Les Etats-Unis classent les lions d’Afrique et d’Inde parmi les espèces en danger

lions

Les Etats-Unis ont classé les lions d'Afrique et d'Inde parmi les espèces animales "en danger" © AFP/Archives STEPHANE DE SAKUTIN

Miami (AFP) – Les Etats-Unis ont classé les lions d’Afrique et d’Inde parmi les espèces animales « en danger », a annoncé lundi l’agence américaine de protection de la nature (US Fish and Wildlife Service), qui note un « déclin spectaculaire » de ces grands félins.

Il ne reste plus que 20.000 lions de l’espèce concernée nommée Panthera leo leo en Inde et en Afrique centrale et occidentale, selon l’agence américaine.

Une autre espèce de lions nommée Panthera leo melanochaita, qui vivent en Afrique de l’est et du sud, est classée comme « menacée ».

Cette décision pourrait générer davantage de régulations sur l’importation et l’exportation des carcasses de lions.

Cette décision a lieu après la mort du lion Cecil, tué en juillet par un dentiste américain au Zimbabwe, qui avait fait scandale.

« Aujourd’hui nous vous racontons l’histoire du point de vue des lions », a déclaré le directeur de l’agence américaine, Dan Ashe.

La décision n’interdit pas en soi de chasser les lions mais « met la barre beaucoup plus haute » pour ceux qui demanderont un permis de chasse au lion, a-t-il expliqué à la presse.

Ceux qui violent les lois de protection de la nature ne pourront pas obtenir ce permis et son coût sera relevé.

« Comme nous le voyons dans le déclin spectaculaire des populations de lions, faire mieux relève de la responsabilité du secteur de la chasse et du chasseur américain en particulier », a souligné M. Ashe.

M. Ashe a précisé qu’il ne faisait pas référence à des transgressions spécifiques par les chasseurs américains mais au « corps de la science dans son ensemble qui a montré que les lions étaient en danger ou menacés d’extinction et que nous devons inverser la tendance ».

« La chasse, et en particulier la chasse au trophée, va devoir conduire à une amélioration des populations de lions sauvages », a-t-il affirmé.

La décision prendra effet dans 30 jours.

Les experts estiment qu’il y avait quelque 500.000 lions au début du 20e siècle et 200.000 au milieu du 20e siècle. La chute de ces populations de lions est surtout due à une augmentation des conflits entre ces animaux et les humains qui sont venus s’installer en Afrique sub-saharienne.

© AFP

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • Roro

    Le début de la fin de tout ce qu’on va perdre à cause de 2 choses :
    – démographie mondiale non controllée STRICTEMENT !
    – pollution et exploitation à outrance de la planète !
    Et les 2 sont intimement liés : empreinte carbone de l’homme toujours plus forte !
    Honte à tous ceux qui taisent le sujet tabou de la démographie (y compris chez nous ) !
    Seul Françis Ford Copolla avait soulevé le problème à la veille de la conférence échouée de Copenhague en 2009 ! Personne d’autre ! C’est un scandale ! Et pourquoi ? parce que l’augmentation du nombre de consommateurs sur terre SOUTIENT le modèle économique actuel et plus précisément la croissance ! Rien qu’en France c’est 320.000 nouveaux habitants / an (!!) qui consomment et maintiennent le PIB alors que nous serions en décroissance avec +0 d’augmentation de population : la preuve d’un désastre du capitalisme !
    Avec une démographie stable, il y a longtemps que le système consumériste mondial et sa croissance éternelle serait tombé !
    Dans 2 siècles il n’y aura plus que des humains partout et du béton partout ! Plus aucun grands mammifères et des décérébrés à les regarder sur le net avec des lunette 3D et des hologrammes !
    Pauvre avenir pourri !

Comment nous avons découvert trois nouvelles espèces de manchots dans l’océan Austral

Lire l'article