USA: le saumon génétiquement modifié autorisé à la consommation humaine

saumon

Du saumon Atlantique en vente dans un marché de Washington, le 31 juillet 2009 © AFP/Archives PAUL J. RICHARDS

Washington (AFP) – Les autorités sanitaires américaines ont autorisé jeudi le saumon génétiquement modifié pour la consommation humaine, premier animal transgénique à arriver dans les assiettes des Américains.

« Sur la base d’une analyse complète des éléments scientifiques fournis », le saumon AquAdvantage « remplit les conditions réglementaires » et est « propre à la consommation », a estimé l’agence fédérale des médicaments et de l’alimentation (FDA).

Ce saumon a été conçu par la société AquaBounty Technologies, dans l’Etat du Massachusetts (nord-est).

Cette décision de la FDA est annoncée après des années de controverse sur ce poisson, qui est une sorte de nouveau saumon de l’Atlantique auquel on a injecté un gène du saumon chinook du Pacifique afin qu’il grossisse plus vite.

La FDA a conclu que la société « remplissait les conditions réglementaires requises pour l’autorisation, y compris que l’aliment issu du poisson soit propre à la consommation », a expliqué Bernadette Dunham, directrice du centre vétérinaire de la FDA.

Les autorités sanitaires ont jugé que le saumon AquAdvantage était « aussi nourrissant que les autres saumons Atlantique non transgéniques et qu’il n’y avait pas de différences biologiques notables entre les qualités nutritionnelles du saumon AquAdvantage et celles des autres saumons d’élevage en Atlantique ».

Le saumon AquAdvantage ne peut être élevé qu’à terre, dans des bassins d’éclosion fermés, dans deux installations spécifiques au Canada et au Panama, précise la FDA.

Cette autorisation « ne permet pas que ce saumon soit conçu et élevé aux Etats-Unis ».

 

© AFP

4 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Paul Sven

    Si l’on analyse bien ce qui est écrit, il s’agit donc plus d’un saumon hybride que d’un saumon qui aurait reçu des gènes d’autre chose que du saumon, rien à voir avec le maïs, par exemple. Le vrai problème n’est pas là ; le problème est que le saumon d’élevage est nourri avec de la farine de poisson et que pour ce faire des véritables usines sillonnent les océans pour récolter tout ce qui nage. Il aurait peut-être été plus intelligent de donner à ces saumons des gènes de poisson qui se nourrissent d’asticots et d’élever les asticots pour nourrir les saumons. Cela dit, j’espère que le Canada saura s’empêcher de baisser culottes pour produire du saumon que les voisins du sud ne veulent pas élever chez eux.
    Point à préciser et qui est peu connu, la FDA ne procède pas aux tests et analyses elle-même, elle demande aux sociétés productrice de fournir les rapports d’analyses. Comme une fois les dossiers remis la FDA dispose de six mois pour se prononcer, le jeu de ces sociétés productrices est de noyer la recherche et les résultats critiques sont noyés dans une avalanche de résultats positifs. Les dossiers sont énormes et les fonctionnaires de la FDA n’ont d’autre choix, après 180 jours que de donne le tampon d’approbation. Il est grand temps que les nations se dotent d’organismes qui conduisent vraiment les tests, non seulement pour l’approbation des produits, mais aussi sur le long terme — mais il est vrai qu’alors les caisses de retraite seraient vite en faillite…

      • Sogny

      Merci pour vos éclaircissements Paul Sven, je comprends mieux les choses.

      • MARION

      Inquiétante étude, nous n’avons pas assez de recul .
      Il n’y a pas de rapport des tests en double aveugle.
      Pouvez vous nous décrire les impacts qui pourrait y avoir sur le métabolisme humain.

    • Bilodeau

    Une majorité des Français est contre les OGM. Hélas, quand les commissaires européens auront ratifié le TAFTA, ce saumon made in MonsantoLand se retrouvera dans nos assiettes. Le TAFTA et ses « investisseurs » tout-puissants expliqués en moins de 4 minutes : http://minilien.fr/a0q0ge

Jaunisse de la betterave : Tereos a retardé le démarrage de sa campagne 2020/21

Lire l'article

L’agriculture bio labellisée AB est le modèle le plus rentable et le plus performant, d’après une analyse de France Stratégie

Lire l'article