Pollution: Pékin proclame « l’alerte orange »

alerte pollution

Les autorités ont conseillé aux habitants de la capitale de limiter au maximum les activités en plein air, et demandé aux personnes souffrant de troubles respiratoires et aux personnes âgées de demeurer chez elles © AFP WANG ZHAO

Pékin (AFP) – Pékin a instauré dimanche son niveau d’alerte pollution le plus élevé cette année et appelé les habitants à rester chez eux en raison d’une forte brume polluée qui continuait de couvrir de larges pans du nord de la Chine.

Cette alerte est intervenue à la veille d’un sommet historique de quelque 150 chefs d’Etat et de gouvernement à Paris, qui doivent tenter de sceller un accord mondial pour limiter à 2 degrés la hausse du thermomètre par rapport à l’ère pré-industrielle.

La capitale chinoise a proclamé l’alerte orange quelques heures après que la densité des particules de 2,5 microns de diamètre (PM 2,5), accusées d’être impliquées dans des centaines de milliers de décès prématurés en Chine, ait atteint 15 fois le seuil recommandé.

Les autorités ont conseillé aux habitants de la capitale de limiter au maximum les activités en plein air, et demandé aux personnes souffrant de troubles respiratoires et aux personnes âgées de demeurer chez elles.

L’ambassade américaine à Pékin a rapporté samedi que la densité de particules de 2,5 microns de diamètre avait atteint un seuil de 390 microgrammes par mètre cube.

Le taux est tombé sous les 200 dimanche, mais était toujours au-delà du plafond de 25 recommandé par l’Organisation mondiale de la santé.

Dans certaines parties de la province environnante de Hebei, les niveaux ont atteint plus de 400 microgrammes par mètre cube au cours du week-end.

Les médias ont lié cette hausse de la pollution aux conditions climatiques et à une augmentation des quantités de charbon brûlé à des fins de chauffage.

En cas d’alerte orange, les usines doivent réduire leur production et les poids lourds sont interdits de circulation.

Des dizaines de milliers de personnes ont défilé dimanche dans le monde, formant une chaîne humaine à Paris, pour obtenir des engagements contre le réchauffement planétaire à la veille du sommet de Paris.

Mais aucune marche ne s’est tenue en Chine, où le Parti communiste au pouvoir ne tolère aucune opposition politique.

La Chine, deuxième économie de la planète et premier marché automobile mondial, voit son environnement menacé par ses nombreuses industries polluantes, sa circulation automobile en constante expansion et son laxisme pour protéger les écosystèmes.

En outre, le pays tire plus de 70% de son énergie du charbon, ce qui en fait le premier émetteur mondial de gaz à effet de serre, et il continue à s’équiper en sources d’énergie polluantes. Selon Greenpeace, 570 centrales à charbon sont programmées ou en construction en Chine.

© AFP

Ecrire un commentaire

Paraguay : Asuncion envahie par des fumées de feux de forêts

Lire l'article

La Californie meurtrie par de nouveaux incendies dévastateurs

Lire l'article

Californie : les célèbres vignobles de la Napa Valley en proie aux flammes

Lire l'article