production d’électricité solaire pourront être rentables sans subvention en France après 2020, au moins dans le sud de la France, grâce à la baisse des coûts de cette technologie, selon les résultats d’une étude de l’Ademe.

La rentabilité de certains types d’installations « apparaît en 2021 dans le sud de la France », prévoit l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie dans cette étude mise en ligne fin décembre, alors que l’énergie solaire est d’ores et déjà compétitive par rapport à d’autres sources d’énergie dans de plus en plus de pays du monde.

En France, cela concernera les centrales solaires au sol et les panneaux solaires installés sur les grandes toitures des bâtiments tertiaires ou industriels qui leur permettent d’autoconsommer le courant qu’ils produisent, détaille l’Ademe.

Ces dernières années, le coût d’installation des panneaux photovoltaïques a considérablement baissé. En France, il a ainsi été divisé par quatre entre 2007 et 2014 pour une centrale au sol. Et selon l’Ademe, le coût des composants des panneaux solaires pourraient encore baisser en France de 35% d’ici 2025.

L’amélioration des rendements des cellules photovoltaïques déjà à l’oeuvre, devrait se poursuivre ainsi que la baisse de leurs coûts de fabrication. Les tailles des usines de production, notamment en Asie et aux Etats-Unis, ont considérablement augmenté, permettant aussi des économies d’échelle.

L’autoconsommation d’électricité produite à partir de panneaux solaires installés sur les toitures pourrait également bénéficier de la hausse des prix de l’électricité sur le marché de détail, juge l’Ademe.

Plus les prix sont élevés, plus il est intéressant pour un bâtiment de produire lui-même l’électricité qu’il consomme plutôt que de l’acheter à un fournisseur extérieur.

Cela pourrait « faire émerger une autoconsommmation rentable pour certains bâtiments tertiaires », assure l’Ademe, précisant là encore que cela concerne essentiellement le sud de la France, plus ensoleillé.

Et l’agence estime que 100 mégawatts/an de nouvelles capacités pourraient être installées entre 2020 et 2025 sur ces deux créneaux des panneaux sur toitures et des centrales au sol « sans aide d’Etat ».

Elle accompagne son étude d’une liste de recommandations pour assurer la transition d’un modèle bénéficiant de subventions à un modèle sans soutien.

L’Ademe évoque notamment la création d’une prime à l’investissement pour inciter au développement du solaire par les particuliers, des appels d’offres incluants des technologies innovantes pour soutenir la filière française, ou la mobilisation de l’investissement public dans les entreprises innovantes.

© AFP

 

3 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Oskar Lafontaine

    L’ADEME ne fait là, par ce rapport, qu’enfoncer une porte déjà largement ouverte depuis des années, et encore ne nous dit-elle pas toute la vérité. Retenons que ce rapport, n’apprend strictement rien de neuf à tous ceux qui suivent avec attention cette question des développements du photovoltaïque, régulièrement et depuis des années.
    Oui le photovoltaïque est déjà rentable dans d’autres parties du monde, dont l’Allemagne, l’Espagne et l’Italie en Europe par exemple. Sans l’action immonde et retardatrice du lobby monstrueux d’anachronisme des nucléocrateux en France, le photovoltaïque y serait déjà rentable, tout comme en Allemagne, pays pourtant bien moins doté en soleil par sa position géographique.
    Non le photovoltaïque ne sera pas « rentable » que dans le midi de la France, c’est encore là un mensonge de plus, un tiers de surface de panneaux en plus, permet de produire tout autant à Lille qu’à Perpignan, et le coût des panneaux, qui continue de baisser, n’est qu’une des composantes du prix d’une installation photovoltaïque.
    Enfin l’ADEME, une erreur grossière de plus, insiste lourdement sur les « grosses installations » et le raccordement au réseau, alors que le maximum de bénéfice du recours au photovoltaïque sera obtenu par l’abandon du rattachement au réseau et l’autoconsommation individuelle, puisque 50 % aujourd’hui à cause du réseau, du montant des factures d’électricité, ressort du transport-distribution.Et que l’on sait déjà que le stockage d’un kilowattheure en accumulateurs, sera moins cher de 30 à 50 % au moins, dès 2018-2020 que son acheminement, comme actuellement, par le réseau. Pas un mot donc dans ce rapport sur le stockage du courant au niveau individuel, grâce aux accumulateurs, technologie qui va constituer, après le photovoltaïque, la révolution de l’alimentation en électricité.
    Bref, ce rapport c’est bien, mais c’est encore très insuffisant,et l’ombre du misérable lobby des nucléocrateux, y obscurcit toujours trop la vérité.

      • De Carne Carnavalet

      L’ALLEMAGNE paie les centrale thermiques pour quelles stoppent leurs activités pendant que le photovoltaique est productif.
      Cela pour ne pas provoquer de surcharge dangereuses pour les infrastructures.
      Du coup l’électricité est plus chère.
      Le photovoltaique n’est rentable qù a très long terme et chaque unité doit produire moins que ce dont elle a besoin.
      Comme elles produisent le jour quand il n’y a pas besoin d’électricité et qu on ne sait pas la stocker quel intérêt à produire avec de grosses centrales?

      Ch. Carnavalet

    • inserm

    Tu as raison Oskar, ces nucléo-crateux constituent le vrai frein à l’ expansion des énergies renouvelables ; c’ est une engeance en voie de disparition(les vrais côuts du nucléaire mettraient tout le monde d’ accord, s’ ils étaient exprimés et révélés sans triche !)

    Ces cryptos et pseudos scientifiques sont des dinosaures néfastes portés à bout de bras par des politiciens qui n’ y connaissent rien (rappelons -nous le fumeux débat entre S.Royal et N.Sarkozy sur le sujet…. pitoyable et affligeant de méconnaissance du sujet ).
    Tu as raison pour le stockage d’ énergie, c’ est la révolution d’ aujourd hui applicable sous tres peu de temps ;
    Quant à l ADEME, elle a sa part de lobotomisation…. elle reste cependant une institution interessante comme contre pouvoir des mortiféres et passéistes nucléocates.
    Ne jetons pas le bébé…

Un fabricant de voitures à hydrogène mise sur la "révolution verte" britannique

Lire l'article