Legacy, le film événement de Yann Arthus-Bertrand, retrouvez nos news et interviews exclusives sur le documentaire dont tout le monde parle

Déclin de près d’un tiers du nombre d’ours polaires dès 2050

pirs polaires

Une femelle ours polaire avec son petit, le 13 novembre 2007 sur la Baie de l'Hudson, au Canada © AFP/Archives PAUL J. RICHARDS

Genève (AFP) – La banquise fond de plus en plus vite sous l’effet du réchauffement climatique, faisant craindre aux experts une diminution de près d’un tiers du nombre d’ours polaires dès 2050, a averti jeudi une ONG spécialisée dans la conservation des animaux.

D’après l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), entre 22.000 à 31.000 de ces plantigrades vivent à l’état sauvage aux Etats-Unis, au Canada, en Norvège, au Groenland et en Russie.

Mais les études montrent « une forte probabilité d’un déclin de plus de 30% dans la population d’ours polaires dans les 35-40 années à venir », a indiqué l’ONG, qui classe les ours polaires dans la catégorie des animaux « vulnérables ».

Pour les experts, le changement climatique est la menace la plus grave pour la survie de l’ours polaire. Le danger est d’autant plus important que la perte de la banquise arctique a progressé plus vite que les prévisions de la plupart des modèles climatiques, explique l’UICN.

Les ours polaires dépendent de la banquise pour accéder à leurs proies. Une période de cinq mois ou plus sans glace entraînera un jeûne prolongé pour l’espèce, ce qui est susceptible de causer une infertilité accrue ou la famine dans certaines régions.

D’après les prévisions, des étendues importantes de l’archipel arctique canadien seront libres de glace pendant plus de cinq mois par an à la fin du 21e siècle. Dans d’autres parties de l’Arctique, ce seuil de cinq mois pourrait être atteint vers le milieu du 21e siècle.

Le réchauffement des températures dans la région peut aussi porter atteinte aux habitats et accroître l’incidence de maladies chez des espèces proies telles que les phoques, aggravant ainsi les risques pour les ours polaires.

« Il faut une action à Paris pour ralentir le réchauffement. Le temps est compté », a déclaré à l’AFP une experte de l’ONG WWF, Sybille Klenzendorf, en référence à la conférence internationale sur le climat qui doit se tenir en décembre dans la capitale française.

La raréfaction des ours polaires ne devrait toutefois pas être uniforme.

Selon Magnus Andersen, spécialiste à l’Institut polaire norvégien, les populations les plus exposées sont celles qui vivent dans l’Arctique le plus méridional comme la Baie de Hudson au Canada ou l’archipel norvégien du Svalbard.

En revanche, les populations les plus éloignées des limites de la banquise, comme dans l’archipel du Grand Nord canadien, pourraient bénéficier, au moins provisoirement, du changement climatique qui créera « de meilleures conditions »: une glace moins épaisse et plus morcelée, créant une production de biomasse plus importante, avec en conséquence, la présence plus abondante de poissons (plus nombreux et plus grands) et donc de phoques, ce dernier étant le principal aliment des ours, explique-t-il à l’AFP.

« La perte de la banquise est la principale menace pour la survie des ours polaires, mais les plans de gestion de l’espèce doivent tenir compte de l’éventail complet de menaces actuelles et potentielles », souligne Dag Vongraven, président du Groupe de spécialistes des ours polaires de la Commission de sauvegarde des espèces de l’UICN.

Début septembre, le tout premier « plan d’action circumpolaire » visant la protection des ours polaires a été publié lors d’une réunion internationale au Groenland. Les cinq Etats concernés, Canada, Danemark (pour le Groenland), Norvège, Russie et Etats-Unis, se sont engagés à mettre en oeuvre un plan d’une durée de 10 ans visant à garantir la survie à long terme des ours polaires à l’état sauvage.

Selon le WWF, ce plan identifie sept menaces majeures à la santé et à la diversité des sous-populations d’ours polaires à travers l’Arctique, et inclut les changements climatiques en tant que menace numéro un à la survie de l’espèce.

Outre la perte de la banquise, la pollution, la prospection de ressources et les modifications des habitats dues aux activités humaines représentent aussi des menaces potentielles. L’exploitation pétrolière dans l’Arctique, par exemple, comporte un large éventail de dangers comme les marées noires, souligne l’UICN.

© AFP

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • remy

    Hello les amis de Goodplanet

    évitez de diffuser les dépêches AFP sur les régions polaires elles sont truffées d’âneries comme celle la
    le Svalbard se situe entre 78 et 82 ° nord si c’est méridional alors nous sommes sur l’Equateur.
    Dans mon dernier livre Géopolitique de l’ours politique j’analyse 4 dépêches avec des erreurs de base produites par l’AFP
    bon courage à toute l’équipe et amitiés à Yann

Le déclin des populations de requins laisse un "trou croissant" dans la vie océanique

Lire l'article