Incendies en Australie, suivez la situation

Boues rouges: décision du préfet fondée sur l’avis d’une commission indépendante

boues rouges

Vue aérienne en date du 30 juin 2015 du Parc national des Calanques dans les Bouches-du-Rhône © POOL/AFP/Archives BORIS HORVAT

Paris (AFP) – Le préfet de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur a fondé sa décision d’autoriser le rejet de boues rouges dans le Parc national des Calanques (Bouches-du-Rhône) sur l’avis d’une commission indépendante et non sur intervention du Premier ministre Manuel Valls, a indiqué mardi soir Matignon à l’AFP.

« Le Conseil supérieur de prévention des risques technologiques (CSPRT) – un conseil indépendant composé d’experts rattaché administrativement au ministère de l’Ecologie – a planché le 22 décembre et a soumis l’arrêté d’autorisation au vote », a expliqué Matignon.

La réunion s’est conclue par « un vote assez large d’une autorisation pour six ans du processus industriel proposé par Altéo » et le rejet en mer, pour 6 ans, d’effluents résultant de la production d’alumine dans le Parc national des Calanques.

Le préfet a suivi cet « avis consultatif ».

Plus tôt dans la soirée, la ministre de l’Ecologie Ségolène Royal a « désapprouvé » cette décision. « L’ordre est venu du Premier ministre au préfet, direct », a déclaré la ministre l’AFP.

« Il n’y a pas eu d’ordre du Premier ministre au préfet. La procédure est claire. Matignon, qui suit ce type de dossier complexe, a confirmé au préfet qu’il n’y avait pas d’objection à suivre l’avis de la commissions d’experts », a répliqué Matignon.

Pour les services du Premier ministre, il s’agit d' »un cas relativement classique de désaccord entre deux cabinets ministériels, ceux de l’Economie et de l’Ecologie ».

« La décision du préfet se fait sur le fondement d’avis de commissions dans ce genre de dossiers », a-t-on précisé.

 

© AFP

9 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Oskar Lafontaine

    Il n’existe pas en France, de « commission indépendante ». Les pouvoirs publics, ces ramassis de gens peu recommandables et fortement « intéressés », exercent leur pouvoir, qu’ils tiennent déjà des financiers, en nommant des fidèles, des « missi dominici », (envoyés du maître) ou des « tenus » dans tous les lieux décisionnels, dont bien entendu les commissions.
    Les milieux industriels et financiers, ont voix prépondérante et surtout décisive, même par dessus les politiques, dans tous ces lieux de pouvoir. Ainsi le lobby ignoble et immonde des nucléocrateux par exemple, continue imperturbablement à faire la pluie et le beau temps en France, alors que son activité fétiche, l’électronucléaire, a été, très discrètement, subventionnée à plus de 30 % en 2015.
    Mais ils peuvent bien martyriser la nature,la noyer sous des boues toxiques comme dans les Calanques, elle saura le leur rendre….et au centuple !

    • Jean Dure

    Alteo va pouvoir continuer de pomper l’argent public par le biais de crédit impôt recherche et autres pompes a fric pour sa recherche personelle qui sera mise en oeuvre ailleurs qu’à gardanne.

    • Damien

    Une décision honteuse. La Provence qui attire tant d’amateurs de belles natures, de villages sympas, de gorges sauvages iront ailleurs. Ce que la société polluante gagnera , la région le perdra au centuple. Une décision de mafieux.

    • Mona

    Cela rappelle certains dossiers pour lesquels des politiques ont été suicidés…!!
    On peut constater le pouvoir mafieux lors d’affaires semblables. Nos gouvernements laissent s’installer ces réseaux de profits. Cela deviendra aussi très inquiétant et dangereux pour nous, citoyens qui demandons l’impossible honnêteté politique.

    • Christophe BIZEUL

    La Méditerranée est chaque jour de plus en plus polluée.
    Que fait le préfet du principe de précaution introduit en droit français par la loi Barnier du 2 février 1995 sur le renforcement de la protection de l’environnement ?
    Quid de la COP21 ?Les responsables font tout pour radicaliser notre société.

  • Depuis quand des élus suivraient l’avis d’une commission indépendante consultative, ce qu’ils ne font d’ailleurs à peu près jamais dans la très grande majorité des cas d’ordinaire ?
    Manqueraient-ils de courage pour défendre leurs choix ?
    Il existe forcément d’autres solutions pour traiter ces rejets. C’est plus onéreux, et alors, à eux d’assumer les vrais coûts de production de leur produit !

      • mathelin

      Bien sûr qu’ il existe d’ autres solutions que le rejet en mer ! Celà au même titre que tous les autres biens que nous produisons et que MAINTENANT et seulement maintenant on recycle !C’ est une question de coût . quant aux commissions d’ experts, elle ne changent rien ni dans un sens , ni dans l ‘ autre;
      Par ex. au sujet de Notre Dame des Landes le dossier Nature a été examiné par des experts NOMMES PAR LE GOUVERNEMENT qui , a l UNANIMITE ont estimés que il ne fallait pas faire ce deuxiéme aéroport .Cà a changé qqchose ??
      NADA! RIEN !!!Le gouvernement n’ en a pas tenu compte .
      Comme le rappelle justement Christophe Bizeul , la radicalisation est en marche .
      Et alors ? Radicalisation=répression= re-radicalisation = re-répression= violences = population qui souhaite la Paix et accepte l ‘ inacceptable: la fascisation des esprits .
      2016 sera fasciste ou ne sera pas ??;
      Bonne année (car il y a d’ autres voies/x/, par exemple , la NON-VIOLENCE tres active )

    • Claude Renaud

    L’économie primera toujours sur l’écologie, il ne faut pas s’y tromper.
    On se demande à quoi sert le Ministère de Ségolène Royale si elle n’a aucun pouvoir?
    C’est un cas de démission.
    Quant à la COP21 dont se gargarisent nos dirigeants, c’est vraiment du folklore.
    La Belle Bleue est d’ores et déjà condamnée.
    Claude

  • Je suis entièrement d’accord avec Claude , la Ségolène est là pour se remplir les poches , avec toute les bourdes qu’elle a déjà fait ( les portiques qui n’ont jamais servis, des millions d’euros pour rien .Et elle a aucun compte à répondre ). des escros autant qu’il sont .
    Jacques